Le Laboratoire Nanotechnologies et Nanosystèmes (LN2) est une unité mixte de recherche internationale (UMI), entre la France et le Canada.

Le LN2 regroupe du personnel du CNRS, ainsi que du personnel de l'Université de Sherbrooke (établissement d'accueil au Canada).

Les tutelles de l’unité sont le CNRS, l’Université de Sherbrooke, l'Université de Lyon incluant l’INSA de Lyon, l’École Centrale de Lyon (ECL) et CPE Lyon et l’Université Grenoble Alpes (UGA).

 

Le LN2 développe des activités de recherche entre la France et le Canada. Après une première reconnaissance officielle dès 2008 en tant que Laboratoire International Associé (LIA), l'Unité Mixte Internationale LN2 (UMI-3463) a été créée en 2012 pour une durée de 4 ans.

Lors de son évaluation en septembre 2015, le LN2 a été décrit comme étant un laboratoire de très bonne qualité qui mène des recherches au meilleur niveau, avec un certain nombre de niches d'excellence reconnues par la communauté scientifique. Le laboratoire a su développer une approche scientifique et structurelle tirant au mieux parti de sa double culture franco-canadienne.

Suite à cette évaluation le LN2 a été renouvelé pour un nouveau mandat de 5 ans.

 

Le LN2 est la plus importante UMI du CNRS en termes de nombre de membres actifs et de thèses en cotutelle et a réussi à mettre en place un nouveau modèle de collaboration bilatéral avec la France.

 

Le LN2 a pour objectif de produire une recherche interdisciplinaire intégrée. Le laboratoire conduit des travaux de recherche dans le domaine des micro-nanotechnologies (5 axes de recherche). Il développe de manière pro-active et dans un contexte international des partenariats originaux entre industriels et académiques, notamment entre la France et la Canada.

  1. Les composants électroniques présentent de nombreuses fonctionnalités allant de la fonction fondamentale du transistor, de la mémoire, jusqu’aux capteurs et composants émergeants tels que les dispositifs quantiques. L'axe Électronique 3D s’intéresse aux approches d’intégration avancées permettant d’interconnecter ces différentes briques élémentaires vers la réalisation de circuits innovants. Notre approche se place naturellement à l’interface entre la physique des dispositifs électroniques et les circuits et systèmes de composants.
  2. La thématique système photonique et BioMEMS vise à utilsier une technologie permettant une miniaturisation de systèmes complexes. Cela entraine d’importants défis du fait de la complexité des phénomènes physiques mise en oeuvre et du fait de l'utilisation des matériaux hétérogènes dans un même système. Au niveau des technologies de transduction utilisées dans les biocpateurs, une panoplie de principes physiques sont mise en profit. Le choix d’une technologie optimale dépend autant de l’application visée que des ressources disponibles mais elle présente un fort potentiel d’innovation.
  3. L’axe Énergie s’intéresse aux sources d’énergies, du μW au MW. Il inclut les problématiques de la gestion de chaleur des puces microélectroniques, de la récupération de l’énergie dissipée pour des applications notamment dans l’internet des objets. Les plus fortes puissances sont abordées par la fabrication de dispositifs électroniques de puissances comme les transistors HEMT à base de GaN. Une forte activité est menée dans le domaine du photovoltaïque, en particulier pour des applications en concentration, en s’intéressant à tous les aspects : de la croissance des matériaux, à l’efficacité des systèmes en conditions extérieures, en passant par la micro-fabrication de cellules à très forte efficacité et à leur caractérisation
  4. L’axe Packaging ambitionne de permettre aux technologies, développées au sein du laboratoire ou dans le cadre de collaborations partenariales spécifiques, d’aboutir à des dispositifs finalisés en intégrant les parties essentielles d’encapsulation, de report et placement, d’interconnexion et de fiabilisation des puces électroniques et/ou photoniques tout en prenant en compte les limites des conditions de fonctionnement et l’environnement opérationnel d’utilisation, permettant de répondre aux défis sociétaux de demain.
  5. L'axe Éthique, Usage et Société concerne les travaux en lien avec la mise en société responsable de l’innovation à fort contenu technologique. La recherche est orientée sur les méthodologies d’accompagnement de l’innovation technologique (de la conception à l’adoption dans les milieux). L'axe a également une vocation applicative : il vise à faciliter l’émergence et l’efficience des innovations en lien avec les usages à venir et la société dans laquelle elles vont se diffuser. 

 

Les tutelles du LN2: