Validation expérimentale de sondes fluorescentes caspase 3 pour l’imagerie de l’apoptose pulmonaire par microendoscopie confocale
Gabriel Paré
Action anti-tumorale de la mélatonine par une augmentation du stress oxydatif des cellules de choriocarcinome humain
Fatma KHARRAT
Approche novatrice pour la prise en charge des patients résistants aux traitements de chimiothérapie actuel: L'implication du DFF40/CAD.
Merve Kulbay
Bloquer l'hyperacidification des endosomes induite en hypoxie pourrait mener à de nouvelles voies pour combattre la chimiorésistance du cancer
Benjamin Brisebois
Bloquer la réponse d’interféron de type I chez les patients infectés au VIH-1, un outil efficace pour améliorer la survie et le métabolisme des cellules mémoire CD4
Julien van Grevenynghe
Capacités cardiorespiratoires et physiques d’enfants atteints d’un cancer du sang : une étude exploratoire
Virginie Aspirot-Buron
CARACTÉRISATION D'UN NOUVEAU VACCIN IMMUNOGÈNE POUR LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN TRIPLE NÉGATIF
Seyedeh Niavarani
Caractérisation de l'interaction entre l'exosite de la caspase-7 et PARP-1
Alexandre Desroches
Caractérisation de la réponse immunitaire au virus de la stomatite vésiculaire oncolytique dans le cancer de la vessie
Francis Bernier-Godon1
Caractérisation de l’interaction Fam172a-Ago2 dans le développement des cellules de la crête neurale et l’apparition du syndrome CHARGE
Félix-Antoine Bérubé-Simard
Caractérisation du récepteur à la laminine 67LR dans les cellules cancéreuses colorectales
Gabriel Cloutier
Caractérisation du rôle du récepteur P2Y6 dans la migration cellulaire
Mélissa Girard
Caractérisation par tomodensitométrie de l’adiposité de la moelle osseuse en lien avec les désordres minéraux et osseux en dialyse
Nada Khelifi
Caractéristiques des effectifs infirmiers aux soins intensifs et issues observées : une revue systématique des revues systématiques
Christian Vincelette
COMBINING NEXT GENERATION ANTIBODY‐DRUG CONJUGATES WITH IMMUNOTHERAPY FOR IMPROVED HER2+ BREAST CANCER TREATMENT
Samuel Rouleau
Comparaison de deux stratégies d'apport en glucides pour améliorer le contrôle de la glycémie pendant l'exercice chez les adultes atteints de diabète de type 1 (résultats préliminaires).
Lucas Goulet Gélinas
Conception, synthèse et étude d'une nouvelle classe d'antinéoplasiques rationnellement tri-fonctionnalisés
Julie Schmitt
Contribution des noyaux du mésencéphale lors de la récupération fonctionnelle de la marche après lésion médullaire
Marie Roussel
Contribution des récepteurs CB2 à la synaptogenèse
Aurélie Stil
De nouveaux biomarqueurs pour prédire la résistance à la radio-chimiothérapie néo-adjuvante au 5-fluorouracile dans le cancer rectal
Anaïs Chauvin
Délétion de PKCδ spécifiquement dans les cellules endothéliales améliore la reperfusion du flot sanguin suite à une ischémie des membres inférieurs dans le diabète.
Valérie Breton
Description de la voie moléculaire impliquée dans la dégradation autophagique de l'α-synucléine médiée par PLK2.
Morgan Bérard
Déséquilibre de la sécrétion des protéases dans la dystrophie cornéenne endothéliale de Fuchs
Isabelle Xu
Développement de biopsies liquides de nouvelle génération utilisant la détection de vésicules extracellulaires par cytométrie de flux haute résolution
Fabrice Lucien
Développement d’une approche de médecine régénérative pour la maladie de Hirschsprung
Rodolphe Soret
Développement par génie tissulaire d’un tube nerveux humain pour réparer les transsections des nerfs périphériques et son implantation animale
Alexane Thibodeau
Diamine oxydase végétale: agent antispasmodique
Armelle Tchoumi Neree
Différences mâle/femelle dans la pathogenèse de la fibrillation auriculaire
Simon Thibault
Effet anti-tumoral de la mélatonine dans le choriocarcinome placentaire : rôle du stress du réticulum endoplasmique
Josianne Bienvenue
Effet d’une diète riche en gras sur la réponse immunitaire antitumorale dans le cancer de la prostate
A. Le Page
Effets anti-athérosclérotiques et athérorégressifs de l’azapeptide MPE-003, un ligand sélectif du récepteur CD36/SR-B2
Geneviève Frégeau
Effets de l’huile de poisson riche en oméga-3 (MAG-EPA) sur l’inflammation systémique et locale chez des patients atteints d’un cancer de la prostate
Lisanne Beaudoin
Effets des microvésicules produites par les myofibroblastes sur des fibroblastes et implication dans la production de collagène pendant la cicatrisation
ARIF Syrine
Effets du trastuzumab dans les cancers du sein HER2-négatif / pHER2-positif.
Anna Burguin
Effets métaboliques des agonistes apélinergiques (Apelin-13 et ELABELA) dans le sepsis expérimental par ligature et ponction caecale
Chloé Alcindor
Entraînement par intervalles versus continu : effet sur le profil inflammatoire de femmes à risque de maladies cardiovasculaires
Dominic Tremblay
Etude de l'impact des flavivirus sur l'interface réticulo-mitochondriale
wesley freppel
Étude des plaies chroniques à l’aide d’un modèle de peau reconstruite à partir de fibroblastes et de kératinocytes diabétiques
Thiéry De Serres-Bérard
ÉTUDE DU LIEN ENTRE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE ET LE TAUX D’ADIPONECTINE DANS UNE COHORTE D’HOMMES À RISQUE ÉLEVÉ DE CANCER DE LA PROSTATE
Lamoussa Diabaté
Étude sur l’immunomodulation de l’endomètre par traitement aux PBMC sur des femmes en échecs répétés d’implantation.
Guillaume Ricaud
Évaluation de IGFBP-2 dans les podocytes rénaux et la néphropathie diabétique
David-Alexandre Dancosst
Évaluation prospective de la qualité alimentaire durant la grossesse
Claudia Savard
Greffe de cellules épithéliales de cornée humaine : de la recherche à l’étude clinique
Gaëtan Le Bel
Identification de nouveaux facteurs cellulaires impliqués dans le destin cytoplasmique de l’ARN génomique des flavivirus
Clément Mazeaud
Identification de nouveaux partenaires d'interaction de l'exosite de la caspase-7
Marie-Anne Bilodeau-Laforest
Identification d’un site de SUMOylation atypique régulant le récepteur nucléaire Nor-1 dans un contexte neuronal.
Jonathan Gagnon
IDENTIFICATION D’UNE NOUVELLE FONCTION POUR LA KINASE WNK1 DANS LA GUÉRISON DES PLAIES CORNÉENNES
Pascale Desjardins
Impact de la modulation de CREB et d’AKT sur la guérison des plaies cornéennes in vitro et in vivo
Camille Couture
Impact du rayonnement ultraviolet sur la migration de six lignées de mélanome humain
Maude Vaillancourt-Audet
Impacts du système endocannabinoïde sur la fonction visuelle de la souris
Bruno Cécyre
Implementation of a Micro-Dissected Tissue Array for morphological and biological characterization of patient tumor samples
Kayla Simeone
Implication de Snazarus et de RAB21 dans la formation de gouttelettes lipidiques
Marie-France Bossanyi
Implication des conductances calciques alternatives sur la réactivité contractile et pharmacologique du myomètre humain gravide
Éric Rousseau
Implication des Isoformes d’Akt dans le Vieillissement Ovarien et la Protection de la Réserve Ovarienne: Résultats Préliminaires
Lokengo LD
Implication des œstrogènes dans l’augmentation de l’automatisme cardiaque associée à la grossesse
Valérie Long
Influence de la consommation de tabac et d’alcool, des polymorphismes du HER2 sur la réponse au trastuzumab chez les patientes atteintes d’un cancer du sein HER2-positif
Daniela Furrer Soliz
Influence de la topographie de surface sur le phénotype des cellules endothéliales cornéennes
Louis-Philippe Guérin
Instrumentation d’une semelle à l’aide de capteurs de pression pour le comptage de pas : résultats préliminaires
Armelle Ngueleu
LA COMBINAISON DE L’EXPRESSION DE PUMA ET NOXA DANS LES CELLULES BÉNIGNES ADJACENTES AU CANCER DE LA PROSTATE EST PRÉDICTIVE DE LA RECHUTE BIOCHIMIQUE DES PATIENTS
Sylvie CLAIREFOND
La Délétion de SHP-1 Spécifiquement dans les Cellules Musculaires Lisses Rétablit les Actions du PDGF dans le Diabète.
Stéphanie Robillard
La machinerie de signalisation des cassures d’ADN double brin ; une cible inattendue du virus du papillome humain.
Amélie Fradet-Turcotte
La perte de la région 10q23 dans le cancer de la prostate: est-ce seulement la délétion de PTEN?
Raghavendra Tejo Karthik Poluri
La perte d’expression de Dusp6 protège le côlon contre l’inflammation et promeut la tumorigenèse intestinale.
Marie-Josée Langlois
La podocyturie en grossesse chez les femmes avec prééclampsie: revue systématique
Marilie Bouchard
La restriction de croissance intra-uterine entraine un remodelage précoce du métabolisme énergetique des cardiomyocytes fœtaux.
Loïze Maréchal
Le 14-3-3η en tant que nouveau régulateur des invadosomes dans la polyarthrite rhumatoïde
M. Kadir
Le 68Ga-4HMSA est-il un bon traceur pour l’inflammation ?
Shigufa Kahn Ali
Le programme d’adoption de saines habitudes de vie Ferti-Santé permet d’améliorer la fertilité des femmes obèses et infertiles
Matea Belan
Le rôle des isoformes d’Akt dans les processus reproductifs chez la souris
Laurence Tardif
Le vieillissement chronologique et l’état d’inflammation chronique imprègnent certaines caractéristiques de la sénescence dans les cellules souches mésenchymateuses.
Stephanie Nadeau
Les acides gras oméga-3: un outil efficace pour augmenter la marge thérapeutique des agents anti-cholestatiques
Ariane Therien
Les conjoints de couples infertiles dont la femme est obèse présentent de moins bonnes habitudes de vie qui sont associées à une réduction de leur qualité séminale
Matea Belan
Les neurones glutamatergiques du Noyau réticulaire gigantocellulaire contribue au rythme et patron locomoteur chez la souris
Maxime Lemieux
L’Association entre les politiques infirmières et le risque de mortalité : une étude de réplication étendue à la mortalité suite à des complications potentiellement évitable
Li-Anne Audet
L’AZD5363 permet la sensibilisation des cellules cancéreuses à l’action de la doxorubicine grâce à l’inhibition de la signalisation dépendante d’AKT.
François Fabi
L’expression de DSCAM dans les neurones inhibiteurs est nécessaire au comportement locomoteur de la souris adulte
Guillaume clain
L’INHIBITION DE IKKe PAR LE BX795 FAVORISE UN PHENOTYPE DE SENESCENCE DANS LE CAS DU CANCER DE LA PROSTATE AVANCÉ
Sophie Gilbert
MODES D'INTÉRACTION NON CANONIQUES ENTRE LE RÉCEPTEUR MET ET L'ISOFORME P66 DE LA PROTEINE SHC ET SA DUALITÉ FONCTIONNELLE
Jesús GC Ojeda
Modulation de l'activité du récepteur aux acides biliaires FXRα par les récepteurs de la famille EGFR/ErbB
Baly Sow
Molecular Characterization of High-Grade Serous Ovarian Cancer Cell Lines with Different Response Profiles to PARP Inhibitors
Alexandre Sauriol
Niveau d’activité et de participation des patients post-AVC à Kinshasa : Résultats préliminaires d’une étude transversale
Claudel Mwaka
Noninvasive neuromodulation to reeducate motor disorders and reduce chronic pain
Schneider
PEAUX BILAMELLAIRES PRODUITES PAR AUTO-ASSEMBLAGE AVEC UN MILIEU SANS SÉRUM NOUVELLEMENT DÉVELOPPÉ DANS NOTRE LABORATOIRE
Sergio Cortez Ghio
Plasticité entre les circuits du mésencéphale et du tronc cérébral après lésion médullaire
Ali Rastqarfarajzadeh
Polluants organiques persistants et cancers du sein : état des connaissances et perspectives
kaoutar ENNOUR-IDRISSI
Profil de l'expression des gènes mitotiques dans la progression du cancer du sein
Alexsandro dos Santos
Régulation de la fibrose du foie par l’interleukine 15
Bhavesh Variya
Régulation de l’inflammation chronique par les médiateurs inflammatoires au niveau des tissus adipeux dans l’obésité
Volatiana Rakotoarivelo
Régulation spécifique des isoformes d’Akt lors de la décidualisation in vivo d’un modèle murin PR-Cre
Pascal Adam
Relations entre l'expression de gènes de l'angiogenèse et de la fibrose dans des dépôts adipeux intra-abdominaux et la résistance à l’insuline de femmes atteintes d'obésité sévère
Andrée-Anne Clément
Reprogrammation génomique du récepteur des androgènes dans le cancer de la prostate avancé
Seta Derderian
Rétrocontrôle de la signalisation Wnt/b-caténine par la tyrosine phosphatase Shp1 dans l’épithélium intestinal.
Caroline Leblanc
Rôle de DSCAM au niveau post-synaptique dans l'établissement du circuit sensorimoteur
Chloé Lemaire
Rôle de DUSP4 dans l’athérosclérose en condition de diabète
Donovan Fouere
Rôle de l'apeline dans la régulation de l'équilibre hydro-sodique au niveau rénal : mécanismes d’action et voies de signalisation.
Houda Ayari
Rôle de l'autophagie dans le développement de résistance aux inhibiteurs de PARP dans le cancer de la prostate.
Maxime Cahuzac
Rôle de la cytokine IL-15 dans l'homéostasie de l'épithélium intestinal et le développement de la colite.
Alicia María Molina Kautzman
Rôle de la phosphorylation de la protéine précurseur de l'amyloïde par les polo-like kinases dans la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer
Laura Martinez-Drudis
Rôle de LRP6 dans l'effet oncogénique de KRAS et de BRAF dans des cellules cancéreuses colorectales
Anthony Côté-Biron
Rôle des modifications post-traductionnelles dans l’activité du récepteur orphelin Nur77 (Nr4a1)
Fatéma Dodat
Rôle ds cellules sénescentes dans la douleur du dos
Hosni CHERIF
Rôle protecteur de LRP6 dans l’inflammation intestinale
Jennifer Raisch
SHP-2 : Un nouveau régulateur des TLRs dans les cellules épithéliales intestinales
Valérie Lannoy
Signalisation cellulaire impliquée dans la maturation des cellules endothéliales cornéennes
Kim Santerre
Stimulation de la Régénération Endogène dans la Dystrophie Congénitale Déficiente en Mérosine
Jasmin Collerette-Tremblay
Surgical trauma induces postoperative natural killer cell dysfunction in colorectal cancer patients through the NKG2D-NKG2DL pathway
Orneala Bakos
TBC1D25 dans la régulation négative de RAB21, une protéine impliquée dans divers processus tumoraux
Caroline Normandin
Thiazides et risque de fracture: Revue systématique et méta-analyse d’essais cliniques randomisés
Louis-Charles Desbiens
Titre du résumé : Validité de construit et fiabilité test-retest du Questionnaire International de l’Activité Physique (IPAQ) chez les personnes ayant subi un Accident Vasculaire Cérébral au Bénin.
A.S. Honado1
UbKEKS : Découverte d’un nouveau variant d’ubiquitine qui ne cible pas les protéines au protéasome
Marie-Line Dubois
Un test sanguin de nouvelle génération basé sur la détection de vésicules extracellulaires améliore la stratification du risque de cancer de la prostate
Fabrice Lucien

Validation expérimentale de sondes fluorescentes caspase 3 pour l’imagerie de l’apoptose pulmonaire par microendoscopie confocale


Gabriel Paré1,2, Réjean Lebel2, Marc-André Bonin3, Robert Hudson4, Martin Lepage1,2, Olivier Lesur1,2,3
1Centre de Recherche du Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke (CRCHUS) 2Centre d'imagerie moléculaire de Sherbrooke 3Institut de pharmacologie de Sherbrooke 4Department of Chemistry of University of Western Ontario

Malgré le fait qu'elle soit invasive et peut avoir des effets secondaires importants, la biopsie pulmonaire chirurgicale (OLB) demeure la méthode optimale pour établir un diagnostic pathologique. La microendoscopie confocale par fluorescence (MECF) avec marqueur intelligent pourrait pallier cette problèmatique. Objectif : Valider des sondes expérimentales (KcapQ et Cy5-London) qui ciblent l’activité de la caspase 3 (C3), pour imager l’apoptose par MECF dans un contexte d’inflammation pulmonaire aigüe et de cancer pulmonaire à non petites cellules (NSCLC). Méthodes : Les tests in cellulo sont réalisés par FACS et par microscopie d’épifluorescence dans des lignées cancéreuses épithéliales pulmonaires résistantes (A549) ou sensibles (H1299) à l’apoptose. L’apoptose est induite par la staurosporine (STS, 2 µM) et quantifiée en comparant l’efficacité des sondes à NucView®, une sonde C3 validée. Les lignées sont traitées ou non avec un inhibiteur spécifique de C3, le Z-VAD-O(Me)-FMK. La partie in vivo est réalisée chez le rat et la souris adulte. Le modèle NSCLC consiste à administrer de cellules I.V. ((H1299/A549)-GFP, 4x106 cellules). Le succès est confirmé par TEP/SCAN. Le modèle d’inflammation aigüe est réalisé par l’instillation de LPS (4 mg/kg, 18hrs). Résultats préliminaires : Au FACS, le FMK diminue la proportion de cellules C3+ (56,99 ± 1,08 %, 15,66 ± 0,58 %, p< 0,05, ctrl vs STS). Les images TEP/SCAN montrent une implantation pulmonaire des cellules GFP chez le rat. Les images MECF révèlent des points de colocalisation GFP/C3+.dans les modèles NSCLC, et une fluorescence C3+ plus élevée dans les rats LPS. Conclusion : le MECF est une alternative à l’OLB en voie de validation, qui pourrait améliorer la prise en charge des patients atteints de maladies pulmonaires de diagnostic incertain, de façon individualisée et efficace.

 

FRQNT (2016-PR-190811), CRSNG (RGPIN-2016-06279), CIMS (Bourse étudiante pour le soutien de travaux de recherche)

Action anti-tumorale de la mélatonine par une augmentation du stress oxydatif des cellules de choriocarcinome humain


Fatma KHARRAT1, Cathy Vaillancourt1,2,3
1INRS-Institut Armand-Frappier 2CINBIOSE 3BioMed

Contexte: La mélatonine, un puissant antioxydant, est produite par et protège les cellules trophoblastiques placentaires du stress oxydatif. Dans les cellules tumorales humaines de choriocarcinome placentaire, cette indolamine induit plutôt la mort cellulaire, mais comment la mélatonine exerce cet effet n’a jamais été investigué. Hypothèse: La mélatonine augmente le stress oxydatif dans les cellules de choriocarcinome placentaire entraînant la mort cellulaire. Objectifs: Déterminer l’effet de la mélatonine (0 à 1mM) sur 1) le taux des espèces réactives de l’oxygène (EROs); 2) l’expression et/ou l’activité des enzymes oxydantes (xanthine oxydase-XO) et antioxydantes (superoxydes dismutases-SODs, glutathionne peroxydase-GPx et la catalase-CAT) et 3) la peroxydation des lipides et 4) la carbonylation des protéines dans un modèle de lignée cellulaire de choriocarcinome placentaire humain, les BeWo. Méthodes: Les cellules BeWo ont été exposées en condition de normoxie (8%-O2) à la mélatonine (0 – 1mM) et exposées ou non à des inducteurs des EROs (contrôles positifs). Les niveaux des EROs ont été mesurés par l’essai de Carboxy-DCFDA, l’expression des enzymes a été analysée par immunobuvardage et leur activité par colori- ou fluorimétrie. La peroxydation lipidique a été analysée par le test de l’acide thiobarbiturique (TBARS) et la carbonylation des protéines par fluorimétrie. Résultats: La mélatonine semble augmenter le taux des EROs et l’expression de la XO mais diminue l’expression et l’activité des SODs, de la GPx et de la CAT par rapport au véhicule contrôle (DMSO) dans les cellules BeWo. La mélatonine augmente aussi la peroxydation des lipides ainsi que la carbonylation des protéines dans les cellules BeWo. Conclusion: Nos résultats montrent que la mélatonine augmente le stress oxydatif dans les cellules de choriocarcinome placentaire, suggérant un effet anti-tumoral pour cette indolamine.

Approche novatrice pour la prise en charge des patients résistants aux traitements de chimiothérapie actuel: L'implication du DFF40/CAD.


Merve Kulbay1, Bruno Johnson1, Jacques Bernier1,2
1INRS-Institut Armand-Frappier 2INRS

La résistance aux médicaments de chimiothérapie est un obstacle majeur dans la prise en charge des patients atteint de cancer. Il est estimé que 28 à 60% des patients ne sont pas réceptifs aux traitements pharmacologiques. Il a été démontré dans la littérature que l’altération au sein des cellules tumorales de l’expression du DFF40 (le facteur de fragmentation de l’ADN), responsable de la fragmentation internucleosomale de l’ADN lors de l’apoptose, explique les mauvais pronostics. En effet, son expression est régulée de manière négative dans plusieurs types de tumeurs malins. Notre laboratoire a récemment démontré qu’une délétion génomique du DFF40 retardait l’activation de l’apoptose induit par des perturbateurs endocriniens. L’hypothèse de recherche suggère qu’une altération de l’expression du DFF40 dans les cellules cancéreuses pourrait altérer la réponse pharmacologique engendrée aux agents de chimiothérapie. L’objectif vise à déterminer le rôle du DFF dans la toxicité cellulaire engendrée par les médicaments de chimiothérapie. Méthodes Les cellules Jurkat et HeLa ont été délités du gène DFF40 par la méthode CRISPR-cas9, puis traité avec des agents inhibiteurs de la topoïsomérase II (inhibiteur-Top2), ou inhibiteurs de la synthèse d’ADN (i.e. antimétabolites). Divers essais d’apoptose ont ensuite été réalisés. Résultats Les cellules DFF40 KO ont une résistance à l’apoptose induit par les agents antimétabolites, exposé pendant 24h (p<0.001). En revanche, le traitement avec des inhibiteur-Top2 pendant 24h induit une mortalité cellulaire supérieure chez les cellules DFF40 KO (p<0.05). L’incorporation de nucléotides dans les cellules DFF40 KO permet d’augmenter la prolifération cellulaire (p<0.05). Ces effets sont dus à une modulation des ROS, de la caspase-3 et de l’histone H2AX. Conclusion Donc, la caractérisation de l’expression du DFF40 au sein des cancers malins permettrait d’individualiser la thérapie pharmacologique et proposer une thérapie combinatoire.

Bloquer l'hyperacidification des endosomes induite en hypoxie pourrait mener à de nouvelles voies pour combattre la chimiorésistance du cancer


Benjamin Brisebois1, Fabrice Lucien2, Claire M. Dubois1
1Service d'immunologie, Département de pédiatrie, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke 2Mayo Clinic, Cancer Center - Research, Rochester MN

L’habilité à contrer les mécanismes de multirésistance aux traitements de chimiothérapie constitue l’un des défis les plus urgents de la recherche sur le traitement du cancer. Plusieurs approches sont présentement évaluées pour renverser la chimiorésistance des cellules cancéreuses dont l’inhibition des transporteurs à efflux de drogues. L’inhibition de ce type de transporteur permet de favoriser l’accumulation du médicament dans le compartiment cellulaire visé pour obtenir l’effet thérapeutique. Cependant, un autre mécanisme fondamental, mais encore peu connu, pourrait être responsable du taux d’échec élevé des traitements de chimiothérapie actuels. Ce mécanisme se base sur la modulation de la distribution des drogues au niveau cellulaire par l’acidité tumorale générée en hypoxie. En effet, le microenvironnement hypoxique des tumeurs peut mener à la séquestration sélective des drogues à caractère basique dans le milieu extracellulaire acide et ainsi diminuer leur concentration effective intracellulaire.

 

En utilisant une technique de mesure du pH intracellulaire des cellules vivantes, notre laboratoire a montré que l’hypoxie non seulement cause l’acidification du milieu extracellulaire, mais induit aussi une hyperacidification des vésicules endosomales. Le gradient de pH élevé entre la lumière des vésicules suracidifiées et le cytosol alcalin résulte en la capture intravésiculaire des drogues et la chimiorésistance. D’un point de vue moléculaire, la suracidification des endosomes est causée par une relocalisation à la membrane plasmique de l’échangeur de protons NHE6, qui normalement tempère le pH vésiculaire. Ce changement de localisation est induit par une association de NHE6 à une protéine d’échafaudage, RACK1. En utilisant un peptide qui reproduit l’interface entre ces deux molécules, nous avons pu renverser la dérégulation du pH et sensibiliser les tumeurs à la chimiothérapie en hypoxie.

 

Puisque les traitements de chimiothérapie emploient couramment des agents qui ont la caractéristique d’être des bases faibles, nous pensons que la découverte des mécanismes moléculaires impliqués dans leur séquestration en hypoxie pourrait expliquer la réponse faible des patients au traitement de plusieurs cancers utilisant ce type de composé dont les anthracyclines (sein) et les inhibiteurs de tyrosines kinases incluant le sunitinib (rein), l’erlotinib (poumon) et le lapatinib (sein).

Bloquer la réponse d’interféron de type I chez les patients infectés au VIH-1, un outil efficace pour améliorer la survie et le métabolisme des cellules mémoire CD4


Julien van Grevenynghe1, Xavier Dagenais-Lussier1, Hamza Loucif1, Juliette Blumberger1, Marianne Gé Bego2, Eric A. Cohen2
1Institut national de la recherche scientifique (INRS)-Institut Armand-Frappier 2Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM)

      Bien que les traitements antirétroviraux (TAR) aient permis aux patients infectés au VIH-1 de pouvoir survivre à l’infection, ils restent néanmoins lourds en effets secondaires et ne permettent en aucun cas d’éliminer le virus de l’organisme. En conséquence, ces patients présentent une inflammation persistante, et des atteintes immunitaires et métaboliques qui sont un obstacle pour la mise en place et le succès de stratégies visant à interrompre un jour ces traitements. Il est donc important de mettre en évidence les voies moléculaires, qui sont responsables de ces atteintes et qui pourraient être ciblées afin de renforcer la protection immunitaire chez ces patients.

 

       Par exemple, bloquer la réponse d’interféron de type I (IFN-I) au sein de la mémoire CD4 (Mem), qui est anormalement élevée chez  les patients infectés, pourrait être un moyen efficace pour renforcer la survie et le métabolisme de ces cellules. Afin de prouver ce point, nous avons utilisé la cytométrie de flux multiparamétrique, un système de culture cellulaire permettant d’apprécier la persistance à long-terme des cellules primaires, et la technologie Seahorse (d'Agilent) pour l’analyse en temps réel des flux métaboliques cellulaires. Nos résultats démontrent que les Mem des patients infectés, qui sont traitées avec des anticorps neutralisant la réponse d’IFN-I, présentent une amélioration de leur persistance en culture et de leur résistance à l’apoptose Fas-médiée. Nos résultats démontrent également que bloquer la réponse d’IFN-I améliore significativement la capacité des Mem des patients à répondre efficacement aux interleukines pro-survie IL-2 et IL-7.

En conclusion, nos résultats identifient la voie d’IFN-I comme une nouvelle cible thérapeutique à envisager pour rétablir la Mem chez les patients infectés au VIH-1, et ceci même après des années d’infection et de traitements.

Capacités cardiorespiratoires et physiques d’enfants atteints d’un cancer du sang : une étude exploratoire


Virginie Aspirot-Buron1,2, Charles S. Batcho2,3, Bruno Michon4,5, Marc-André Dugas4,5, Isabelle Marc4,5, Philippe Corbeil1,2
1Département de kinésiologie, Université Laval 2Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégratiion sociale (CIRRIS) 3Département de réadaptation, Université Laval 4Faculté de médecine, Université Laval 5CHU de Québec

Au Canada, la leucémie est le cancer pédiatrique le plus prévalent et la leucémie lymphoblastique aiguë (LLA) est la forme la plus diagnostiquée. Le lymphome lymphoblastique (LLB) est prévalent chez les adolescents. Des médicaments de la chimiothérapie peuvent être cardiotoxiques à long terme. Il est connu que les capacités cardiorespiratoires des survivants sont affectées dès la fin des traitements, et ce jusqu’aux décennies suivantes. Toutefois, il existe peu de connaissances sur les variations des capacités cardiorespiratoires et physiques au début de la chimiothérapie.

 

Ce projet vise à explorer la faisabilité d’effectuer des tests cardiovasculaires pendant les premières phases de la chimiothérapie d’enfants atteints d’une LLA ou d’un LLB, en plus de dresser un portait plus précis de leurs capacités fonctionnelles réelles.

 

Dix-sept patients de six à dix-sept ans ayant une LLA ou un LLB en chimiothérapie au Centre mère-enfant Soleil (Qc) seront soumis à trois séances de tests : après l'induction, pendant la consolidation et la continuation. Chaque séance de 75 minutes permettra d'obtenir des mesures cardiorespiratoires et musculaires, de qualité de vie, des éléments facilitateurs et des barrières à la participation à l’étude. L’analyse sera complétée par un audit des dossiers cliniques de patients portant sur les mesures musculaires.

 

À ce jour, cinq jeunes ont été enrôlés sur une possibilité de huit. Un participant s'est retiré dû à son état de santé. Les familles participantes sont enthousiasmées à l'idée de connaître les capacités fonctionnelles de leur enfant pendant la chimiothérapie.

 

Habiter en dehors de la ville de Québec est un facteur limitant l'adhésion à l'étude. L'apparition d'effets secondaires incommodants comporte un risque élevé pour la rétention. Cette étude permettra d'évaluer la faisabilité d'une intervention avec des exercices individualisés pendant la chimiothérapie afin d'optimiser la condition physique des jeunes patients durant leur maladie.

CARACTÉRISATION D'UN NOUVEAU VACCIN IMMUNOGÈNE POUR LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN TRIPLE NÉGATIF


Seyedeh Niavarani1, Christine Lawson1, Lee-Hwa Tai1
1Service Immunologie, Département du Biologie Cellulaire, Faculté du Médecine et Sciences de la santé Université de Sherbrooke

Le cancer du sein triple négatif (TNBC), caractérisé par l’absence des récepteurs d'œstrogènes, de progestérone et de HER2, représente environ 15% de tous les cancers du sein. Cependant, les patients atteint du cancer du sein de type TNBC ont plus souvent un mauvais pronostique puisque ce cancer est plus agressif et est diagnostiqué à un stade avancé alors que le cancer a déjà métastasié. Le TNBC n'est actuellement traité que par chirurgie et chimiothérapie car il ne répond pas aux biothérapies qui cible HER2 et hormones. Comparé à d'autres types de cancer du sein, le TNBC a des taux plus élevés de mutations génétiques et contient plus de lymphocytes infiltrant la tumeur (TILs). Ces caractéristiques impliquent la production de plus de néoantigènes et une immunogénicité accrue dans le microenvironnement du TNBC. Ceci justifie doncl'utilisation de vaccins immunogènes autologues basé sur les tumeurs de patients pour cibler et traiter le TNBC. Le but de ce projet est de créer un vaccin personnalisé qui activera les réponses immunitaires innées et adaptatives dirigées contre les tumeurs de patients. L’utilisation du virus modifié de la stomatite vésiculaire oncolytique (VSVd51) sur les tumeurs permettra de coupler l’exposition de plusieurs antigènes tumoraux dérivés de patients à de puissants signaux de danger dérivés de l'infection pour amplifier les réponses immunitaires contre les tumeurs de patients . , en tant que. Les objectifs spécifiques sont: 1) caractériser les réponses immunitaires induites in vitro par le vaccin en utilisant des lignées cellulaires TNBC murines et humaines et 2) évaluer les réponses immunitaires induites par le vaccin in vivo en utilisant des modèles de souris TNBC syngéniques et humanisés. En utilisant des essais immunologiques, cellulaires et fonctionnels in vitro, nos résultats préliminaires suggèrent que les cellules TNBC subissent une nécrose immunogène à la suite d'une infection par le VSVd51. De plus, nous avons détecté une augmentation de la fonction des cellules NK et T et une réduction de la charge tumorale pulmonaire (métastases) après vaccination des souris dans le modèle syngénique BALB/c-4T1. Ces résultats prometteurs démontrent le potentiel thérapeutique des vaccins tumoraux immunogènes pour traiter le TNBC.

Caractérisation de l'interaction entre l'exosite de la caspase-7 et PARP-1


Alexandre Desroches1, Éric Marsault1, Jean-Bernard Denault1
1Université de Sherbrooke

INTRODUCTION: Les caspases sont des peptidases à cystéine qui sont impliquées dans l’apoptose et l’inflammation grâce au clivage de plusieurs substrats clés dont PARP-1. Bien que PARP-1 soit clivée à la fois par la caspase-3 et la caspase-7, c'est cette dernière qui est la plus efficace et ce malgré son activité intrinsèque plus faible. Nous avons découvert que la caspase-7 possède un exosite qui interagit avec PARP-1. Un exosite est un domaine d'interaction avec le substrat qui se trouve en dehors de la pochette catalytique et qui a pour effet d'augmenter l'efficacité d’une enzyme. Malgré cette découverte, les déterminants de cette interaction exosite-substrat sont encore méconnus.

 

MÉTHODES: Afin de caractériser l’interaction entre la caspase-7 et PARP-1, des mutants de PARP-1et de la caspase-7 ont premièrement été générés. Ces mutants ont ensuite été testés dans des essais de clivage. L’efficacité de clivage de la caspase-7 sur deux formes de PARP-1 (automodifiée ou non) a également été testée. Finalement, différentes conformations de PARP-1 on été induites et leurs effets ont été évalués.

 

RÉSULTATS: Les essais de clivages sur les mutants de délétion de PARP-1 nous ont permis d’identifier les domaines Zn3 et BRCT comme étant ceux qui interagissent avec l’exosite. Ensuite, les essais d'automodifications de PARP-1 ont démontrés que la forme non-modifiée est préférentiellement clivée par la caspase-7. Finalement, les essais de changements de conformations de PARP-1 nous ont permis de conclure que la caspase-7 interagit préférentiellement avec la forme libre de PARP-1.

 

CONCLUSION: En somme, nos travaux permettent de mieux comprendre comment les caspases reconnaissent et interagissent avec leurs substrats. De plus, puisque le clivage de PARP-1 par la caspase-7 promeut l'hyperinflammation lors d'infections, nous espérons pouvoir cibler cette interaction grâce aux informations obtenues lors de ce projet et ainsi réduire l'inflammation.

Caractérisation de la réponse immunitaire au virus de la stomatite vésiculaire oncolytique dans le cancer de la vessie


Francis Bernier-Godon11, Seyedeh Niavarani11, Christine Lawson11, Lee-Hwa Tai1
1Université de Sherbrooke

Contexte et justification: Le cancer de la vessie est le cinquième cancer le plus fréquent au Canada avec plus de 9 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année. Les cancers de la vessie non invasifs sont plus fréquents que les sous-types invasifs, mais ces cancers ont tendance à récidiver et à évoluer vers des cancers de la vessie invasifs. Pour diminuer ce risque, Bacillus Camille Guerin (BCG) intravésical est administré postopératoire aux patients à haut risque. Cependant, cette immunothérapie est associée à des effets indésirables importants. Par conséquent, il est extrêmement important d'identifier des alternatives de traitement pour diminuer le risque de récurrence et de progression chez les patients chez lesquels un risque élevé de NMIBC a été diagnostiqué. L'une de ces stratégies de traitement prometteuses est l'utilisation de virus oncolytiques intravésicaux (VO).

 

Objectifs et hypothèses: Dans ce projet, nous évaluerons l'impact d'un virus de la stomatite vésiculeuse oncolytique (VSVδ51) sur le NMIBC. Nous émettons l'hypothèse que l'infection des cellules cancéreuses de la vessie avec VSVδ51 induira la mort cellulaire immunogène dans ces cellules tumorales. Nous émettons en outre l'hypothèse que l'injection intravésicale de VSVδ51 dans des modèles de souris syngéniques et xénogéniques cliniquement pertinents du cancer de la vessie activera puissamment les réponses immunitaires innées et adaptatives in vivo dirigées contre les tumeurs.

 

Matériels et méthodes: Pour atteindre les objectifs de cette étude, nous utiliserons des lignées cellulaires de cancer de la vessie humaines et de la souris (MB49, UMUC3 et 5637) pour des études in vitro et in vivo. Les cellules infectées et leurs surnageants seront récoltés pour déterminer la nature de la mort cellulaire induite par le virus. En parallèle, des tumeurs fraîches de NMIBC ainsi que des cellules mononucléées du sang périphérique seront obtenues après le consentement des patients NMIBC subissant une résection transurétrale. Les dosages fonctionnels immunitaires et les mesures biologiques du volume tumoral de la vessie seront mesurés par imagerie ultrasonore non invasive dans des modèles de souris syngéniques et xénogéniques.

 

Résultats et conclusions: En utilisant la cytométrie de flux multicolore, le Western blot, la microscopie électronique et les tests fonctionnels immunologiques, nous avons observé l'expression de la calréticuline, la libération de HMGB1 et la libération d'ATP dans les lignées cellulaires du cancer de la vessie. Ces molécules sont classées comme modèles moléculaires associés au danger et se sont révélées être associées à la mort cellulaire immunogène. Le surnageant recueilli à partir des cellules infectées a été en outre co-cultivé avec des monocytes purifiés et ils ont présenté une expression plus élevée des marqueurs de surface cellulaire associés aux macrophages de type M1 par rapport aux témoins non infectés. De plus, ces macrophages polarisés de type M1 induisent des niveaux plus élevés de prolifération des cellules T dans un essai de dilution CFSE. Dans un essai de migration en chambre de Boyden, les cellules T et les tueuses naturelles (NK) ont démontré des taux de migration plus élevés vers le surnageant récolté des cellules cancéreuses de la vessie infectées par rapport aux témoins non infectés. En résumé, ces résultats in vitro montrent que VSVδ51 induit la mort cellulaire immunogène et a la capacité d'activer à la fois des réponses immunitaires innées et adaptatives. Futures expériences à court terme comprennent le test des effets in vivo de VSVδ51 dans un modèle de souris de cancer de la vessie C57BL / 6-MB49 syngéniques. Futures expériences à long terme comprennent le test des effets in vivo de VSVδ51 dans un modèle de souris xénogénique immun reconstitué du cancer de la vessie humaine. Ces études translationnelles démontreront le potentiel de VSVδ51 pour le traitement du cancer de la vessie et potentiellement améliorer le pronostic pour les patients diagnostiqués avec NMIBC.

Caractérisation de l’interaction Fam172a-Ago2 dans le développement des cellules de la crête neurale et l’apparition du syndrome CHARGE


Félix-Antoine Bérubé-Simard1,2, Catherine Bélanger1,2, Elizabeth Leduc1,2, Fatiha Azouz1,2, Philippe Campeau3,4, Nicolas Pilon1,2,4
1Chaire de recherche sur les maladies génétiques rares, Département des sciences biologiques et Centre de recherche BioMed, Université du Québec à Montreal (UQAM), Montréal, Québec, Canada 2Centre d’Excellence en Recherches sur les Maladies orphelines – Fondation Courtois (CERMO-FC), Université du Québec à Montréal (UQAM), Montréal, Québec, Canada. 3Division de génétique médicale, Centre de recherche de l’Hôpital Sainte-Justine, Montréal, Québec, Canada. 4Départment de pédiatrie, Université de Montréal, Montréal, Québec, Canada

Via un criblage génétique chez la souris, nous avons découvert que la mutation de Fam172a, un gène très peu caractérisé, phénocopie le syndrome CHARGE (Coloboma of the eye, Heart defects, Atresia of the nasal choanae, Retardation of growth and/or development, Genital abnormalities, and Ear abnormalities), et le séquençage de l'ADN de patients a confirmé que la mutation de ce gène pouvait effectivement être une cause de ce syndrome. La caractérisation combinée du modèle de souris transgénique et de lignées lymphoblastoïdes de patients CHARGE nous a permis de proposer un modèle selon lequel Fam172a serait impliqué dans le contrôle de l’épissage alternatif en stabilisant les interactions protéiques à l’interface chromatine-spliceosome. De plus, nous avons découvert qu’un traitement à base de rapamycin pouvait prévenir les malformations oculaires et problèmes d’épissage [Bélanger, B.-Simard et al., PNAS 2018].

 

Puisque nous soupçonnons que l’interaction Fam172a-spliceosome est médiée par la protéine Ago2, nous avons entrepris de caractériser davantage cette interaction. Nos résultats indiquent qu’une interaction avec Fam172a est importante pour la localisation nucléaire d’Ago2, cette interaction étant médiée par le domaine PAZ d’Ago2. Plusieurs autres expériences in vitro et in vivo sont actuellement en cours afin de mieux comprendre l’interaction entre Fam172a et Ago2 dans le contexte de l’épissage alternatif et la prolifération cellulaire des cellules de la crête neurale.  Notamment, la délétion conditionnelle du gène Ago2 au niveau des cellules de la crête neurale grâce aux souris transgénique Wnt1-Cre nous permet d’évaluer son potentiel rôle dans le développement du syndrome CHARGE, et autres neurocristopathies.

 

Il n’existe présentement aucune thérapie pour le syndrome CHARGE autre que de multiples chirurgies correctrices. En fournissant une meilleure compréhension du mécanisme pathogénique, ce projet permettra d’envisager une thérapie moléculaire globale.

Caractérisation du récepteur à la laminine 67LR dans les cellules cancéreuses colorectales


Gabriel Cloutier1, Taoufik Khalfaoui2, Jean-François Beaulieu3
1Université de Sherbrooke 2Université de Sherbrooke 3Université de sherbrooke

Le récepteur à la laminine 67LR (67 kDa laminin receptor) est un récepteur membranaire pour la chaine β1 des laminines. Initialement, le récepteur 67LR est retrouvé sous forme de précurseur cytoplasmique de 37kDa nommé RPSA (ribosomal protein SA). Dans les cellules humaines, RPSA intervient dans la formation du complexe de polyribosome qui est essentielle à une traduction efficace des ARNm. Le mécanisme par lequel la protéine ribosomale produit un récepteur membranaire est cependant encore très mal compris. Plusieurs hypothèses indiquent qu’une homo ou hétérodimérisation des protéines RPSA non associées aux ribosomes serait impliquée. D'autre part, une surexpression de 67LR est corrélée avec l'agressivité de plusieurs cancers. Le projet de recherche vise d’une part à confirmer la surexpression membranaire de 67LR dans des cellules de cancer colorectal et par la suite identifier le ou les partenaires d’hétérodimérisation. Pour confirmer la présence du récepteur 67LR à la membrane dans la lignée cellulaire Caco-2/15, nous avons effectué une protocole d’extraction par fractionnement cellulaire puis une série de centrifugation jusqu’à 210,000xg, permettant ainsi la séparation entre les ribosomes (RPSA) et les membranes (67LR). Suite à un immunobuvardage de type western nous retrouvons une protéine immunoréactive correspondant à la forme de 67kDa du récepteur dans la fraction soluble alors qu’une partie de la forme de 37kDa est retrouvée dans la fraction insoluble, suggérant ainsi la précipitation et l’association de cette dernière avec les membranes. Ce résultat est confirmé par la solubilisation de la forme 37kDa suite à un traitement au détergent. Ces résultats suggèrent l’existence d’un dimère cytoplasmique de 67kDa précurseur à la formation du récepteur membranaire. À terme, des analyses en spectrophotométrie de masse de la fraction soluble contenant la forme de 67kDa permettront d’obtenir l’identité de son partenaire dimérique et ainsi mieux comprendre son mécanisme et son rôle dans la carcinogenèse colique.

(supporté par IRSC)

Caractérisation du rôle du récepteur P2Y6 dans la migration cellulaire


Mélissa Girard1, Morgane Placet2, Steve Dagenais Bellefeuille2, Guillaume Arguin2, Jean-Michel Longpré3, Philippe Sarret4, Fernand-Pierre Gendron2
1Université 2Université de Sherbrooke 3Université de Sherbrooke 4Université de Sherbrooke

Le cancer colorectal (CCR) est reconnu comme la deuxième cause de mortalité liée au cancer au Canada. Les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) possèdent un rôle non négligeable dans le processus tumorigénique du CCR, qui est subdivisé en 3 étapes : l’initiation, la promotion et la progression tumorale. La formation de métastases repose sur la capacité des cellules cancéreuses à envahir le tissu environnant et à migrer vers la niche métastatique. Ainsi, l’identification de nouvelles cibles initiant le développement du CCR représente un enjeu majeur pour améliorer le diagnostic et le traitement du cancer du côlon.

 

Récemment, nous avons mis en évidence l’implication du RCPG P2Y6 dans le CCR en utilisant un modèle murin du CCR, induit par un traitement à l'azoxymethane (AOM) et au dextran sodium sulfate (DSS). Ces travaux ont mis en lumière que P2Y6 est impliqué dans la formation tumorale. En effet, les souris knockouts pour ce récepteur avaient une charge tumorale moindre en comparaison aux souris contrôles. En outre, certains travaux indiquent que P2Y6 serait impliqué dans le processus métastatique, entre autres dans le cancer du sein, mais très peu d'études recensent le rôle de ce récepteur dans la migration cellulaire dans le contexte du CCR. Toutefois, peu d’informations sont disponibles concernant les mécanismes de signalisation mis en place par le récepteur P2Y6 pour moduler le processus de migration.

 

Dans ce travail, nous avons montré que l’activation de P2Y6 est à l’origine de la migration des cellules exprimant ce dernier par un mécanisme dépendant de la cofiline et de la formation de fibres de stress d’actine et de points d’adhésion focaux. Pour ce faire, nous avons utilisé l’expression d’une forme recombinante du récepteur P2Y6. Conséquemment, nous avons également observé que l’activation de P2Y6 accélère la fermeture de blessures dans un modèle in vitro de guérison de blessures. 

Caractérisation par tomodensitométrie de l’adiposité de la moelle osseuse en lien avec les désordres minéraux et osseux en dialyse


Nada Khelifi1, Yue Pei Wang1, Cyrille De Halleux1, Roth-Visal Ung1, Claudia Gagnon2, Fabrice Mac-Way1
1Centre de recherche du CHU de Québec, hôpital l’Hôtel-Dieu de Québec, Axe Endocrinologie et Néphrologie, Faculté et Département de Médecine, Université Laval, Québec, Canada 2Centre de recherche du CHU de Québec, CHUL, Axe Endocrinologie et Néphrologie, Faculté et Département de Médecine, Université Laval, Québec, Canada

Problématique: Les fractures et événements vasculaires comptent parmi les complications les plus importantes de l’insuffisance rénale chronique (IRC). Les études récentes suggèrent un rôle potentiel de l’augmentation du tissu adipeux de la moelle osseuse (TAM) dans la perte osseuse. Or, la meilleure méthode de caractérisation du TAM en IRC demeure inconnue.

Objectifs: 1) Déterminer la faisabilité de caractériser le TAM et différents paramètres tissulaires (adipeux, osseux et musculaires) dans une même acquisition par tomodensitométrie (TDM) en dialyse; 2) Évaluer les corrélations entre le TAM et les différents paramètres tissulaires.

Méthodes: Étude pilote de patients dialysés au CHU de Québec. Les images TDM ont été prises au niveau des vertèbres L3 et L5, du tibia distal et proximal à l’aide de deux niveaux d’énergie (80, 140 kVp), et au niveau de la hanche à 120 kVp. Le TAM et les paramètres tissulaires ont été calculés à l’aide du logiciel QCT-Pro (Mindways, Austin TX, É-U). Le niveau sanguin de certains marqueurs osseux (sclérostine, DKK1, FGF23, α-klotho) a été dosé par ELISA. Des corrélations de Spearman ont été effectuées à l’aide de SPSS 20.

Résultats: 15 patients dialysés (âge médian de 75 ans, durée de dialyse médiane de 39,3 mois) ont été recrutés. Une TDM de 5 min a permis de caractériser le TAM et différents paramètres tissulaires. Nos analyses (figure) montrent une corrélation entre le TAM vertébral au niveau L3 et L5, une corrélation positive entre le TAM vertébral et la densité minérale et osseuse (DMO) du tibia, mais aussi une corrélation négative entre le TAM tibial et la DMO du tibia, L3, L5 et l’épaisseur corticale du tibia. Finalement, une corrélation négative existait entre le TAM à L3 et le niveau sanguin de DKK1.

Conclusions: Une acquisition rapide au TDM a permis de quantifier le TAM et plusieurs autres paramètres osseux et métaboliques. L’association entre le TAM et les paramètres osseux varie selon le site de mesure.

Caractéristiques des effectifs infirmiers aux soins intensifs et issues observées : une revue systématique des revues systématiques


Christian Vincelette1,2, Myriam Dumont1,2, Olivier Fortin3, Christian M. Rochefort1,4,5
1Université de Sherbrooke 2CHUM 3McGill University Health Centre 4CRCHUS 5CR-HCLM

Objectifs : 1) Synthétiser les données issues de revues systématiques portant sur les associations entre les caractéristiques des effectifs infirmiers aux soins intensifs et la survenue de la mortalité ou d’événements indésirables dans le contexte de soins aigus et 2) Identifier des pistes de recherche futures.

Méthode : Des revues systématiques, publiées entre 1997 et 2018, ont été identifiées suite à une recherche documentaire dans six banques de données (Medline, Embase, CINAHL, PubMed, Web of Science et Cochrane). La qualité des études a été évaluée à l’aide des critères de l’AMSTAR. La sélection des études, l’extraction des données et l’évaluation de la qualité ont été effectuées par deux personnes, indépendamment. Tout désaccord a été résolu de manière consensuelle entre les auteurs.

Résultats :
Parmi 1563 articles identifiés, huit revues systématiques, de qualité globalement moyenne, ont été incluses. L’augmentation du ratio infirmière-patient était majoritairement associée à une réduction des événements indésirables. Toutefois, le niveau d’éducation et d’expérience des effectifs infirmiers n’étaient pas associées de manière consistante à une telle réduction. Enfin, l’hétérogénéité des méta-analyses incluses ne permet pas de conclure à une association entre les caractéristiques des effectifs infirmiers et le risque de mortalité.

Conclusion :
Ce domaine de recherche est caractérisé par une majorité d’études transversales; ce qui limite la possibilité d’inférences causales et l’établissement de politiques de dotation sécuritaires. Afin d’adresser ces limites, des études longitudinales sont donc requises. De plus, la stratification des analyses en fonction des types de clientèles et l’usage de modèles d’ajustement pour le risque qui sont valides et standardisés sont des avenues prometteuses pour mieux saisir les associations entre les caractéristiques des effectifs infirmiers et la survenue de la mortalité ou d’événements indésirables aux soins intensifs.

COMBINING NEXT GENERATION ANTIBODY‐DRUG CONJUGATES WITH IMMUNOTHERAPY FOR IMPROVED HER2+ BREAST CANCER TREATMENT


Samuel Rouleau1, Christine Lawson1, Jeffrey Leyton1, Lee-Hwa Tai1
1Université de Sherbrooke

Background and rationale: About 14% of breast cancers produce excess human epidermal growth factor receptor 2 (HER2).  These HER2-enriched cancers spread more aggressively and are associated with poorer prognosis compared to other breast cancer subtypes.  Treatment for metastatic HER2+ breast cancer has progressed considerably in the past 5 years with the introduction of monoclonal antibodies targeting HER2 (Trastuzumab) and antibody drug conjugates (Trastuzumab-emtansine, TDM1) that combine HER2 targeting and a small molecule tubulin destabilizer to potently lyse HER2+ breast tumor cells.  However, treatment with TDM1 has been associated with high response rates, but with short response durations. This is mainly due to cancer cell-mediated drug efflux, shifting of endosome trafficking for recycling and reduction of HER2 cell surface expression resulting in reduced intracellular drug accumulation and drug resistance.  Conversely, immunotherapy such as checkpoint inhibitors (anti-PD1) has a lower response rate, but comes with long response durations. This is mainly due to the absence of immune stimulatory signals within the tumor environment required for effective T cell-mediated tumor killing.  In collaboration with Accum Therapeutics Inc., we are testing a next generation TDM1 prototype - Accum-TDM1, which is detected at higher intracellular levels in HER2+ tumor cells, induces greater tumor cell cytotoxicity in vitro and improves tumor killing in vivo.  We aim to combine the enhanced tumor cell killing capacity of Accum-TDM1 with anti-PD1 to synergistically target HER2+ tumors.

 

Hypothesis: We hypothesize that Accum-T-DM1 treatment will lead to enhanced immunogenic cell death that can lead to better maturation of antigen presenting cells and recruitment of  tumor specific cytotoxic T cells.  These crucial effector cells can then be modulated with anti-PD1 for maximal tumor killing.

 

Methods: Multi-parameter flow cytometry, immunoblot and functional immune assays were used to assess Accum-TDM1 mediated immunogenic cell death in HER2+ human breast tumor cells. A humanized HER2 tumor-bearing xenogeneic mouse model will be used to assess the tumor killing effectiveness of Accum-TDM1 alone or in combination with the checkpoint inhibitor anti-PD1.

 

Results and Conclusions: HER2+ tumor cell lines treated with Accum-TDM1 showed increased markers of immunogenic cell death (calreticulin exposure, HMGB1 and ATP release) compared to tumor cells treated with TDM1. This suggests that Accum-TDM1-mediated tumor cell death is immunogenic in nature and could lead to enhanced anti-tumor immune responses in vivo.  Future in vivo experiments using combination Accum-TDM1 and anti-PD1 will provide a synergistic benefit to reduce tumor burden and prolong survival in humanized HER2+ mice models.

Comparaison de deux stratégies d'apport en glucides pour améliorer le contrôle de la glycémie pendant l'exercice chez les adultes atteints de diabète de type 1 (résultats préliminaires).


Lucas Goulet Gélinas1, MARIE-BÉATRICE SAADE2, CORINNE SUPPÈRE2, Sémah Tangougui2, Virginie Messier2, Rémi Rabasa-Lhoret3
1Université de Montréal, IRCM (PROMD) 2Institut de recherches cliniques de Montréal 3IRCM, Université de Montréal, NCHUM

Problématique

Plus de 60 % des patients avec le diabète de type 1(DbT1) sont sédentaires, ce qui contribue à augmenter les facteurs de risque cardiométabolique. L’augmentation du risque d’hypoglycémie est la principale barrière de ces patients à effectuer de l’AP. Un apport en glucides est souvent requis pour prévenir les hypoglycémies lors d’une AP. À notre connaissance, peu d’études ont comparé l’efficacité de différents apports en glucides pour prévenir les hypoglycémies induites par l’activité physique. L’objectif de cette étude est de comparer l’efficacité de 2 stratégies de collation pour maintenir la glycémie dans les cibles glycémiques (4-10mmol/L) lors d’une AP chez des adultes avec le DbT1 traités par multi-injections d’insuline.

 

Méthodes

Les sujets ont participé à 2 interventions durant lesquelles une heure de vélo stationnaire est réalisée à 60% de leur VO2peak. Aléatoirement, ils consomment un apport en glucides de 0.5g/kg, soit en une seule fois 5 minutes avant l’AP (stratégie 1) ou réparties avant et pendant l’AP (stratégie 2). La glycémie capillaire est mesurée avant l’AP puis toutes les 10 minutes durant l’AP. Seize des 33 participants planifiés ont complété l’étude.

 

Résultats

Seulement 2 épisodes d’hypoglycémie sont survenus durant l’AP avec la stratégie 2 alors qu’aucun épisode d’hypoglycémie n’a été observé avec la stratégie 1. Le pourcentage du temps passé dans les cibles glycémiques est de 85±25% avec la stratégie 1 et de 95±11% avec la stratégie 2 (p=0.1). Le delta glycémique est de +1.60±1.38mmol/L avec la stratégie 1 et de +0.58±0.68mmol/L avec la stratégie 2 (p=0.01).

 

Discussion

Nos résultats préliminaires suggèrent que les deux stratégies de collation semblent appropriées afin de maintenir la glycémie dans les cibles glycémiques. La stratégie 2 semble occasionner moins de variation glycémique comparativement à la stratégie 1.

Conception, synthèse et étude d'une nouvelle classe d'antinéoplasiques rationnellement tri-fonctionnalisés


Julie Schmitt1, Shanlong Huang1, Elliot Goodfellow1, Izabela Natalia Faria Gomes2, Marcela Nunes Rosa2, bertrand jean-claude1
1Université McGill 2Barretos Hospital

La plupart des agents alkylants actuellement utilisés en clinique ont une cible unique : l’ADN. Cependant, en raison de l’action des enzymes de réparation, les dommages induits ne suffisent pas toujours à bloquer la prolifération des cellules tumorales. En plus du phénomène de résistance, les effets secondaires, la toxicité élevée ainsi que le manque de sélectivité limitent leur utilisation en clinique. Pour résoudre ces problèmes, une nouvelle stratégie dénommée «combi-ciblage» a été mise au point par notre laboratoire. Cette dernière vise à synthétiser des agents capables d’endommager l’ADN, mais aussi de bloquer des voies de signalisation associées à la survie de la cellule tumorale. Ces molécules dites « combi-molécules » sont capables d’agir simultanément sur plusieurs cibles, d’améliorer les propriétés pharmacocinétiques et pharmacodynamiques tout en présentant une toxicité plus faible. La synthèse de systèmes moléculaires multifonctionnels reste néanmoins un réel défi puisqu’il doivent (1) maintenir une affinité de liaison pour les cibles désirées, (2) posséder une solubilité suffisante pour permettre une bonne pharmacocinétique et enfin (3) avoir une taille suffisamment adaptée à sa diffusion à travers la membrane cellulaire.

 

Pour la première fois, nous avons synthétisé et étudié une « triplex » combi-molécule alliant trois fonctions au sein d’un même système, le tout permettant de cibler un récepteur surexprimé dans les tumeurs : l’EGFR (Récepteur du Facteur de Croissance Epidermique). Les résultats préliminaires obtenus in vitro mettent en évidence une preuve de concept d’un agent unique capable de conserver l’intégrité de ses trois fonctions au sein de la cellule tumorale. Ces composés, qui seront une première en chimie thérapeutique du cancer, pourront présenter une efficacité plus importante par rapport aux thérapies classiques tout en augmentant la tolérance des patients face au traitement. 

Contribution des noyaux du mésencéphale lors de la récupération fonctionnelle de la marche après lésion médullaire


Marie Roussel1, Nicolas Josset1, Frédéric Bretzner.1
1Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval

Les patients médullaires ayant subi une hémi-lésion latérale de la moelle épinière récupèrent une marche lente, accompagnée d’un trainement de la jambe du côté lésé. Récemment, la stimulation électrique du mésencéphale a permis d’améliorer la récupération de la marche de rats médullaires. Un essai clinique est d’ailleurs en cours pour tester la stimulation cérébrale profonde (DBS) dans une cohorte de patients médullaires. Cependant, il reste encore des questions concernant la position des électrodes de stimulation dans le mésencéphale. Alors que les sites de stimulation initiant la marche ont d’abord été identifiés au sein du noyau pédonculopontin (PPN), nous avons récemment démontré que les neurones glutamatergiques de la portion dorsale du PPN et du noyau cunéiforme (CnF) seraient des sites de stimulation plus efficaces.

Nous avons donc évalué la contribution des neurones glutamatergiques du PPN et du CnF lors de la récupération de la marche après lésion médullaire chez la souris.  

Nous avons analysé le mouvement et l’activité locomotrice en réponse à des photostimulations des neurones glutamatergiques du PPN ou du CnF de souris transgéniques, se déplaçant librement sur un tapis roulant, avant et pendant 7 semaines après une hémi-lésion thoracique latérale.

Après lésion médullaire, la stimulation des neurones glutamatergiques du CnF accélère le rythme et la vitesse de marche, alors que celle des neurones glutamatergiques du PPN induit une décélération et un arrêt locomoteur. Par ailleurs, les réponses motrices évoquées par la photostimulation des neurones glutamatergiques du CnF ou du PPN sont de plus forte amplitude après lésion, suggérant une augmentation de l’efficacité motrice.

En résumé, notre étude suggère que le CnF pourrait être une cible thérapeutique pour la stimulation cérébrale profonde (DBS) chez les patients médullaires.

Contribution des récepteurs CB2 à la synaptogenèse


Aurélie Stil1, Pei-Yun Tu1, Eliane Le Van Long1, Lucas Paladines1, Jonathan Simard1, Samuel Laroche1, Philippe Germain1, Jean-François Bouchard1
1École d'optométrie, Université de Montréal

Du fait de leur présence en périodes foetale et périnatale, les endocannabinoïdes (eCBs) influencent divers processus développementaux. À travers leurs récepteurs, CB1 et CB2, les eCBs jouent un rôle essentiel au cours du guidage axonal (Argaw et al., 2011; Duff et al., 2013). Plusieurs molécules impliquées dans ce phénomène contribuent à la formation de synapses. Nous avons donc étudié une nouvelle fonction des récepteurs CB2 lors de la synaptogenèse.

 

Les présents travaux ont été réalisés sur des neurones corticaux de souris in vitro. Une approche pharmacologique combinée à une analyse en immunocytochimie montre une augmentation de la densité des contacts synaptiques chez les neurones traités à l'aide d'un agoniste inverse du récepteur CB2, et une diminution avec un agoniste. Sur les neurones issus de souris dont le récepteur est délété (cnr2-/-), la densité de contacts est plus faible par rapport aux neurones issus de souris sauvages (WT). Nos résultats suggèrent ainsi que les effets dépendent si l'activité du récepteur CB2 est modulée à court ou long terme. Pour déterminer si les modulations de la densité de contacts ont un impact sur l’activité synaptique, nous avons enregistré les courants miniatures post-synaptiques excitateurs. Nos résultats suggèrent que les modulations de la densité des contacts sont corrélées avec des modifications de la fonction synaptique.

 

L’identification des mécanismes qui sous-tendent la formation de synapses demeure une question fondamentale. L’étude de ces processus devrait aider au développement de stratégies thérapeutiques pour le traitement de maladies dégénératives. D’autre part, les effets de la consommation de cannabis sur le développement du système nerveux du foetus et de l’adolescent ne sont que partiellement connus. Avec la légalisation imminente de cette drogue, il devient donc essentiel de s’intéresser à ces effets, afin d’évaluer notamment le rôle des cannabinoïdes sur le développement de la synapse.

De nouveaux biomarqueurs pour prédire la résistance à la radio-chimiothérapie néo-adjuvante au 5-fluorouracile dans le cancer rectal


Anaïs Chauvin2, Chang-Shu Wang3, Sameh GEHA3, Perrine Garde Granger3, Francois-Michel Boisvert2
1Département de Pathologie, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé, Sherbrooke, Québec, Canada 2Département d’Anatomie et de Biologie Cellulaire, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé, Sherbrooke, Québec, Canada 3Département de Médecine Nucléaire et Radiobiologie, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé, Sherbrooke, Québec, Canada

        La recherche de nouveaux biomarqueurs en cancérologie est aujourd’hui nécessaire afin d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques ainsi que les voies de signalisation impliquées dans les processus cancéreux. Au Canada, le cancer rectal représente le deuxième cancer le plus répandu et le plus meurtrier derrière le cancer du poumon. Cette forte mortalité est due à un diagnostic souvent tardif laissant apparaître une tumeur rectale localement avancée (LARC). Dans ce cas, le protocole standard de traitement en vigueur au Centre Hospitalier de l’Université de Sherbrooke est la radio-chimiothérapie néoadjuvante au 5-fluorouracil (RCTN au 5-FU). Ce traitement permet une augmentation du taux de résection complète pendant la chirurgie, de la survie et de la qualité de vie des patients.

 

        Alors que 70% des patients montrent une réponse positive, dont 15% avec une rémission complète, 30% ayant le même stade tumoral et ayant été traités de la même façon ne répondent pas favorablement et les marqueurs cliniques actuellement utilisés ne sont pas capables de prédire la réponse individuelle du patient. Notre objectif est donc d'étudier le profil protéique tumoral de patients atteints de LARC par spectrométrie de masse afin d'identifier des biomarqueurs prédictifs de la réponse à la RCTN et les voies de signalisation potentiellement impliquées dans la résistance à ce traitement.

 

        Les tissus tumoraux obtenus à partir des biopsies fixées réalisées avant la NRCT au 5-FU sont utilisés pour identifier un profil protéique prédictif de la réponse au traitement. Grâce à une méthode d'extraction développée dans notre laboratoire, nous avons été capables d’extraire 4000 protéines en moyenne à partir de 59 biopsies de LARC fournies par le CHU de Sherbrooke. Nous avons identifié de nombreuses protéines différentiellement abondantes entre les non répondeurs et les répondeurs totaux de notre cohorte. Ces protéines sont particulièrement intéressantes puisque bon nombre d’entre elles ont déjà été identifiées dans différents types de cancer comme la protéine RIPK1, plus abondante chez les non-répondeurs. RIPK1 est impliquée dans les processus de survie cellulaire via la voie NF-κB mais également dans la mort par nécroptose et fait partie des protéines qui pourraient constituer une cible thérapeutique de choix. Présentement, nous réalisons des lignées cellulaires cancéreuses colorectales exprimant stablement les protéines identifiées et grâce à des expériences d’irradiation couplées à un traitement au 5-FU, nous allons étudier l’implication potentielle directe de chacune de ces protéines dans la résistance au traitement afin de les valider comme cible thérapeutique potentielle.

 

        Les informations de cette étude rétrospective ont généré une grande quantité de données sur les protéines et ont permis d’identifier des voies de signalisation potentiellement impliquées dans les processus de résistance à la RCTN au 5-FU. Utilisant une nouvelle approche protéomique, ce projet permettra la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques prometteuses ainsi que la mise en place d’une approche personnalisée pour optimiser le traitement du cancer rectal.

Délétion de PKCδ spécifiquement dans les cellules endothéliales améliore la reperfusion du flot sanguin suite à une ischémie des membres inférieurs dans le diabète.


Valérie Breton1, Stéphanie Robillard1, Laura Croteau1, Étienne Fafard-Couture1, Farah Lizotte1, Pedro Geraldes1
1Université de Sherbrooke

La maladie des artères périphériques est une complication majeure du diabète qui, lorsque non traitée, entraîne 20 fois plus de risques d’hospitalisation pour une amputation. Celle-ci est caractérisée par une angiogenèse déficiente; un développement insuffisant des vaisseaux collatéraux. Notre laboratoire a montré une qu’une délétion complète de PKC-δ chez la souris diabétique améliorait la revascularisation suite à une ischémie. Objectif – Nous voulons vérifier l’impact d’une délétion de cette kinase spécifiquement dans les cellules endothéliales (CE). Méthodes – Des souris non-diabétiques (NDM) et diabétiques (DM) sans ou avec une délétion de PKC-δ spécifiquement dans les CE ont subi une ligature de l’artère fémorale (pour induire une ischémie). Le flot sanguin a été mesuré sur 4 semaines. Des analyses histologiques et d’immunofluorescence ont été effectuées sur des marqueurs apoptotiques ainsi que l’expression de gènes angiogéniques dans le muscle ischémique a été évaluée par qPCR. Résultats – Nos données préliminaires montrent un faible rétablissement du flot sanguin chez les souris diabétiques (DM) (43%) comparativement aux souris non-diabétiques (NDM) (88%). La délétion de PKC-δ dans les CE (ePKC-δKO) semble générer une meilleure revascularisation suite à l’ischémie, et ce malgré le diabète. En effet, les souris DM ePKC-δKO ont récupéré à 74%. Des analyses d’immunofluorescence montrent une diminution du nombre de CE en apoptose dans le muscle ischémique des souris DM-ePKC-δKO en comparaison avec les souris DM. L’analyse génomique des muscles ischémiques montre que les souris DM-ePKC-δKO ont des niveaux d’expression plus élevés pour SDF-1, VEGFR2 et de eNOS (marqueurs associés à l’angiogenèse) comparés au souris DM. De plus, l’inhibition de la phosphorylation de récepteur au VEGF et de Akt (marqueur anti-apoptotique) observée chez les souris DM n’est pas présente dans le muscle ischémique de souris DM-ePKC-δKO.  Conclusion – Nos résultats suggèrent que l’activation de PKC-δ dans les CE inhibe la néovascularisation dans le diabète et ainsi permettre une meilleure compréhension du rôle de cette protéine dans la maladie des artères périphériques.

Description de la voie moléculaire impliquée dans la dégradation autophagique de l'α-synucléine médiée par PLK2.


Morgan Bérard1, Manel Dahmene1, Laurence Labbé1, Abid Oueslati1
1CHU de Quebec Research Center, Axe Neuroscience and Department of molecular medicine, Laval University, Quebec, QC G1V4G2, Canada.

La maladie de Parkinson (MP) est la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente après la maladie d’Alzheimer. Elle touche 2% de la population âgée de plus de 60 ans et 6,3 millions de personnes dans le monde. Les troubles moteurs de la MP sont, entre autre, causés par la perte progressive des neurones dopaminergiques de la substance noire pars compacta conduisant à un déficit en dopamine. Le marqueur pathologique de la MP est la présence d’inclusions protéiques intraneuronales appelées corps de Lewy ou « Lewy Bodies », dont l’alpha-synucléine (α-syn) est le composant protéique majoritaire. L’accumulation et l’agrégation de l’α-syn joue un rôle clé dans la pathogénèse de la MP. Ainsi, la diminution des niveaux protéiques de l’α-syn pourrait représenter une stratégie thérapeutique viable pour le traitement de cette pathologie. Cependant, les mécanismes cellulaires et moléculaires favorisant cette dégradation restent à élucider.

Dans cette étude, nous avons eu recours à la culture cellulaire et des méthodes d’analyses biochimiques (immunobuvardages et immunoprécipitation). Nos résultats rapportent que les niveaux d'expressions de l’α-syn peuvent être réduits suite à sa phosphorylation par certains membres de la famille des Polo-like kinase (PLK). De façon intéressante, PLK2 et PLK3 phosphorylent l’α-syn sur son résidu sérine en position 129 et favorisent son élimination par la macroautophagie. Cette voie de dégradation exige l'interaction entre l’α-syn et la PLK2. De plus, nos données démontrent que ce complexe protéique est ubiquitinylé suggérant que cette modification post-traductionnelle puisse faciliter sa reconnaissance sélective conduisant à une dégradation des deux protéines.

Pour conclure, notre étude fournit la description d’une nouvelle voie de dégradation de l’α-syn qui offre de nouvelles perspectives pour le développement de stratégies thérapeutiques visant à réduire l'accumulation de l’α-syn et sa toxicité cellulaire de façon spécifique.

Déséquilibre de la sécrétion des protéases dans la dystrophie cornéenne endothéliale de Fuchs


Isabelle Xu1, Mathieu Thériault2,3,4, Noémie Parent2,3,4, Sébastien Gendron1,2,3,4, Patrick Rochette2,3,4, Stéphanie Proulx2,3,4
1Université Laval 2Centre de recherche du CHU de Quebec-UL, axe médecine régénératrice, Qc, Qc 3Dépt. d'ophtalmologie, Université Laval, Qc, Qc 4Centre LOEX de l'Université Laval, Qc, Qc

Objectif : Comparer le sécrétome et le transcriptome de cellules endothéliales cornéennes (CECs) cultivées à partir de cornées saines et celles ayant la dystrophie endothéliale cornéenne de Fuchs (DECF).

 

Méthodes : Des CECs humaines, isolées à partir de spécimens chirurgicaux (DECF) et de cornées saines provenant de la banque d’yeux, ont été cultivées 15-28 jours post-confluence. Le surnageant a été récolté et le secrétome a été étudié avec une trousse de détection qui analyse l’expression de 35 protéases, 32 inhibiteurs de protéases (IPs) et 107 cytokines (R&D Systems). L’ARNm a ensuite été isolé (Quiagen) et un profilage génique a été effectué (Agilent SurePrint G3).

 

Résultats : L’expression génique et protéique des cytokines étaient similaires entre les CECs DECF et saines. Les analyses de protéases/IPs ont détecté dans les deux groupes des métalloprotéinases (MMP-1, 2, 3, 12), des cathepsines (A, B, D, et X/Z/P), des sérines (Serpin E1), des cystéines (Cystatin B, C) et des IPs (TIMP-2 et 4). Le surnageant DECF avait significativement moins de Cathepsine A (1,6±0,4 fois) et de MMP-12 (3,0±1,5 fois). Une augmentation de MMP-1 a été détectée pour la MMP-1 des CECs DECF (2,4±0,4 fois). L’expression génique des deux populations était similaire pour la Cathepsine A (1,0±0,1 fois plus) et la MMP-12 (1,7±1,0 fois plus), mais significativement plus élevé pour la MMP-1 (16,4±0,1–fois) chez les CECs DECF.

 

Conclusion : Les analyses de protéases/IPs suggèrent un déséquilibre de ces derniers chez les cultures DECF. Vu l’importance de ces protéines dans le contrôle de la production/dégradation de la matrice extracellulaire, un tel déséquilibre pourrait contribuer à l’épaississement irrégulier de la membrane de Descemet vu dans cette pathologie.

Développement de biopsies liquides de nouvelle génération utilisant la détection de vésicules extracellulaires par cytométrie de flux haute résolution


Fabrice Lucien1, Janice Gomes2, Hon Leong1,2
1Mayo Clinic, Rochester, MN, USA 2Department of Pathology and Laboratory Medicine, Western University, London, ON

Les biopsies liquides sont des outils prometteurs pour améliorer le pronostic du cancer. Les biopsies liquides actuelles se reposent sur la détection de cellules tumorales circulantes (CTCs) et molécules d’ADN (ctDNA) mais leur faible abondance dans le sang limite leur utilité clinique. Nous avons donc développé une approche innovante basée sur la quantification de vésicules extracellulaires (VEs) relâchées par les cellules tumorales. L’évaluation future du potentiel clinique des VEs requiert l’utilisation d’instruments de détection à la fine pointe de la technologie ainsi que la standardisation des procédures expérimentales.

Notre méthode s’appuie sur l’analyse de vésicules extracellulaires par cytométrie de flux haute résolution. Nous avons testé les capacités de détection du cytomètre de flux et déterminé les procédures optimales pour mesurer de façon précise la concentration de VEs dans le sang.

Nous avons utilisé le cytomètre de flux haute résolution A50-Micro (Apogee FlowSystems) qui assure une détection à haut débit de particules comprises entre 80 et 1000 nanomètres. La performance du A50-Micro a été évaluée à l’aide de « nano » billes fluorescentes et de plasmas humains.

Le A50-Micro détecte de façon linéaire les VEs d’une taille relative comprise entre 200 et 1000 nm. La détection de VEs est optimale lorsque les plasmas sont dilués 1/30 à 1/80 et analysés à une vitesse de 1,5 μL/min. À partir de 10 microlitres de plasma et aussi peu que 25 ng d’anticorps par échantillon, nous avons remarqué que les patients atteints de leucémie lymphocytaire chronique (CLL) en stage avancé (stage 3 et 4) présentent des niveaux de VEs relâchées par les plaquettes (positives pour CD41a) inférieurs aux patients CLL de stage précoce (stage 0 et 1).

Notre approche permet une détection rapide (< 1 minute) et précise de VEs relâchées par tout type cellulaire dans le sang et s’avère une option intéressante pour la recherche de biomarqueurs dans le cancer. 

Développement d’une approche de médecine régénérative pour la maladie de Hirschsprung


Rodolphe Soret1,2, Christophe Faure3,4, Ann Aspirot4,5, Robert O. Heuckeroth6, Nicolas Pilon1,2,4
1Chaire de recherche sur les maladies génétiques rares, Département des sciences biologiques et Centre de recherche BioMed, Université du Québec à Montreal (UQAM), Montréal, Québec, Canada. 2Centre d’Excellence en Recherches sur les Maladies orphelines – Fondation Courtois (CERMO-FC), Université du Québec à Montréal (UQAM), Montréal, Québec, Canada. 3Division de gastroentérologie pédiatrique, hépatologie et nutrition, Centre de recherche de l’Hôpital Sainte-Justine, Montréal, Québec, Canada. 4Départment de pédiatrie, Université de Montréal, Montréal, Québec, Canada. 5Division de chirurgie pédiatrique, Centre de recherche de l’Hôpital Sainte-Justine, Montréal, Québec, Canada. 6Department of Pediatrics, The Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania, and The Children's Hospital of Philadelphia Research Institute, Philadelphia, PA 19104, USA.

La maladie de Hirschsprung (HSCR) est une malformation congénitale potentiellement fatale, dans laquelle le côlon est dépourvu de l’innervation intrinsèque du système nerveux entérique (SNE). Chez tous les enfants affectés, la région sans ganglion du SNE (aganglionnaire) demeure contractée en permanence, ce qui entraîne un blocage et l’accumulation de matière fécale (mégacôlon). Depuis 70 ans, les enfants HSCR ont leur vie sauvée par la résection chirurgicale de la région affectée. De nombreux enfants continuent toutefois d’avoir de graves problèmes après la chirurgie, ce qui justifie le besoin pour de nouvelles approches thérapeutiques.

 

Grâce à nos modèles de souris pour HSCR appelés Holstein (causé par surexpression de Collagène VI) et TashT (causé par un dérèglement des voies signalisation RET et EDNRB), nous avons découvert que l’administration postnatale par lavement rectal du facteur neurotrophique dérivé des cellules gliales (GDNF) prévient la mort par mégacôlon. Ce traitement induit la formation de nouveaux ganglions nerveux (contenant neurones et glies) dans la zone qui est autrement aganglionnaire, et ceux-ci sont en tous points similaires au SNE natif. Nos résultats indiquent que le GDNF exogène pénètre la paroi du côlon, où il stimule une boucle d’autorégulation de GDNF endogène. Ces 2 sources de GDNF ciblent ensuite des précurseurs de cellules de Schwann sur les nerfs extrinsèques, qui sont spécialement abondants dans la zone affectée. Notre approche fonctionne également avec des tissus humains prélevés de patients HSCR et maintenus an culture en présence de GDNF, qui stimule la prolifération des précurseurs de cellules de Schwann et leur différenciation en neurones.

 

Ces travaux démontrent qu’une approche de médecine régénérative peut maintenant être envisagée pour le traitement de HSCR, sans aucun besoin de chirurgie.

Développement par génie tissulaire d’un tube nerveux humain pour réparer les transsections des nerfs périphériques et son implantation animale


Alexane Thibodeau1,2, Chantal Fauvel1, Todd Galbraith1, Hélène Khuong1,2, François Berthod1,2
1Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l’Université Laval/LOEX intégré au centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, QC, Canada. 2Département de chirurgie, faculté de médecine de l’Université Laval, QC, Canada.

La problématique Les transsections nerveuses peuvent conduire à une perte de sensibilité tactile et une paralysie complète. L’autogreffe nerveuse est le standard en clinique, mais induit un déficit au site de prélèvement et ne permet pas une récupération fonctionnelle complète. Une alternative est d’utiliser des conduits nerveux faits de biomatériaux pour guider la migration axonale, mais ils comportent plusieurs limites cliniques. Notre objectif est de fabriquer un tube nerveux (TN) vivant complètement autologue dans lequel un réseau de capillaires sera développé par ensemencement de cellules endothéliales (CE) pour favoriser une vascularisation rapide et de cellules de Schwann (CS) pour favoriser la migration axonale. Méthodes Le TN est constitué d’un tube interne, composé d’un feuillet de fibroblastes avec CE enroulé sur lui-même pour former un tube plein et enrichi en CS, entouré d’un tube externe décellularisé. Les TN humains sont implantés chez des rats RNU immunodéficients pour combler un déficit du nerf sciatique de 15 mm. Le remodelage du greffon est suivi en quantifiant la migration axonale par marquage en immunofluorescence des neurofilaments M et H après 2, 4 et 8 semaines d’implantation. Résultats Les TN ont été implantés avec succès chez le rat et leur structure interne a rapidement été remodelée. Une revascularisation des tubes sur toute leur longueur a été observée dès la 4e semaine d'implantation, y compris dans les tubes non endothélialisés. Les fibres nerveuses ont atteint le segment distal du nerf lésé à 8 semaines, la migration axonale étant similaire à celle de l'autogreffe au niveau proximal. Conclusion En produisant des tubes vivants entièrement autologues susceptibles de libérer des facteurs neurotrophiques et d’accélérer la vascularisation du greffon par un réseau microvasculaire préétabli, nous espérons développer une nouvelle approche thérapeutique personnalisée pour améliorer le traitement des blessures des nerfs périphériques.

Diamine oxydase végétale: agent antispasmodique


Armelle Tchoumi Neree1, Rodolphe Soret2, Mireille Koudoufio1, Lucia Marcocci3, Nicolas Pilon2, Mircea Alexandru Mateescu1
1Département de chimie et la chaire de recherche en allergies et dysfonctions entérique, UQAM 2Département des sciences biologiques et la chaire de recherche sur les maladies génétiques rares, UQAM 3Département des sciences biochimiques, Université de Rome - Sapienza

L’histamine est une amine biogène issue de la décarboxylation de l’histidine et relâchée par dégranulation des mastocytes activés. Elle assure diverses fonctions biologiques incluant les contractions musculaires du tractus gastro-intestinal. Le catabolisme de l’histamine extracellulaire est assuré par la diamine oxydase (DAO, histaminase). Les contractions intestinales excessives, fortement désagréables et fréquentes chez des patients en condition d’entérite inflammatoire pourraient être associées à l’histamine.

Objectif - Investiguer l’effet de la DAO d’origine végétale et du pyridoxal phosphate sur la motilité intestinale irrégulière induite par l’histamine.

Hypothèse - La DAO d’origine végétale, dégrade l’agent spasmodique (histamine) par désamination oxydative et donc pourrait diminuer les contractions intestinales douloureuses.

Méthode - Le tissu obtenu par dissection de la partie distale colique de souris femelle FvB (4-5 semaines), a été placé dans la chambre de motricité et traité avec différentes concentrations d’histamine (0-100 µM) pour stimuler la motilité. Ensuite, l’effet-dose de la DAO a été évalué en présence ou en absence du pyridoxal phosphate 10 µM, dont l’impact sur la stabilité de la DAO a été déterminé par zymography.

Résultats - La DAO restaure la motilité intestinale induite par l’action spasmodique de l’histamine 50 µM. De plus, le pyridoxal phosphate presente une action modulatrice sur l’activité de la DAO.

Conclusion - Cette approche novatrice apporte une nouvelle perspective sur le rôle antispasmodique de la DAO et pourrait être associée aux thérapies couramment utilisées chez les patients en condition d’entérite inflammatoire due à l’histamine.

Différences mâle/femelle dans la pathogenèse de la fibrillation auriculaire


Simon Thibault1, Anh-Tuan Ton1, Francois Huynh1, Céline Fiset1
1Université de Montréal

Les hommes sont deux fois plus à risque de développer de la fibrillation auriculaire (FA) que les femmes. Bien que la FA soit l’arythmie la plus fréquente, les causes de de cette vulnérabilité masculine demeurent inconnues. Ainsi, afin d’expliquer les différences sexuelles dans la pathogenèse de la FA, les objectifs de ce projet sont d’identifier des différences dans les propriétés électrophysiologiques et structurelles d’oreillettes de souris mâles et femelles et d’évaluer la contribution des androgènes dans celles-ci.

 

Les études de stimulations électriques ont révélé que la FA était induite chez 52% des souris mâles et 25% des souris femelles (4-5mois). Le poids de l’oreillette gauche normalisé par la longueur tibiale était 55% plus élevé chez les mâles (0,24±0,01mg/mm, n=15) que chez les femelles (0,15±0,01mg/mm, n=16). Aucune différence expliquant la prédisposition des mâles à la FA ne fut observée dans l’expression et dans la fonction des principaux canaux ioniques auriculaires. En accord avec ces résultats, la configuration du potentiel d’action est identique entre mâles et femelles. Par contre, les niveaux en ARNm de la connexine 40 (Cx40) étaient deux fois plus élevés chez les femelles, tandis que l'expression de Cx43 était comparable entre les sexes (n=4/groupe). Pour étudier la contribution des androgènes, des souris orchiectomisées ont été étudiées. L’expression de la Cx40 étaient similaire à celle des femelles et leur susceptibilité à la FA était inférieure (38%) à celle des mâles non-castrés.

 

En conclusion, nos résultats valident le modèle murin en reproduisant les observations cliniques. Des différences sexuelles importantes ont été observées dans la taille des oreillettes et dans l’expression de la Cx40, suggérant un ralentissement de la conduction de l’influx électrique chez les mâles, favorisant le développement de la FA. De plus, ces différences sont abolies par l’orchiectomie, démontrant l’implication des androgènes dans la pathogenèse de la FA.

Effet anti-tumoral de la mélatonine dans le choriocarcinome placentaire : rôle du stress du réticulum endoplasmique


Josianne Bienvenue1,2,3, Philippe Wong-Yen1,2,3, Lucas Sagrillo-Fagundes1,2,3, Cathy Vaillancourt1,2,3
1INRS-Institut Armand-Frappier 2Centre de recherche interdisciplinaire sur le bien-être, la santé, la société et l'environnement (CINBIOSE) 3Centre de recherche BioMed

La mélatonine induit l’apoptose intrinsèque des cellules de choriocarcinome placentaire (BeWo). Dans plusieurs carcinomes, l’action antitumorale de la mélatonine est médiée par le stress du réticulum endoplasmique (RE) persistant. Celui-ci active la réponse aux protéines mal repliées (UPR) qui mène à l’inflammation, l’autophagie et/ou l’apoptose. Hypothèse : La mélatonine exerce un effet antitumoral dans les cellules BeWo par l’activation du stress du RE. Objectifs : Déterminer si la mélatonine induit dans les cellules BeWo : 1) la réponse UPR et 2) l’inflammation, l’autophagie et/ou l’apoptose. Méthodologie : Les cellules BeWo ont été exposées ou non à la mélatonine (1mM) sous normoxie (8%-O2). Comme contrôle positif, les cellules ont été exposées à une hypoxie-réoxygénation ((H/R) 0,5%/8%-O2) ou à la tunicamycine (3,5ug/mL). L’expression protéique et de l’ARNm des facteurs de la réponse UPR ont été respectivement analysés par immunobuvardage et RT-qPCR. Résultats : Comme l’H/R et la tunicamycine, la mélatonine induit la réponse UPR en augmentant significativement, par rapport au contrôle, l’expression protéique de GRP78 (400%), PERK (190%) et IRE1α (257%). La mélatonine, par la voie PERK, augmente l’expression protéique de P-eIF2α (108%), ATF4 (85%), de CHOP (58%), cl-Parp (74%) et tend à augmenter le ratio Bax/Bcl2 par rapport au contrôle (voie apoptose/autophagie). La mélatonine, par la voie IRE1α, n’a aucun effet sur les l’expression protéique de TRAF2 et NFkB (voie inflammation) ainsi que sur le clivage de l’ARNm de XBP1(voie autophagie). Cette étude suggère que l’action antitumorale de la mélatonine est médiée par l’activation de la réponse UPR-PERK qui induit l’apoptose et l’autophagie.

Effet d’une diète riche en gras sur la réponse immunitaire antitumorale dans le cancer de la prostate


A. Le Page1, N. Boufaied1, A. de Polo1, C. A. Piccirillo2,3, D. P. Labbé1,4
1Division d’Urologie, Département de Chirurgie, Université McGill et Institut de Recherche du Centre Universitaire de Santé de McGill, Montréal (Québec). 2Centre d’Excellence en Immunologie Translationnelle (CETI), Université McGill et Institut de Recherche du Centre Universitaire de Santé de McGill, Montréal (Québec). 3Département de Microbiologie et d’Immunologie, Université McGill, Montréal (Québec). 4Division de Médecine Expérimentale, Département de Médecine, Université McGill et Centre de Recherche sur le Cancer Goodman, Montréal (Québec).

Le cancer de la prostate demeure une cause majeure de mortalité par cancer. La grande disparité entre les populations à faible et forte incidence pour le cancer de la prostate souligne la contribution majeure des facteurs environnementaux. La diète a été identifiée comme un facteur clé dans l’étiologie du cancer de la prostate. En sens la prise de gras insaturés et l’obésité sont associés à une augmentation de la progression et de la mortalité du cancer de la prostate. Étonnamment, l’immunothérapie et les inhibiteurs des points de contrôle immunologique (checkpoint inhibitors) sont demeurés largement inefficaces dans le traitement du cancer de la prostate. Étant donné que la prise de gras et l’obésité entretiennent une réponse inflammatoire de l’hôte, la diète riche en gras pourrait moduler la réponse antitumorale et donc la progression cancéreuse. Pour identifier le mécanisme immunitaire associé à la diète riche en gras favorisant un développement agressif du cancer de la prostate, des lignées cellulaires dérivées de modèle murin génétiquement modifiées et représentant différents sous-types moléculaires de la maladie ont été étudiées et l’expression des principaux récepteurs des inhibiteurs des points de contrôle immunologique a été mesurée. L’injection de ces cellules à un hôte immunocompétent sous diète normale ou riche en gras a permis la caractérisation de l’infiltrat immunitaire associé aux lignées et à la diète. Cette étude permettrait à terme de déterminer quels sont les patients les plus à même de bénéficier de l’immunothérapie, combiner ou non, à une intervention nutritionnelle.

Effets anti-athérosclérotiques et athérorégressifs de l’azapeptide MPE-003, un ligand sélectif du récepteur CD36/SR-B2


Geneviève Frégeau1, Liliane Ménard1, Marie-Eve Vincelette Barrette1, William Lubell2, Huy Ong1, Sylvie Marleau1
1Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal, Québec, Canada 2Département de chimie, Université de Montréal, Montréal, Québec, Canada

L'athéroslérose est le principal facteur de risque de complications cardiovasculaires tel l’infarctus du myocarde. Le récepteur CD36 (SR-B2), exprimé par les macrophages, est responsable de la majeure partie de l'internalisation des lipoprotéines oxydées à faible densité et de leur métabolisme; une dérégulation de ce système a comme conséquence l’acroissement des plaques d’athérosclérose, dont les macrophages apoptotiques sont éliminés par efférocytose par des récepteurs tel le CD36.

 

L’objectif de cette étude est de caractériser les effets anti-athérosclérotiques et athérorégressifs du MPE-003, un azapeptide dérivé du growth hormone-releasing peptide-6, après son administration pendant une période de 8 semaines à une dose de 300 nmol/kg par jour chez des de souris déficientes en apolipoprotéine E âgées de 16 semaines. Les souris ont été soumises à une diète enrichie en lipides et en cholestérol de 4 à 16 semaines d`âge pour ensuite être nourries par une diète normale jusqu’au sacrifice à 24 semaines d’âge.

 

L’azapeptide MPE-003 a réduit les lésions athérosclérotiques de 102% (P < 0.01) au niveau de la crosse aortique comparativement au groupe témoin, sans affecter les concentrations de cholestérol, HDL-cholestérol et triglycérides plasmatiques. L’effet athérorégressif a aussi été observé au niveau des sinus aortiques. Le traitement n’a pas altéré la croissance, la quantité de nourriture ingérée et la glycémie.

 

Nos résultats montrent que le MPE-003 présente des effets anti-athérosclérotiques et athérorégressifs chez les souris déficientes en apolipoprotéine E. Ces résultats appuient le développement de ligands du CD36 comme une nouvelle avenue pour le traitement de l'athérosclérose et l’élucidation du rôle du récepteur CD36 dans la régression des lésions et l’efférocytose.

 

Ces travaux ont été appuyés par Mperia Therapeutics.

Effets de l’huile de poisson riche en oméga-3 (MAG-EPA) sur l’inflammation systémique et locale chez des patients atteints d’un cancer de la prostate


Lisanne Beaudoin1, Nikunj Gevariya1, Karine Robitaille1, Molière N'Guile-Makao1, Marie-Hélène Guertin1, Vincent Fradet1
1Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval - L'Hôtel-Dieu de Québec, Québec. Canada.

Introduction: Les habitudes de vie joueraient rôle important dans le développement et la progression du cancer de la prostate (CaP). Les acides gras polyinsaturés à longue chaines oméga-3 (LCn3), principalement le sous-type EPA, seraient bénéfiques contre le CaP via leurs propriétés anti-inflammatoires. Une étude clinique randomisée en double aveugle de phase IIb est présentement en cours dans notre équipe de recherche afin d’étudier les effets d’une supplémentation en MAG-EPA sur l’inflammation systémique et locale chez des patients atteints de CaP.

Méthodes: 130 hommes avec un CaP localisé (Gleason≥7) traité par prostatectomie radicale (PR) ont été randomisés à une prise quotidienne de MAG-EPA (n=65) ou de placebo (n=65). L’intervention a débuté 6 semaines avant la PR et perdure pendant un an post-PR. Le profil de 27 cytokines inflammatoires a été analysé dans le plasma et le tissu prostatique des participants à baseline (plasma) et à PR (plasma et tissu), en utilisant la technologie Bio-Plex™.

Résultats: Bien que nous aillions mesuré deux patrons différents d’incorporation de LCn3 après 6 semaines de supplémentation, soit une augmentation (LCn3+) ou aucune modification (LCn3-), nous n’avons pas observé de différence significative dans l’expression des cytokines circulantes entre les deux groupes de l’étude. Dans le tissu prostatique des 30 premiers participants ayant complété l’étude, l’expression d’IP-10 était significativement différente entre les deux groupes (p=0.031). Des corrélations ont été décelées entre le niveau d’EPA et de certaines cytokines en circulation et dans le tissu prostatique au moment de la PR, tel que IP-10 et IL-10.

Conclusion: L’augmentation de l’incorporation d’EPA dans le groupe LCn3+ est potentiellement attribuable à l’adhésion des patients à l’intervention. Les analyses du profil de cytokines de la cohorte à 12 mois suivant la PR, ainsi que de la cohorte entière dans le tissu prostatique, permettra d’identifier les effets d’EPA sur les médiateurs de l’inflammation systémique et locale chez les patients atteints d’un CaP.

Effets des microvésicules produites par les myofibroblastes sur des fibroblastes et implication dans la production de collagène pendant la cicatrisation


ARIF Syrine1, Mays Merjaneh1, Sébastien Larochelle1, Véronique Moulin1
1Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l’Université Laval/LOEX - Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, QC, Canada

Objectif: Au cours de la cicatrisation cutanée, la fabrication et le remodelage de la matrice extracellulaire (MEC) sont des étapes importantes modulées par les communications entre cellules. Les microvésicules (MV) produites par les myofibroblastes humains de plaie (Wmyo) contiennent des molécules pouvant être transmises à d’autres cellules tels que les fibroblastes (Fb). Le but de cette étude était d’évaluer l’effet potentiel des MV sur les différents paramètres liés à la MEC et de déterminer les molécules signalétiques responsables de ces effets.

 

Méthodes: Pour évaluer les contacts possibles entre les Fb et les MV, des Fb ont été traités avec des MV fluorescentes isolées à partir de culture de Wmyo transduits avec le gène de la protéine fluorescente RFP-670. La quantification de la fluorescence contenue dans les Fb suite à ce traitement a été réalisée par cytométrie de flux. Le dosage de 45 cytokines a été réalisé grâce à un ELISA multiplexe sur des MV. Des Fb ont été cultivés en présence de MV ou de cytokines purifiées. Après les traitements, les paramètres liés à la MEC ont été étudiés: croissance cellulaire par comptage cellulaire, sécrétion de procollagène I dosé par ELISA, niveau d'activité des MMP sécrétées déterminé par un test enzymatique et expression de l’a-smooth muscle actine (A-SMA) évaluée en utilisant la cytométrie en flux.

 

Résultats: L'incubation de MV fluorescentes avec des Fb a augmenté leur fluorescence ce qui suggère un contact MV-Fb. Les cytokines détectées dans les MV en quantité élevée sont le PLGF-1 et l’IL-23. Le traitement des Fb avec des MV ou avec les cytokines stimule significativement la croissance cellulaire et augmente la sécrétion de procollagène par les Fb mais ne modifie pas le taux d’A-SMA ni la sécrétion des MMP.

 

 Conclusion: Nos résultats suggèrent que les MV peuvent participer à la régulation de la MEC en stimulant les Fb à produire du collagène. Une analyse approfondie de l’effet des cytokines détectées devra être réalisée.

Effets du trastuzumab dans les cancers du sein HER2-négatif / pHER2-positif.


Anna Burguin1,3, Geneviève Ouellette1,3, Daniela Furrer2,3, Caroline Diorio2,3, Francine Durocher1,3
1Département de médecine moléculaire, Faculté de médecine, Université Laval 2Département de médecine sociale et préventive, Faculté de médecine, Université Laval 3Centre de recherche sur le cancer, Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval

Introduction : HER2 (Human Epidermial Receptor 2) est un marqueur moléculaire du cancer du sein et est surexprimé dans 25% des cas. Les traitements ciblant cette protéine, comme le trastuzumab, ne sont administrés qu’aux patientes avec une tumeur HER2-positive. Cependant, un sous-groupe de patientes avec une tumeur HER2-négatif répond positivement à ce type de thérapie. Ceci peut s’expliquer par la présence de la forme activée/phosphorylée de HER2, qui semble être un meilleur marqueur de diagnostic du cancer du sein. En effet l’activation de HER2 semblerait plus pertinente que sa seule surexpression dans le diagnostic du cancer du sein. L’objectif est d’identifier un modèle pour tester l’effet du trastuzumab en fonction de la phosphorylation de HER2 sur la tyrosine 877 (pHER2Y877), importante pour l’activation du récepteur.

Matériel et méthode : L’évaluation du statut HER2 et la quantification de pHER2Y877 ont été réalisées dans des lignées cellulaires de cancer du sein (n=12) et dans une cohorte de 497 femmes atteintes du cancer du sein, représentatives de la distribution des sous-types moléculaires. La technique d’immunohistochimie ciblant pHER2Y877 sur TMA (TissueMicroArray) a été utilisée. Le statut HER2 et pHER2Y877 ont été évalués en suivant les lignes directrices ASCO/CAP du test HercepTest®. L’effet du trastuzumab en fonction du statut HER2 et pHER2Y877 sera étudié en réalisant des tests de prolifération cellulaire.

Résultats : La caractérisation des lignées cellulaires a permis d’obtenir différentes combinaisons entre le statut HER2 et pHER2Y877. La prévalence de pHER2Y877 dans la population de patientes est de 6,04%. Parmi ces patientes (n= 30), 66,7% possèdent une tumeur HER2-négative, 17,4% une tumeur HER2-positive et 6,7% une tumeur HER2-équivoque. Pour les patientes avec une tumeur HER2-négative (n= 406, 82% de la cohorte), 4,9% possèdent pHER2Y877. HER2 n’est pas surexprimé dans 2 des 4 sous-types moléculaires connus : Luminal A et Triple-négatif. Parmi les patientes de type Luminal A (n=395, 80% de la cohorte), 4,8% possèdent pHER2Y877. Parmi les patientes de type triple-négatif (n=39, 8% de la cohorte), 7,7% possèdent pHER2Y877. Les tests de prolifération cellulaire sont en cours.

Conclusion : Cette étude permettra l’identification d’une sous-population de patientes atteintes de cancer du sein HER2-négatif mais qui expriment pHER2Y877 et qui pourraient bénéficier d’une thérapie personnalisée au même titre que les patientes atteintes d’un cancer du sein HER2-positif.

Effets métaboliques des agonistes apélinergiques (Apelin-13 et ELABELA) dans le sepsis expérimental par ligature et ponction caecale


Chloé Alcindor1, Eugénie Delile1, David Coquerel1, Lauralyne Dumont1, Frédéric Chagnon1, Robert Dumaine1, Philippe Sarret1, Éric Marsault1, Dan Salvail2, Mannix Auger-Messier1, Olivier Lesur1
1Université de Sherbrooke 2IPS Thérapeutique

Introduction : ELABELA (ELA) et Apelin-13 (APL-13) sont les 2 ligands agonistes apélinergiques connus du récepteur APJ (ou AR), un RCPG grandement exprimé dans le système cardiovasculaire, et sont parmi les agents inotropes les plus puissants du cœur humain. Ces peptides apélinergiques (APLs) ont une expression dominante dans cet organe et améliorent la performance cardiaque durant le sepsis. Les APLs optimisent également la sensibilité à l’insuline et l’utilisation du glucose, entre autres, dans le cœur.

 

Objectif : Établir l’impact métabolique de l’infusion des APLs dans un modèle expérimental de sepsis chez le rat (ligature et ponction caecale : LPC) qui induit une dysfonction myocardique et vasculaire.

 

Méthodes : La dysfonction myocardique septique est induite par LPC dans les heures suivantes. Les rats sont perfusés en I-V avec les APLs (APL-13 : 15µg/kg/h, ELA : 39µg/kg/h) ou de la solution normale saline (NS : 2,5 mL/kg/h). Des mesures en calorimétrie indirecte (cages Promethion, Sable System Int.) ont été effectuées et les lactates artériels des animaux mesurés à 24 h. L’expression (et la translocation membranaire éventuelle) des transporteurs de glucose GLUT4, 1 et 12, suite à l’exposition aux APLs ont été mesurées par immuno-buvardage (extraits totaux ou fractions membranaires) dans les cœurs de rats, et par immuno-cytochimie dans des cardiomyocytes de rats (RNVC sur-exprimant APJ et H9C2 différenciés par l’acide trans-rétinoïque). Les changements dans le profil énergétique du ventricule gauche du cœur des rats sont en cours d’observation via le spectre 31-P en spectroscopie par RMN.

 

Résultats : Les taux de lactates artériels (mmol/L) augmentent dans le groupe LPC + NS à 24 h (2,5 vs. 1,7 ± 0,2; p<0,05 vs. Sham), et tendent à diminuer dans les groupes perfusés avec les APLs (LPC + APL-13 1,9 ± 0,2; LPC + ELA 2,2 ± 0,2). En phase nocturne, la LPC induit une diminution significative du quotient respiratoire (QR), lequel est défini comme le ratio de la production de CO2 sur la consommation d’O2 (Sham 0,9 ± 0,003; LPC + NS 0,72 ± 0,001; LPC + ELA 0,73 ± 0,001; p<0,001 vs. Sham), et de la dépense énergétique (DE) (kcal/h) (Sham 3,40 ± 0,02 ; LPC + NS 1,83 ± 0,01; LPC + ELA 1,99 ± 0,01; p<0,001 vs. Sham). La perfusion d’APL-13 augmente le QR (LPC + APL-13 0,76 ± 0,001; p<0,01 vs. LPC + NS) et la DE (LPC + APL-13 2,50 ± 0,01 ; p<0,001 vs. LPC + NS). L’utilisation des substrats calculée à l’aide du QR révèle que la perfusion d’APLs entraine une plus grande utilisation des glucides (Sham 67% glucides – 33% lipides ; LPC + NS 4,76% - 95,24% ; LPC + ELA 8,4% - 91,6%; LPC + APL-13 15,6% - 84,4%). Les expressions myocardiques de GLUT4 et 1 sont légèrement diminuées 24h après la LPC et ne sont pas rétablies par les perfusions des APLs. Dans les RNVC sur-exprimant APJ, l’exposition à APL-13, mais pas à ELA, cause une augmentation (1,75 à 2 fois) de l’expression de GLUT4.

 

Conclusion : La LPC induit des changements métaboliques majeurs qui augmentent les taux artériels de lactates et diminuent le QR et la DE. La perfusion des APLs semble modifier l’utilisation des substrats énergétiques. L’exposition à APL-13 favorise plus l’utilisation des glucides par l’organisme et augmente la disponibilité de GLUT4 aux cardiomyocytes.

 

Ref : PMID 28777197

Octrois : IRSCs # 376770 & 398298

Entraînement par intervalles versus continu : effet sur le profil inflammatoire de femmes à risque de maladies cardiovasculaires


Dominic Tremblay1,3,4, Inès Boukabous1,2, Pedro Geraldes3,4, Eléonor Riesco1,2
1Centre de recherche sur le vieillissement, CIUSSS de l'Estrie - CHUS, Sherbrooke 2Faculté des sciences de l'activité physique, Université de Sherbrooke, Sherbrooke 3Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke, Sherbrooke 4Centre de recherche du CHUS, Sherbrooke

Introduction – L’inflammation silencieuse est un facteur de risque reconnu des maladies cardiovasculaires (MCV), et cela particulièrement chez les personnes âgées en situation de surpoids. Compte tenu des effets rapportés sur la perte de masse grasse, il est possible que l’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT) améliore le profil inflammatoire, et donc contribue à l’amélioration du profil cardiométabolique, de façon similaire à l’entraînement aérobie continu d’intensité modérée (MICT). Dans le cadre d’analyses secondaires, notre objectif était de comparer la variation de marqueurs inflammatoires systémiques impliqués dans le développement de MCV en réponse au HIIT et au MICT. Méthodes – Dix-huit femmes âgées (66 ± 4 ans) en santé ayant une obésité abdominale (tour de taille ≥ 88 cm) ont été réparties aléatoirement : 1) HIIT (75 min/semaine, n = 9) ou 2) MICT (150 min/semaine, n = 9). Les mesures suivantes ont été réalisées à jeun, avant et après 8 semaines d’intervention : plusieurs interleukines, TNF-α, MCP-1, profil lipidique, glucose et insuline, composition corporelle, pression artérielle au repos. Le score de Framingham a été calculé. Résultats – L’intervention a légèrement augmenté les niveaux de MCP-1 (∆ = 9,6 ± 8,0 pg/mL; p = 0,037; d de Cohen = 0,22) indépendamment du groupe, alors qu’aucune différence n’a été relevée pour les cytokines IL-6, IL-8, IL-1β et TNF-α. La variation de MCP-1 est négativement corrélée avec la variation de masse grasse viscérale (r = -0,57, p = 0,027) et totale (r = -0,54; p = 0,038). Conclusion À contre-courant des connaissances actuelles sur le sujet, ces résultats suggèrent que 8 semaines de HIIT ou MICT semblent insuffisants pour induire des changements bénéfiques au niveau des marqueurs inflammatoires sélectionnés et du profil cardiométabolique chez les femmes âgées à risque de MCV.  

Etude de l'impact des flavivirus sur l'interface réticulo-mitochondriale


wesley freppel1, Anaïs ANTON1, Clément Mazeaud1, Laurent Chatel-Chaix1
1INRS-Institut Armand-Frappier

Les infections par les flavivirus tels que les virus de la dengue (VDEN) et Zika (VZIK), constituent un enjeu de santé publique majeur dans le monde surtout en l’absence actuelle de traitements antiviraux. Il est donc impératif de mieux comprendre leur cycle viral pour découvrir des cibles antivirales prometteuses.

Lors de l’infection, les flavivirus remodèlent le réticulum endoplasmique (RE) pour former des usines de réplication virale. Par ailleurs, VDEN et VZIK induisent une élongation des mitochondries, lesquelles font des contacts avec les usines de réplication. Ceci est accompagné d’une altération des contacts entre le RE et les mitochondries, appelés « mitochondria-associated membranes » (MAM), atténuant ainsi la fonction de cette interface dans la signalisation précoce de l’immunité innée. 

Ce projet vise à mieux comprendre les mécanismes moléculaires régissant le contrôle morphologique du compartiment réticulo-mitochondrial par les flavivirus notamment au niveau de leur réplication.

Nous avons démontré suite à l’expression transitoire de NS4B du VZIK dans la lignée cellulaire Huh7.5, la capacité de cette dernière à provoquer l'élongation mitochondriale de façon similaire à NS4B du VDEN. Cette activité semble être partagée par la protéine NS4A. Par ailleurs, la déplétion par ARN interférant de protéines cellulaires importantes pour l’intégrité des MAMs telles que VDAC1, GRP75 et SYNJ2BP stimule la réplication du VZIK et du VDEN, supportant que la déstabilisation des MAM favorise l’infection. Nous avons également optimisé la technique PLA (Proximity Ligation Assay) permettant de quantifier les contacts entre le RE et les mitochondries (ex: les couples VDAC-IP3R, GRP75-IP3R) et ainsi analyser l'impact d'une infection virale sur l'intégralité de cette interface.

Ces études permettront de mieux comprendre comment les flavivirus parasitent certaines machineries cellulaires afin d’établir un environnement cytoplasmique favorable à la réplication.

Étude des plaies chroniques à l’aide d’un modèle de peau reconstruite à partir de fibroblastes et de kératinocytes diabétiques


Thiéry De Serres-Bérard1,2, Marie-Josée Beaudet1,2, Sabrina Bellenfant1,2, Yvan Douville2, François Berthod1,2
1Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l’Université Laval/LOEX intégré au Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, QC, Canada. 2Département de Chirurgie, Faculté de Médecine, Université Laval, QC, Canada.

CONTEXTE ET OBJECTIF : Les patients diabétiques développent fréquemment des plaies chroniques pouvant mener à une amputation des membres inférieurs.  Il a été montré que les fibroblastes diabétiques ont un profil de sécrétion de facteurs de croissance altéré, ce qui peut nuire à la guérison des plaies en diminuant la reépithélialisation par les kératinocytes et l’angiogenèse. Les recherches sur les fibroblastes et les kératinocytes diabétiques humains ont principalement été effectuées avec des cultures monocouches peu représentatives de l’environnement in vivo. Notre hypothèse propose qu’un modèle de peau reconstruite à partir de cellules provenant de patients diabétiques pourrait permettre de mieux comprendre la pathogenèse des ulcères diabétiques.

 

MÉTHODES : Nous avons mis au point un modèle de peau reconstruite à partir de fibroblastes et de kératinocytes de patients sains ou diabétiques. L’ajout de cellules endothéliales dans le modèle a permis la formation d’un réseau microvasculaire alors que l’induction d’une plaie dans l’épiderme a permis d’observer le processus de reépithélialisation par les kératinocytes. Certains facteurs de croissance sécrétés par les peaux reconstruites ont également été quantifiés par ELISA.

 

RÉSULTATS : Les peaux diabétiques reconstruites avaient une capacité beaucoup plus faible à reépithélialiser les plaies que les peaux saines (n=3, p< 0.0001), en plus de mener à la formation d’un réseau microvasculaire moins développé. Les peaux reconstruites diabétiques avaient également un profil de sécrétion de facteurs de croissance différent des contrôles sains, comme une moins grande sécrétion de NGF (n=6, p< 0.001).

 

CONCLUSION : Les peaux reconstruites avec des cellules diabétiques reproduisent plusieurs phénomènes caractéristiques des plaies diabétiques, telles une déficience de l’angiogenèse et de la reépithélialisation. Ce modèle pourrait donc servir à cribler des molécules thérapeutiques pour le traitement de plaies chroniques.

ÉTUDE DU LIEN ENTRE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE ET LE TAUX D’ADIPONECTINE DANS UNE COHORTE D’HOMMES À RISQUE ÉLEVÉ DE CANCER DE LA PROSTATE


Lamoussa Diabaté1, Laurence Bettan1, Molière Nguile-Makao1, Hélène Hovington1, Fred Saad2, Michel Carmel3, Armen Aprikian4, Yves Fradet1, Vincent Fradet1
1Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, L’Hôtel-Dieu de Québec, Québec, Qc 2Centre de Recherche du CHUM, Montréal, Qc 3Centre de Recherche du CHUS, Sherbrooke, Qc 4Institut de Recherche du CUSM, Montréal, Qc

OBJECTIFS: Chaque jour, 58 Canadiens reçoivent un diagnostic de cancer de la prostate (CaP). Le risque de CaP est en partie associé aux habitudes de vie, incluant l’activité physique (AP). Le lien entre l’AP et le risque de CaP est encore mal défini, mais impliquerait la modulation de certains biomarqueurs dont l’adiponectine, une hormone impliquée dans le métabolisme des lipides et du glucose. Nous croyons que le taux d’adiponectine plasmatique est associé à l’AP, et pourrait influencer le risque de CaP. L’objectif de ce projet est d’analyser le lien entre l’AP et l’adiponectine dans une cohorte d’hommes à risque élevé de CaP. 

MATÉRIEL ET MÉTHODES: Des hommes à haut risque de développer un CaP participent à une étude multicentrique visant à évaluer le rôle des habitudes de vie sur le risque de CaP. Nous avons mesuré le score d’AP avec le questionnaire validé Godin-Leisure-Time et classifié les participants en deux catégories (actifs/inactifs). Le taux d’adiponectine a été mesuré dans le plasma pour chaque participant. Le lien entre l’AP et l’adiponectine a été évalué par régression linéaire. 

RÉSULTATS: L’âge moyen des 795 premiers participants est de 62 ans (±7) et le taux moyen d’adiponectine est de 8 µg/mL (±3). 484 participants (61%) sont physiquement actifs. Les modèles multivariés ajustés pour l’âge, l'alcool, l'indice de masse corporelle, le tour de taille, le statut fumeur, le revenu familial et certaines maladies métaboliques montrent que les participants inactifs ont un taux d’adiponectine plus élevé, quoique non significatif, de 0.17 μg/ml (IC95% [-0,21;0,55], p=0.4) en comparaison aux participants actifs. 

CONCLUSION: Ces résultats ne permettent pas de conclure à l’existence d’un lien entre l’AP et le taux d’adiponectine chez les hommes ayant un risque élevé de CaP. Cependant, la relation entre l’AP et d’autres biomarqueurs seront étudiés afin d’identifier des biomarqueurs, potentiellement modifiables par l’environnement, qui permettraient de stratifier le risque de CaP.

Étude sur l’immunomodulation de l’endomètre par traitement aux PBMC sur des femmes en échecs répétés d’implantation.


Guillaume Ricaud1, Véronique Blais2, Marjorie Disdier2, Cécile Adam2, Fabien Joao2, Bruno Johnson1,2, Rachel Richard2, Senem Ates2, Moncef Benkhalifa2, Pierre Miron2, Jacques Bernier1
1INRS – Institut Armand-Frappier, Laval, Québec 2Centre d’aide médicale à la procréation FERTILYS, Laval, Québec

L’administration intra-utérine de cellules mononuclées du sang périphérique (PBMC) a été récemment proposée comme nouvelle méthode d’immunothérapie pour des patientes avec des échecs répétés d’implantation (RIF). Ce traitement adjuvant est apparu à la suite d’études in vitro montrant que les PBMC provenant de femmes enceintes favorisaient l’invasion d’embryons murins in vitro, et que cet effet était renforcé par l’hCG.

Notre propre expérience clinique de l’administration intra-utérine de PBMC autologues a confirmé une augmentation des taux de grossesse de 15% à 45% chez les patientes avec un RIF. Comment les PBMC sont ils capables de réguler et promouvoir la réceptivité de l’endomètre humain reste à élucider.

Avant leur administration intra-utérine, les PBMC sont séparées du sang par gradient de densité le jour de l’ovulation de la patiente, et incubées 48h dans un milieu de culture conditionné, supplémenté en hCG. En utilisant une cohorte de plus de 200 femmes infertiles, nous avons caractérisé les T CD4 par cytométrie de flux à T0 et T48h. Nous étudierons leurs productions en cytokines par Quantibody array. Le profil génomique de ces cellules sera également étudié par PCR quantitative.

Nous avons trouvé, après 48h de culture dans notre milieu conditionné, une diminution statistiquement significative des cellules T CD4 pro-inflammatoire (Th1/Th1), alors que les cellules T CD4 plutôt associées à une réponse anti-inflammatoire (Th2/Treg) sont augmentées. Au moment de l’implantation d’un embryon sain, il a été démontré que les cellules Th1 « utérines » sont régulées à la baisse alors que les cellules Th2 sont régulées positivement. La prédominance des Th2 semble être essentielle à la survie du fœtus. Le fait que dans notre étude, les cellules T CD4 incubées subissent une différenciation vers un profil anti-inflammatoire suggère une explication physiologique sur la façon dont l’immunomodulation de l’endomètre par l’utilisation de PBMC aide les patientes présentant un RIF.

Évaluation de IGFBP-2 dans les podocytes rénaux et la néphropathie diabétique


David-Alexandre Dancosst1, Farah Lizotte1, Jon McGavock2, Frédéric Picard3, Pedro Geraldes1
1Université de Sherbrooke 2Université du Manitoba 3Centre de Recherche de l'IUCPQ

La néphropathie diabétique (ND) est caractérisée par une dysfonction des podocytes menant à une albuminurie élevée et ultimement à la défaillance rénale, problème assez grave chez les adolescents atteints de diabète de type 2. Les facteurs de survie tels que l’insuline et l’insulin-like growth factor (IGF) sont connu pour avoir des effets sur les podocytes. La voie de l’IGF est contrôlée par les IGF binding protein (IGFBP). Notre groupe a récemment découvert que les niveaux d’IGFBP-2 circulants étaient réduits de 33% chez les adolescents obèses diabétiques et que cela corrélait avec une augmentation de la microalbuminurie et autres marqueurs inflammatoires. Bien que les podocytes expriment la protéine IGFBP-2, le rôle exacte d’IGFBP-2 dans la fonction podocytaire et le développement de la ND reste à déterminer. Méthodes : En culture, des podocytes murin ont été exposés à des niveaux normaux (5.6 mM + 19.4 mM de mannitol) ou élevés de glucose (25 mM) en présence d’une quantité d’acides gras libres (palmitate, 25 μM). Le cortex rénal de souris mâles diabétiques de type 1 (Akita) âgés de 7 mois et de type 2 (db/db) âgés de 21 semaines ainsi que leurs contrôles non-diabétiques ont été collectés. L’expression des IGFBP ainsi que de marqueurs apoptotiques et inflammatoires seront analysés par immunobuvardage et qPCR. Résultats: Nos résultats ont démontré que le traitement au palmitate réduit l’expression d’IGFBP-2 dans les podocytes alors que l’exposition à des niveaux élevés de glucose semble l’augmenter. Au niveau du cortex rénal, les niveaux d’ARN messager d’IGFBP-2 sont augmentés significativement chez nos souris diabétiques de type 1 et 2 comparativement aux non-diabétiques.  Conclusion: L’ensemble des résultats préliminaires de notre groupe de recherche suggère que les niveaux d’IGFBP-2 influencent la fonction des podocytes. Cette étude nous permettra de vérifier si IGFBP-2 est une voie potentielle impliquée dans la progression de la ND.

Évaluation prospective de la qualité alimentaire durant la grossesse


Claudia Savard1,2,3, Élise Carbonneau2,3, Simone Lemieux2,3, Véronique Provencher2,3, Julie Robitaille1,2,3, Anne-Sophie Morisset1,2,3
1CHU de Québec - Université Laval 2École de Nutrition - Université Laval 3Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels - Université Laval

Problématique et objectif : Une alimentation de meilleure qualité durant la grossesse peut avoir un impact positif sur la santé de la mère et celle de l’enfant. L’objectif de cette étude est d’évaluer, à chaque trimestre, la qualité de l’alimentation des femmes enceintes. Méthodes : Soixante-dix-neuf (79) femmes enceintes furent recrutées et ont complété, à chaque trimestre, trois rappels de 24h Web, desquels fut calculé le Healthy Eating Index (HEI), un score de qualité alimentaire comprenant un score total ainsi que des sous-scores pour différents groupes d’aliments (ex. fruits et légumes). Des questionnaires Web portant sur l’activité physique, les connaissances en nutrition et les données socio-démographiques furent également complétés. Des analyses de variance simple ainsi qu’à mesures répétées ont été effectuées pour évaluer la qualité alimentaire selon différentes caractéristiques maternelles. Résultats : Une tendance vers une diminution du score HEI total (65,8 ± 10,8 au 1er, 65,0 ± 12,0 au 2e et 62,9 ± 12,6 au 3e trimestre; p=0,075) ainsi qu’une diminution globale de la consommation de fruits et légumes (p=0,016) ont été observées au cours de la grossesse. Une diminution significative du score HEI total a été observée chez les femmes moins actives (<30 minutes d’activité physique par jour), vivant en milieu urbain et ayant moins de connaissances en nutrition (p<0,05). Au 3e trimestre, les femmes âgées de 28 ans et plus (vs. < 28 ans), ayant un diplôme universitaire (vs. sans diplôme universitaire), avec de meilleures connaissances en nutrition (vs. de moins bonnes connaissances) et habitant en banlieue (vs. habitant en milieu urbain) avaient une alimentation de meilleure qualité (p<0,05). Conclusion : La qualité alimentaire tend à diminuer durant la grossesse, ce qui est notamment relié à une consommation diminuée de fruits et légumes. Les femmes de moins de 28 ans, moins éduquées, moins actives et vivant dans un milieu urbain pourraient être plus à risque d’avoir une alimentation de moindre qualité en fin de grossesse et pourraient bénéficier d’une intervention visant l’adoption de saines habitudes alimentaires.

Greffe de cellules épithéliales de cornée humaine : de la recherche à l’étude clinique


Gaëtan Le Bel1,2, Sergio Cortez Ghio2, Louis-Philippe Guérin1, Amélie Lavoie2, Sylvain Guérin1, Lucie Germain1,2
1Département d’ophtalmologie et d’ORL, Faculté de médecine, Université Laval, CUO–Recherche/LOEX, Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval. 2Département de chirurgie, Faculté de médecine, Université Laval, Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l’Université Laval/LOEX, Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval.

CONTEXTE ET OBJECTIFS: Afin de traiter le syndrome de déficit en cellules souches limbiques (DCSL), la greffe de cellules épithéliales de cornée humaine (CECH) autologue s’est révélée efficace. Pour ce faire, les conditions de culture utilisées doivent permettre aux cellules souches de conserver leurs caractéristiques, tout en minimisant les risques pour le patient greffé. L’objectif du projet est de montrer les améliorations effectuées en recherche pour parfaire aux nombreuses exigences cliniques dans le cas d’un essai clinique réalisé pour le traitement du syndrome de DCSL.

 

MATÉRIEL ET MÉHODES: Des CECH isolées à partir de donneurs vivants ont été cultivées sur une couche nourricière humaine (iHFL), et en présence de d’isoprotérénol. Un contrôle qualité des greffons a été mis au point en quantifiant la sous-population de cellules souches. Pour ce faire, des immunofluorescences réalisées contre P63, marqueur des cellules souches épithéliales, ont été réalisées. Pour régénérer un épithélium complet, des CECH ont été ensemencées sur des stromas cornéens reconstruits par génie tissulaire. Après un traitement au BrdU de 7 jours, la position et le maintien des cellules souches ont été évalués à différents temps (1, 7, 14 et 21 jours) par des immunofluorescences dirigées contre le BrdU et la kératine 19 (K19).

 

RÉSULTATS: Cultiver les CECH en présence de iHFL et d’isoprotérénol ne modifie  pas leur capacité à proliférer. La méthode de quantification développée permet de déterminer la proportion de cellule souches présentes dans un greffon. Après 21 jours de culture à l’interface air-liquide, l’épithélium reconstruit sur stroma cornéen humain présente des cellules souches en position basale positivement marquées au BrdU et K19.

 

CONCLUSION: Les recherches effectuées et la méthode de quantification mise au point ont permises de valider les optimisations effectuées en vue d’une application clinique impliquant la culture de CECH pour le traitement du DCSL.

Identification de nouveaux facteurs cellulaires impliqués dans le destin cytoplasmique de l’ARN génomique des flavivirus


Clément Mazeaud1, Wesley Freppel1, Laurent Chatel-Chaix1
1INRS-Institut Armand-Frappier

Les flavivirus, tels que les virus de la dengue (VDEN) ou Zika (VZIK), sont des virus à ARN simple brin de polarité positive constituant des enjeux de santé publique importants.

Pendant l’infection, l’ARN viral (ARNv) peut être traduit, répliqué par la polymérase virale ou encapsidé dans les particules virales néosynthétisées.  Ces étapes, finement régulées dans le temps et l’espace, dépendent d’un équilibre précis qui est décisif pour une réplication virale optimale. Cependant, les mécanismes moléculaires régulant cet équilibre restent encore mal connus et requièrent probablement le parasitage de facteurs de l’hôte.

Chez le virus de l’Hepatite C (HCV), un hepacivirus de la même famille que les flavivirus, un complexe ribonucléoprotéique (RNP) de l’hôte  impliqué dans la régulation du métabolisme de l’ARNv a été identifiés. Afin d’identifier de nouvelles protéines régulatrices du destin de l’ARNv chez les Flavivirus, nous avons évalué l’impact de la déplétion de 15 composantes de cette RNP liant l’ARN sur la production de particules virales infectieuses par essais de plaques. Nous avons identifié les protéines IGF2BP2 et LARP1 comme régulateurs positif et négatif de la production de virus, respectivement. De façon intéressante, des études de microscopie confocale ont démontré que l’infection par le VDEN ou le VZIK induit une relocalisation drastique d’IGF2BP2, au niveau de structures cytoplasmiques ressemblant à des mitochondries. Nous avons évalué

également le rôle de ces facteurs cellulaires sur la réplication virale en utilisant des flavivirus rapporteurs exprimant une luciferase. Des essais de luminescence ont notamment démontré que la déplétion de ces deux protéines impacte négativement sur la réplication virale. 

Ces données préliminaires mettent en lumière plusieurs protéines cellulaires impliquées dans le cycle viral des flavivirus suggérant un rôle dans le métabolisme de l’ARNv qui est en cours d’évaluation.

 

Identification de nouveaux partenaires d'interaction de l'exosite de la caspase-7


Marie-Anne Bilodeau-Laforest1, Jean-Bernard Denault1
1Université de Sherbrooke

Le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus fréquent au Canada. Le développement tumoral implique la résistance à la mort cellulaire par apoptose. L’apoptose est déclenchée lorsque la cellule accumule des dommages génétiques par exemple, pour ensuite se faire remplacer. Les principaux acteurs de l'apoptose sont les caspases, des cystéine protéases. Les deux principales caspases pour l’exécution de l’apoptose, la caspase-3 et -7, partagent un ensemble de substrats qui se chevauchent. La caspase-3, plus active, est considérée comme étant la principale exécutrice. Cependant, les niveaux d’expression de la caspase-7 sont plus élevés dans l’épithélium intestinal, ce qui suggère un rôle plus spécialisé. La caspase-7 possède un exosite; soit une région indépendante de la poche catalytique qui lie les substrats et permet d’augmenter l’affinité pour la peptidase, augmentant ainsi l'efficacité du clivage pour PARP-1 et p23. Objectif : Établir une liste des substrats de la caspase-7 interagissant avec l’exosite. Méthodes : Des extraits cellulaires de carcinome colorectal (HCT116) ont été clivés in vitro avec différentes formes moléculaires de caspase-7 recombinantes. Les substrats ainsi générés ont été analysés par spectrométrie de masse en tandem (MS/MS) suivant une technique d’enrichissement TAILS. Le clivage sera validé in vitro et in cellulo par immunobuvardage. Résultats : Des résultats préliminaires permettent de valider notre capacité à détecter les événements de clivage et ont permis d’identifier différents substrats potentiels de la capsase-7 et ceux dépendants de l’exosite. Ces substrats sont impliqués dans différents mécanismes cellulaires. Conclusion : Cette méthode permettra d’établir une liste exhaustive des substrats de la caspase-7 ainsi que ceux interagissant avec son exosite. Les nouveaux substrats de la caspase-7 trouvés lors de cette étude pourraient devenir de nouvelles cibles thérapeutiques pour induire l’apoptose dans les cellules cancéreuses.

Identification d’un site de SUMOylation atypique régulant le récepteur nucléaire Nor-1 dans un contexte neuronal.


Jonathan Gagnon1,2, Véronique Caron1, André Tremblay1,2,3
1Centre de recherche du CHU Ste-Justine 2Département de biochimie et médecine moléculaire, Université de Montréal 3Département d'Obstétrique-Gynécologie, Université de Montréal

Objectif: Les membres de la superfamille des récepteurs nucléaires agissent en tant que facteurs de transcription contrôlant l’expression génique et régulent donc un vaste éventail de fonctions physiologiques. Notre laboratoire s’intéresse aux mécanismes de régulation de ces récepteurs par les modifications post-traductionnelles incluant la SUMOylation. Nos travaux récents ont identifié un nouveau motif de SUMOylation non-consensus nommé pSuM sur le récepteur des estrogènes ERβ. Ce motif pSuM est également présent sur le récepteur nucléaire Nor-1. Nor-1 est un récepteur orphelin impliqué dans le développement du système nerveux ainsi que la survie neuronale. Le rôle du pSuM de Nor-1 reste inconnu. Nos objectifs sont donc de déterminer le potentiel de SUMOylation du pSuM de Nor-1 et les mécanismes régulant cette SUMOylation, ainsi que de caractériser le rôle de ce processus sur l’activité et les fonctions neuronales de Nor-1.

 

Méthodes et Résultats: Nos résultats d’essais d’immunoprécipitation démontrent que Nor-1 est une cible de SUMO sur le site pSuM ainsi que sur un autre site consensus de SUMOylation. La phosphorylation du pSuM de Nor-1 est essentielle pour favoriser la SUMOylation, démontrant l’implication de voies de kinases. La SUMOylation de Nor-1 permet également de réguler son activité transcriptionnelle, ainsi que de contrôler l’expression de gènes cibles dans les cellules neuronales.

 

Conclusion: Ces résultats permettent d’identifier et de caractériser un nouveau processus de SUMOylation impliqué dans le contrôle de l’expression génique par les récepteurs nucléaires, suggérant ainsi un rôle étendu de ce processus dans la régulation de processus physiologiques.

IDENTIFICATION D’UNE NOUVELLE FONCTION POUR LA KINASE WNK1 DANS LA GUÉRISON DES PLAIES CORNÉENNES


Pascale Desjardins1,2, Camille Couture1,2, Lucie Germain1,2, Sylvain Guérin1
1Département d'ophtalmologie, Université Laval, CUO-recherche/LOEX, Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval, Québec, QC, Canada 2Département de chirurgie, Université Laval, Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l’Université Laval/LOEX

CONTEXTE ET OBJECTIFS: La cornée, en raison de sa localisation anatomique superficielle, est particulièrement vulnérable aux divers traumatismes pouvant l’affecter. Les changements dans la matrice extracellulaire qui accompagnent les lésions de l'épithélium cornéen sont perçus par les intégrines qui, en retour, activent différentes voies signalétiques menant à la réparation de l'épithélium lésé. L’objectif de cette étude consistait à identifier les médiateurs signalétiques dont l’activation était modifiée durant la guérison des plaies cornéennes et à analyser l’impact de l’inhibition d’un de ces médiateurs sur la guérison des plaies cornéennes en utilisant la culture de cellules épithéliales cornéennes (hCECs) en monocouche et la cornée humaine reconstruite par génie tissulaire (ChR) comme modèles. MÉTHODES: Les ChRs ont été produites par la méthode d’auto-assemblage, puis lésées avec un trépan de 8mm de diamètre. Les tissus lésés ont été incubés en présence de WNK463, un inhibiteur de WNK1, ou avec le véhicule seul (DMSO; cornées contrôles) et la guérison des lésions a été suivie par microscopie. L’influence de l’inhibition de WNK1 sur les hCECs a été évaluée à l’aide du modèle de «scratch assay» et par des mesures de temps de doublage. RÉSULTATS: L’inhibition de WNK1 par le WNK463 ralentit la fermeture des plaies cornéennes comparativement aux contrôles en monocouche ainsi que dans notre modèle 3D. De plus, l’inhibition de WNK1 empêche l’activation de ses protéines cibles en aval SPAK et OSR1 ainsi qu’altère les capacités prolifératives des hCECs. CONCLUSION: Ces résultats ont permis d’identifier WNK1 comme un joueur important dans la guérison des plaies cornéennes, attribuant ainsi une nouvelle fonction à cette kinase.

Impact de la modulation de CREB et d’AKT sur la guérison des plaies cornéennes in vitro et in vivo


Camille Couture1,2, Pascale Desjardins1,2, Karine Zaniolo1, Richard Bazin1, Lucie Germain1,2, Sylvain Guérin1
1Département d’ophtalmologie et d’ORL-CCF, Faculté de médecine, Université Laval, CUO–Recherche/LOEX, 2Département de chirurgie, Faculté de médecine, Université Laval, LOEX/CMDGT, Centre de recherche du CHU de Québec, Hôpital de l’Enfant-Jésus, CHU de Québec.

PROBLÉMATIQUE: La localisation antérieure de la cornée la prédispose à des blessures pouvant entrainer diverses complications et même la perte de vision. Des études menées dans notre laboratoire à l’aide de cornées humaines reconstruites par génie tissulaire (hTECs) ont démontré que la protéine CREB est réprimée lors de la guérison de la cornée, tandis que l’expression d’AKT est augmentée. Notre objectif est d’accélérer la guérison des plaies cornéennes par l’utilisation combinée d’un inhibiteur pharmacologique de CREB et d’un agoniste d’AKT appliqués 1) in vitro, sur des hTECs et 2) in vivo, chez le lapin.

 

MÉTHODES: La méthode d’autoassemblage a été utilisée afin de produire des hTECs qui ont ensuite été lésées à l’aide d’un trépan de 8 mm. Le C646, un inhibiteur de CREB, et le SC79, un agoniste d’AKT, ont été ajoutés au milieu de culture des hTECs lésées (n=8). Le DMSO a été utilisé comme contrôle négatif (n=4). Chez le lapin, une dose fixe de C646 (1 µM) combinée à des doses croissantes de SC79 (1 µM, 10 µM, 100 µM et 1 mM) ont été déposées 3 fois par jour sous forme de gouttes oculaires (n=4 par concentration) après un débridement épithélial de 8 mm de diamètre. La saline a été utilisée comme contrôle négatif (n=4). Les yeux ont été photographiés à la lampe à fente chaque 24 heures.

 

RÉSULTATS : L’inhibition de CREB et l’activation d’AKT ont considérablement accéléré la guérison des hTECs (4 jours) comparativement aux contrôles (7 jours). De même, l’application de C646 et de SC79 sur l’épithélium lésé des lapins a permis une guérison plus rapide que les contrôles non traités.

 

CONCLUSION : Dans l’optique d’offrir de nouveaux traitements aux patients souffrant de lésions cornéennes diverses, les résultats de cette étude démontrent qu’il est possible d’accélérer la guérison des plaies cornéennes à la fois in vitro et in vivo à l’aide d’agents pharmacologiques. Par ailleurs, un tel traitement pourrait également faciliter la guérison d’autres tissus, dont la peau.

Impact du rayonnement ultraviolet sur la migration de six lignées de mélanome humain


Maude Vaillancourt-Audet1, Mathieu Blais1, Patrick J. Rochette2,3, François A. Auger1,3, Véronique Moulin1,3
1Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l’Université Laval / LOEX 2Centre universitaire d'ophtalmologie (CUO 3Faculté de Médecine, Université Laval

Objectif: Une cause majeure à l’origine de la formation du cancer de la peau de type mélanome est l’exposition aux rayons ultraviolets (UV). Particulièrement, les rayons UVB ont un pouvoir mutagénique important par la formation de dimères cyclobutanique de pyrimidine (CPD) hautement réactifs. Ainsi, le rôle des rayons UV dans l’initiation du cancer est déjà bien établi. En revanche, les connaissances sur l’implication des rayons ultraviolets dans la progression de la maladie sont encore fragmentaires. Mon projet d’étude consiste à déterminer l’effet des rayons ultraviolets sur la progression du mélanome. Notre hypothèse est que les rayons UV influencent positivement le pouvoir métastatique des mélanomes. 

 

Méthodes: La sensibilité aux rayons UV a été déterminée pour six lignées cancéreuses de type mélanome primaire ou métastatique à l’aide d’un simulateur solaire sur les cellules cultivées en monocouche. Par la suite, les lignées de mélanomes ont également été cultivées sous forme de sphéroïdes, irradiées de façon ponctuelle ou à répétition aux rayons UV, selon leur degré de sensibilité préalablement établi, puis implanté dans un gel de collagène I. La migration des cellules cancéreuses a ensuite été évaluée dans le temps au microscope « time lapse » ainsi qu’au microscope confocale. Parallèlement, des sphéroïdes ont été fixés afin d’évaluer par immunofluorescence les dommages à l’ADN, soit la quantité de CPD formés. 

 

Résultats: La migration des cellules peut être évaluée dans le modèle de gel de collagène. Elle est modulée différemment selon la provenance des cellules par le traitement solaire. Les sphéroïdes ayant été irradiés possédaient un plus grand nombre de dommages à l’ADN que ceux n’ayant pas reçu de traitement.

 

Conclusion: Ces différents tests permettent de valider l’hypothèse initiale, soit que l’exposition des cellules cancéreuses de type mélanome à des rayons ultraviolets influence leur migration, et donc, potentiellement, leur capacité métastatique.

Impacts du système endocannabinoïde sur la fonction visuelle de la souris


Bruno Cécyre1, Romane Dezorthes1, François Papineau1, Christian Casanova1, Jean-François Bouchard1
1Université de Montréal

Au cours des dernières années, un intérêt grandissant concernant les rôles physiologiques des endocannabinoïdes a été observé. La vaste distribution des récepteurs aux cannabinoïdes (CB1 et CB2) dans le système nerveux central reflète bien leurs rôles dans de nombreux processus physiologiques tels que la neuroplasticité, la douleur, les maladies neurodégénératives et inflammatoires. Ces récepteurs sont aussi présents dans le système visuel, notamment dans les yeux et les aires visuelles du cerveau. Cependant, l’impact des cannabinoïdes sur la vision est peu connu. Avec la légalisation prochaine du cannabis récréatif, il est crucial de mieux connaître les effets des composés cannabinoïdes sur la vision.

 

Nous avons enregistré des électrorétinogrammes (ERG) de souris sauvages et de souris dont les récepteurs CB1 ou CB2 (cnr1KO ou cnr2KO) ont été délétés afin d’étudier leur fonction rétinienne. Nous avons aussi mesuré l’acuité visuelle de ces souris régulièrement au cours de leur développement postnatal en utilisant le système OptoMotry. Ce système permet d’évaluer la vision fonctionnelle de rongeurs en utilisant le réflexe optocinétique. L’acuité visuelle d’un animal peut ainsi être obtenue en quelques minutes, sans avoir à l’entraîner à cette tâche.

 

Nos résultats d’ERG montrent que l’amplitude de l’onde-a, qui représente la réponse des photorécepteurs, est augmentée en conditions scotopiques chez les souris cnr2KO. Les animaux cnr2KO ont aussi une meilleure acuité visuelle au cours du développement postnatal ainsi qu’à l’âge adulte. Aucune différence n’est visible chez les animaux cnr1KO autant en ERG que pour l’acuité visuelle.

 

Ces résultats montrent que le système endocannabinoïde joue un rôle important tant au niveau rétinien que dans la fonction visuelle globale. Le récepteur CB2 est le récepteur aux cannabinoïdes principalement impliqué dans ces réponses. Ainsi, une utilisation médicinale ou récréative de cannabis diminuerait vraisemblablement l’acuité visuelle via l’activation de ce récepteur.

Implementation of a Micro-Dissected Tissue Array for morphological and biological characterization of patient tumor samples


Kayla Simeone1, Robin Guay-Lord2, Muhammad Abdul Lateef3, Benjamin Péant4, EURIDICE CARMONA5, Jennifer Kendall-Dupont6, Adriana Orimoto7, Thomas Gervais2, Anne-Marie Mes-Masson8, Fred Saad1,3,4
1University of Montreal 2Polytechnique 3CRCHUM 4ICM 5CRCHUM 6CRCHUM 7CRCHUM 8CRCHUM

Introduction: Our laboratory has developed a novel ex vivomodel based on patient-derived micro-dissected tissues (MDT) cultivated in microfluidic devices implementing a precision medicine approach. While monitoring of these MDTs by flow cytometry and confocal microscopy are possible, our goal was to define a new method for formalin fixed paraffin-embedding MDTs within devices, in order to obtain high-density MDT-arrays (MDTA) suitable for various biological analyses. 

 

Methods: Primary tumor specimens were sectioned to form MDTs (~400 µm in diameter) and cultured in a microfluidic chip platform; capable of trapping 32 MDTs in 4 separate channels. MDTs derived from epithelial ovarian cancer (EOC) cell line xenografts were exposed to carboplatin at a concentration of 300 µM (10X the identified IC50 of resistant cell lines using clonogenic 2D assay) for 12 hours and analyzed after a 12-hour recovery period. MDTs were also separately treated with TNF-α at a concentration of 10 ng/mL for 30 minutes. Cell fate was measured using flow cytometry techniques (Annexin V for apoptotic cells and DRAQ7 for dead cells) and through MDTA using immunohistochemistry (IHC) and immunofluorescence (IF) techniques (cleaved caspase-3 for viability, Ki-67 for proliferation and CK8/18 to identify epithelial cells).

 

Results: We observed a viability of >85% by flow cytometry and a proliferative capacity of 60% by IHC analysis in the MDTs during a culture period of 15 days for two EOC cell line xenograft models (OV1946, OV2295). Pharmacological responses to carboplatin showed a response in the sensitive cell line (OV1946), a 50% increase in caspase-3 activation by IF and 20% increase in cell death by flow cytometry compared to control MDTs, whereas the resistant cell line (TOV112D) did not show any significant difference between the treated MDTs and the controls. We also observed the nuclear translocation of p65 in 80% of MDTs treated withTNF-α.

 

Conclusion: Our ex vivo drug response model allows us to obtain treatment response analysis in less than 5 days, appropriate for clinical decision-making. Using our model and the precise techniques, we were capable of characterizing the molecular response of cancer cells in the presence of various therapeutic agents while conserving the natural tumor microenvironment.

Implication de Snazarus et de RAB21 dans la formation de gouttelettes lipidiques


Marie-France Bossanyi2, Marie-Josée Boucher1, Steve Jean2
1Université de Sherbrooke 2Université de Sherbrooke

Il a été montré que les cellules cancéreuses ont un flux autophagique augmenté. Ce mécanisme d’adaptation au stress augmente ainsi leurs survies suite à des traitements chimio- ou radiothérapeutique. L’autophagie permet le recyclage des composantes cytoplasmiques et organelles cellulaires dans les lysosomes. Les recherches au laboratoire sur le trafic membranaire aux endosomes précoces ont observé que la perte de Snazarus, chez la drosophile, phénocopie la perte de RAB21, une petite GTPase, dans le processus de l’autophagie. Plus particulièrement, Snazarus régule tout comme RAB21, le trafic vésiculaire de VAMP8 qui est impliqué dans la fusion autophagosome-lysosome. Il a été démontré que l’orthologue de Snazarus chez la levure, mdm1, est impliqué dans la formation de gouttelettes lipidiques au point d’intersection entre le réticulum endoplasmique et la vacuole (Hanaa Hariri, EMBO report 2017). Ainsi, Snazarus pourrait être impliqué dans la formation de gouttelettes lipidiques et lié au métabolisme des lipides puisque, Snazarus est grandement exprimé dans le corps gras des drosophiles. Dernièrement, une étude protéomique a noté la présence de RAB21 en périphérie de gouttelettes lipidiques. Ainsi, étant donné le lien fonctionnel entre Snazarus et RAB21 dans le trafic de VAMP8, on peut supposer que Snazarus et RAB21 collaborent lors de la formation des gouttelettes lipidiques chez la drosophile. Mes travaux ont permis de démontrer la localisation de Snazarus au réticulum chez les larves de la drosophile et que la colocalisation de Snazarus est affectée par les niveaux de phosphatidylinositol-3-phosphate. De plus, j’ai démontré que RAB21 localise aux gouttelettes lipidiques. J’étudie maintenant le lien fonctionnel entre Snazarus et RAB21 lors de la formation de gouttelettes lipidiques. Ainsi, nos études permettront de comprendre la relation entre l’autophagie et la régulation des gouttelettes lipidiques qui sont toutes deux augmentées dans le cancer colorectal.

Implication des conductances calciques alternatives sur la réactivité contractile et pharmacologique du myomètre humain gravide


Éric Rousseau1, Karine Labelle2, Daniela Villegas3, Laurence Massenavette2
1Université de Sherbrooke CR-CHUS 2Université de Sherbrooke 3Université Bishop

Contexte : Les mécanismes qui déclenchement les contractions d’un utérus gravide à terme sont encore mal compris, car nous manquons d'informations moléculaires. L’activation des canaux Ca2+ (sensibles à la Nifédipine) est centrale lors de la parturition. Les rôles fonctionnels des conductances Ca2+ alternatives supportées par des canaux De types TRPC et TRPV n'ont pas été analysés, bien que leur présence ait déjà été confirmée dans le myomètre. En facilitant l’entrée de Ca2+, ces conductances pourraient contribuer soit à activer des mini-contractions localisées ou soit activer des conductances potassiques, supportées par les canaux de type GKCa, ce qui conduirait à une hyperpolarisation et donc à un allongement des périodes de quiescence.

Hypothèse : Les conductances Ca2+ alternatives joueraient un rôle préconditionnant en augmentant l’excitabilité physiologique et pharmacologique du Myomètre. En conséquence, ces canaux (insensibles à la Nifédipine) auraient une fonction importante dans le contrôle de la mise en place du travail.

Objectifs spécifiques :

1) Réaliser des mesures de tensions isométriques in vitro sur des bandelettes utérines issues de femmes enceintes à terme dans différentes conditions expérimentales.

2) Déterminer la réactivité contractile de ces tissus en inhibant les canaux de type TRPC avec le Norgestimate, sur les réponses à l’ocytocine et au PGF2a.

3) Investiguer les effets aigus du GSK 1016790A, un agoniste des TRPV4.

Résultats: Les différents paramètres contractiles ont été mesurés sur des tissus natifs. Nous avons démontré que le Norgestimate (3-10 µM) diminue le tonus de base et l’amplitude des contractions. De plus, nous avons pu montrer que 100 nM GSK 1016790A inhibe totalement les contractions induites par100 nM d’ocytocine, alors que 1 µM HC-067047, un antagoniste des TRPV4 les réactive. De plus, nous avons pu prouver que 50 nM d’Iberiotoxine, un bloqueur des canaux GKCa, réverse les effets tocolytiques du GSK 1016790A. Ces résultats pharmacomécaniques suggèrent une implication différentielle des conductances Ca2+ alternatives dans la physiologie du myomètre.

Implication des Isoformes d’Akt dans le Vieillissement Ovarien et la Protection de la Réserve Ovarienne: Résultats Préliminaires


Lokengo LD1, Tardif L1, Parent S.1, Asselin E1
1Université du Québec à Trois

L’altération de la réserve ovarienne (RO), comme elle survient avant 40 ans en cas de vieillissement ovarien (VO) précoce, s’accompagne d’infertilité. Puisque les femmes aujourd’hui tendent à repousser leur premier accouchement au-delà de 35 ans, l’infertilité due à l’altération de la RO est croissante. La déplétion de la RO est sous tendue par la croissance et l’atrésie folliculaires, phénomènes régulés par Akt. L’accent mis actuellement sur la thérapeutique concernant le contrôle du VO appelle à élucider ses mécanismes. Les études établissent le rôle d’Akt dans la folliculogénèse mais pas de ses trois isoformes. Cependant, elles peuvent avoir des rôles spécifiques comme publié concernant d’autres pathologies. Cette étude est donc essentielle pour comprendre les mécanismes du VO précoce. L’objectif de cette étude est de déterminer l’implication des isoformes d’Akt dans l’altération de la RO et d’identifier une éventuelle compensation isoforme-spécifique. Des souris Knock-Out utéro-ovariens spécifiques d’isoformes d’Akt obtenues grâce au système PR-Cre (âgées de 45 et 100 jours) sont comparées aux types sauvages concernant le nombre de follicules ovariens après coloration à l’hématoxyline/éosine, l’expression de certaines cibles d’Akt par immunohistochimie. Les résultats préliminaires tendent à montrer qu’il n’y a pas d’effet significatif de l’annulation des isoformes d’Akt à 45 jours mais cet effet devient significatif à 100 jours. Il ressort que c’est la double annulation de certaines isoformes (1, 3) qui altèrent la RO. Certaines cibles d’Akt (Bad,Fox03a) sont spécifiquement phosphorylées par certaines isoformes (1, 3) que par d’autres (Akt2) pour la protection de la RO. Le double KO des isoformes d’Akt parait avoir plus d’effet sur la RO et il existe une spécificité de ces isoformes sur leurs cibles. Cette étude démontre pour la première fois une implication spécifique des isoformes de Akt dans la RO et pourrait mener à la mise au point de cibles thérapeutiques

Implication des œstrogènes dans l’augmentation de l’automatisme cardiaque associée à la grossesse


Valérie Long1, Simon Thibault1, Céline Fiset1
1Université de Montréal

La grossesse est associée à une élévation de la fréquence cardiaque au repos (FC), un facteur de risque connu d’arythmies. Pendant la grossesse, des changements hormonaux majeurs se produisent. Notamment, une augmentation en 17β-œstradiol (E2) coïncide avec l'accélération de la FC. Une relation causale n’a cependant pas encore été établie entre ces phénomènes. Les objectifs de cette étude sont (1) de déterminer le rôle de l'E2 dans l'augmentation de la FC et de l’automaticité cardiaque pendant la grossesse et (2) d’établir l'implication des récepteurs aux œstrogènes (ERα et ERβ) dans ces effets.

 

L’administration d'E2 (30 μg per os 2 fois par jour pendant 4 jours) à des souris femelles non gestantes de type sauvage (WT), déficientes en ERα (ERKOα) et ERβ (ERKOβ) augmente les concentrations plasmatiques d’E2 aux niveaux mesurés en fin de grossesse (18-19 jours de gestation) (23.3±5 nM). L’analyse des électrocardiogrammes de surface montre que l’E2 accélère la FC des souris WT (520±15 bpm; +E2=571±16 bpm; n=8; p=0,001) et ERKOβ (511±15 bpm; +E2=580±10  bpm; n=10; p<0,001). Cependant, la FC demeure inchangée chez les souris ERKOα (520±16 bpm; +E2=530±21 bpm; n=7). Des cardiomyocytes dérivés de cellules souches pluripotentes humaines de type nodal (N-hiPSC-CM) ont été traités à l'E2 (100nM pour 72h). Les potentiels d’action spontanés des cellules traitées montrent que l’E2 augmente l’automaticité des N-hiPSC-CM (79,0±2 bpm, n=11; +E2=99,6±6 bpm, n=8; p<0,05). La phase de dépolarisation diastolique des potentiels d’action est plus rapide dans les cellules traitées à l’E2 (27,3±0,9 mV/s; +E2=53,1±4,2 mV/s; p<0,05).

 

En résumé, l’administration d’E2 accélère la FC chez les souris WT et ERKOβ, mais non chez les ERKOα. Ceci démontre que l’E2 régule, via ERα, l'augmentation de la FC observée pendant la grossesse. De plus, l’augmentation de l’automatisme des N-hiPSC-CM suite à l’administration d’E2 confirme l’applicabilité humaine des résultats.

Influence de la consommation de tabac et d’alcool, des polymorphismes du HER2 sur la réponse au trastuzumab chez les patientes atteintes d’un cancer du sein HER2-positif


Daniela Furrer Soliz1,2, Simon Jacob1,2,3, Annick Michaud1,2, Louise Provencher1,2,3, Julie Lemieux1,2,3, Caroline Diorio1,2
1Université Laval 2Axe Oncologie, Centre de Recherche du CHU de Québec-Université Laval 3Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia, Hôpital du Saint-Sacrement

L’administration du trastuzumab a amélioré la survie des patientes atteintes d’un cancer HER2-positif. Cependant, le développement de la résistance au trastuzumab est un obstacle clinique majeur.

 

Cette étude avait pour but d’évaluer l’association entre la consommation de tabac et d’alcool, les polymorphismes d’HER2 et la survie sans récidive (SSR) chez les patientes atteintes d’un cancer du sein HER2-positif.

 

Dans une cohorte de 236 patientes HER2-positives non-métastatiques traitées au trastuzumab, les données cliniques ont été recueillies dans les dossiers médicaux, la consommation de tabac et d’alcool par des questionnaires validés et les polymorphismes d’HER2 (Ile655Val et Ala1170Pro) ont été évalués par essai TaqMan. Des modèles multivariés de risques proportionnels de Cox ont été utilisés.

 

Comparées aux non-fumeuses, la SRR était moins bonne chez les patientes qui fumaient avant le diagnostic d’un cancer du sein (Hazard ratio (HR): 2,63; p=0,001), et cette association était plus forte chez les patientes qui fumaient > 20 cigarettes/jour avant le diagnostic ou qui étaient fumeuses depuis plus de 20 ans (HR: 3,65; p=0,01 et HR: 3,19; p=0,002 respectivement). La consommation de tabac pendant le traitement au trastuzumab était associée à la SSR, mais seulement parmi les patientes avec une tumeur négative pour les récepteurs des oestrogènes (HR : 4,49; p=0,02). Comparées aux non-buveuses, les patientes qui consommaient de l’alcool avant le diagnostic avaient une meilleure SSR (HR: 0,56; p=0,03). Aucune association n’a été observée entre la consommation d’alcool pendant le traitement et la SSR. Concernant les polymorphismes d’HER2, les porteuses Ile/Val et Val/Val avaient une moins bonne SSR comparées aux porteuses Ile/Ile (HR: 4,96; p=0,01).

 

Nos résultats suggèrent que la consommation de tabac et d’alcool ainsi que le polymorphisme HER2 Ile655Val pourraient influencer la réponse au trastuzumab. Ces résultats doivent être confirmés dans une plus grande cohorte.

Influence de la topographie de surface sur le phénotype des cellules endothéliales cornéennes


Louis-Philippe Guérin1,2, Mathieu Thériault1,2, Jean-Michel Bourget3,4, Teodor Veres3, Stéphanie Proulx1,2
1Département d’ophtalmologie, Faculté de médecine, Université Laval 2Axe médecine régénératrice, Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval 3National Research Council Canada, Boucherville 4Institut National de la Recherche Scientifique, EMT, Varennes

CONTEXTE ET OBJECTIFS : In vivo, les cellules endothéliales cornéennes (CEC) forment une barrière de cellules hexagonales entre le stroma et la chambre antérieure. Lorsque cultivées in vitro, les CEC perdent rapidement leur phénotype endothélial au profit d’un phénotype fibroblastique non compatible avec leur rôle de barrière. Les CEC sont sensibles à la topographie de surface. L’objectif de ce projet était de sélectionner une topographie microstructurée hexagonale permettant de cultiver les CEC avec une forme hexagonale.

 

MATÉRIEL ET MÉTHODES : Des CEC ont été ensemencées sur des supports dotés d’alvéoles de différents diamètres (15, 25, 30, 35, 38, 50 et 70 µm) et de différentes profondeurs (1.5, 2.0, 3.0, 3.5, 3.8 et 7.5 µm), puis cultivées pour 7 jours. Les mêmes CEC ont été ensemencées sur des supports sans topographie comme condition contrôle. La présence des cellules a été évaluée en immnofluorescence à l’aide de Hoechst (noyaux) et de phalloidine (f-actine). Les critères d’exclusions étaient la présence de cellules au-dessus des alvéoles et la présence de plus d’une cellule par puit.

 

RÉSULTATS Les CEC ont adhéré sur tous les supports testés. Les supports avec des alvéoles de diamètres supérieurs ou égaux à 50 µm présentaient plus de 1 cellule par puit, tandis que les CEC poussaient au-dessus des ‘murs’ de ceux avec des diamètres inférieurs ou égaux à 30 µm. Une hauteur minimale de 3.5 µm était nécessaire pour l’obtention de la mosaïque endothéliale.

 

CONCLUSION : La topographie retenue est celle ayant un diamètre de 35 µm et une profondeur de 3.5 µm. La culture des CEC sur cette topographie pourrait permettre d’améliorer le phénotype des CEC à travers les passages.

Instrumentation d’une semelle à l’aide de capteurs de pression pour le comptage de pas : résultats préliminaires


Armelle Ngueleu1, Andréanne Blanchette1,2, Charles Batcho1,2
1Centre Interdisciplinaire de Recherche en Réadaptation et Intégration Sociale (CIRRIS), Université Laval (Québec) 2Département de réadaptation, Faculté de médecine, Université Laval (Québec)

Introduction : La quantification du nombre de pas effectués par jour renseigne sur la mobilité d’une personne. Toutefois, malgré la disponibilité de différents systèmes de mesure, la précision du comptage de pas dans un contexte écologique reste un enjeu majeur. Les systèmes micro-électromécaniques et les capteurs de pression semblent présenter un réel potentiel pour un comptage précis de pas auprès de populations présentant ou non des limitations à la marche. L’objectif de cette étude préliminaire était donc d’équiper une semelle à l’aide de capteurs de pression (CP) et d’évaluer sa précision pour le comptage de pas lors de la marche.

Méthodologie : Sur la base de la littérature, cinq capteurs de pression ont été placés sur une semelle au niveau du talon, des métatarses (1ier, 3ième et 5ième) et de l’hallux. Des algorithmes de comptage de pas ont été développés avec Arduino ICE et Matlab. Ce système (semelle et algorithmes) a été testé auprès d’un participant lors d’une marche à vitesse spontanée dans un milieu contrôlé. Le nombre de pas a été calculé à partir du signal de chaque capteur individuellement, ainsi qu’à partir des signaux émis par les cinq capteurs, en considérant la moyenne, la somme ou la somme cumulée de ces signaux lors de la phase d’appui. La précision du système a été déterminée à l’aide de deux mesures « gold standard », le Gait Up et le comptage manuel.

Résultats : La précision sur le comptage de pas est de 100% (pour chaque CP), de 74% (pour la moyenne et la somme des cinq CP) et de 100% (pour la somme cumulée). Ces résultats semblent montrer que le comptage de pas à partir d’un capteur ou par la méthode de somme cumulée est plus précis.

Conclusion : La précision élevée du comptage de pas pour chacun des capteurs placés au niveau de différentes zones plantaires pourrait faciliter l’adaptation et l’utilisation de la semelle instrumentée auprès de différentes populations. La prochaine étape consiste à valider ce système dans un contexte écologique.

 

LA COMBINAISON DE L’EXPRESSION DE PUMA ET NOXA DANS LES CELLULES BÉNIGNES ADJACENTES AU CANCER DE LA PROSTATE EST PRÉDICTIVE DE LA RECHUTE BIOCHIMIQUE DES PATIENTS


Sylvie CLAIREFOND1,2, Benjamin Péant1,2, Veronique Ouellet1,2, Véronique Barrès1,2, pierre karakiewicz1,4, Anne-Marie Mes-Masson1,2,3, Fred Saad1,2,4
1CRCHUM 2ICM 3Université de Montréal - Département de Médecine 4Université de Montréal - Département de Chirurgie

Objectifs : PUMA et NOXA sont deux protéines de la famille des BCL2 et membres du sous-groupe « BH3-only ». Ces deux protéines interviennent dans l’initiation de l’apoptose. L’objectif de cette étude est d’analyser leur expression par immunofluorescence (IF), seul et en combinaison, dans les cellules bénignes et tumorales afin d’établir une corrélation avec la rechute biochimique (BCR) des patients.

Méthodes : La spécificité des anticorps (PUMA et NOXA) a été vérifiée par la technique de western blot et par IF sur des culots cellulaires et des xénogreffes, issues de lignées prostatiques. L’IF a été faite sur des micro-étalages tissulaires (TMA) d’échantillons de prostatectomie radicale provenant de 285 patients. Ce TMA contenait deux carottes de tissus bénins adjacents à la tumeur et deux carottes de tumeurs par patient. L’analyse de l’expression des biomarqueurs a été faite de façon semi-automatique via le logiciel VisiomorphDP. La corrélation avec les données cliniques des patients a été établie avec le logiciel SPSS-Statistics.

Résultats : Dans les cellules bénignes, les analyses de Kaplan-Meier ont montré une association significative entre une expression extrême (faible ou forte) de PUMA et la BCR des patients Log rank=11,349, p=0,001). L’analyse statistique a présenté une association significative entre la forte expression de NOXA et la BCR des patients (Log rank=6,133, p=0,013). L’effet combiné de l’expression extrême de PUMA et de la forte expression de NOXA démontre un mauvais pronostic pour les patients (Log rank=16,041, p<0,001). De plus, dans un modèle de régression de Cox en multivarié, les protéines PUMA et NOXA ont été identifiées comme des biomarqueurs indépendants pour prédire la BCR des patients.

Conclusion : En étudiant les cellules bénignes adjacentes à la tumeur, nous avons identifié deux biomarqueurs potentiels pour discriminer les patients à haut et à faible risque de BCR, indépendamment du score de Gleason ou du stade pathologique.

La Délétion de SHP-1 Spécifiquement dans les Cellules Musculaires Lisses Rétablit les Actions du PDGF dans le Diabète.


Stéphanie Robillard1, Farah Lizotte1, Pedro Geraldes1
1Université de Sherbrooke

Introduction:La maladie des artères périphériques est une complication majeure du diabète caractérisée par un développement insuffisant des vaisseaux collatéraux. Notre laboratoire a montré une augmentation de SHP-1 dans le muscle ischémique des souris diabétiques. Notre hypothèse est que SHP-1 jouerait un rôle important dans l’inhibition de l’angiogenèse suite à une ischémie. Méthodes:Des souris non-diabétiques (NDM) et diabétiques (DM) sans ou avec une délétion de SHP-1 spécifiquement dans les cellules musculaires lisses (CML) ont subi une ligature de l’artère fémorale et la perfusion sanguine a été mesurée sur 4 semaines. Des cultures primaires de CML ont été exposées a des concentrations normales (5.6 mM; NG) ou élevées de glucose (25 mM; HG) durant 48h, en condition hypoxique (1% d’O2) pour les dernières 24h et en présence de PDGF, un facteur pro-angiogénique. Résultats:Nos données préliminaires montrent que le flot sanguin s’est rétabli à 42% chez les souris diabétiques comparativement à 75% chez les souris non-diabétiques. Une délétion spécifique de SHP-1 dans les CML a permis une meilleure reperfusion sanguine suite à l’ischémie soit 68%, respectivement dans les souris diabétiques. En culture, la prolifération, la migration et la phosphorylation de Akt et ERK induite par une stimulation au PDGF sont diminuées dans les CML exposées à des concentrations HG et d’hypoxie. L’activité phosphatase de SHP-1 ainsi que son interaction avec le récepteurdu PDGF étaient élevées en condition HG. La surexpression du dominant négatif de SHP-1 a permis de rétablir les actions du PDGF sur la prolifération, la migration et la phosphorylation de Akt et ERK dans les CML en HG et en condition hypoxique. Conclusion:  L’augmentation de l’activité de SHP-1 en dans un milieu hyperglycémique causerait l’inhibition des actions pro-angiogénique du PDGF et une délétion spécifique de SHP-1 dans les CML pourrait rétablir la reperfusion sanguine chez les souris diabétiques. 

La machinerie de signalisation des cassures d’ADN double brin ; une cible inattendue du virus du papillome humain.


Justine Sitz1,2,3, Andréanne Blondeau2, Margit Fuchs2, Amélie Fradet-Turcotte1,2,3
1Université Laval 2Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval 3Centre de recherche sur le cancer

Le virus du papillome humain (VPH) infecte les cellules de l’épithélium de la peau et des muqueuses. Bien que l’infection soit habituellement éliminée par le système immunitaire, la persistance des infections par les VPHs de type « haut risque » dans les muqueuses anogénitales, et de l’oropharynx est précurseur de cancer chez certains patients. Puisque la présence du VPH est nécessaire, mais non suffisante à l’apparition de la maladie, les cellules infectées doivent acquérir des mutations additionnelles afin de devenir cancéreuses. Dans une cellule saine, l’accumulation de mutations est évitée grâce à l’activation d’une réponse complexe qui détecte, signale et répare l’ADN endommagé. De manière intéressante, plusieurs protéines impliquées dans cette réponse sont essentielles à la réplication virale, suggérant que le virus a la capacité d’usurper les protéines de la machinerie de réparation. De plus, nous avons récemment démontré que les cellules cancéreuses VPH positives accumulent de larges structures nucléaires appelées « G1 bodies », dans lequel plusieurs de ces protéines sont retrouvées. Normalement, ces structures se forment autour de lésions apparues lors de la réplication de l’ADN de la cellule mère puis transférées à la phase G1 de la cellule fille sans être réparées. La cause de leur apparition plus fréquente dans les cellules VPH positives est inconnue. Afin de comprendre comment le virus affecte le maintien de l’intégrité du génome et les processus de tumorigenèse des cellules infectées, nos travaux visent à comprendre : 1) comment le virus interfère avec le réseau de détection/réparation d’ADN endommagé, 2) comment ce processus contribue au développement de cancers liés aux VPHs et 3) comment affecte-t-il la réponse des cellules cancéreuses VPH positives aux divers traitements de chimio- et radiothérapie. Au cours de cette présentation, nos plus récentes découvertes portant sur l’interactions d’une protéine virale et RNF168 seront présentées.  

La perte de la région 10q23 dans le cancer de la prostate: est-ce seulement la délétion de PTEN?


Raghavendra Tejo Karthik Poluri1,2,3, Étienne Audet-Walsh1,2,3
1Département de médecine moléculaire, Faculté de médecine de l'Université Laval 2Axe de recherche en Endocrinologie - Néphrologie du Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval 3Centre de recherche sur le cancer de l'Université Laval

Le gène PTEN code pour un gène suppresseur de tumeur qui est parmi les gènes les plus fréquemment inactivés à travers le spectre des cancers chez l’humain. Les approches de séquençage les plus récentes ont permis l’identification des altérations génomiques de PTEN, y compris la délétion, la mutation ou le réarrangement chromosomal de ce gène dans environ 50% des cas de cancer de la prostate (CaP). L’étude des banques de données publiques a révélé que les mécanismes menant à l'inactivation de PTEN sont spécifiques selon le type de cancer, comprenant des mutations de perte de fonction, de petites insertions/délétions, des altérations du nombre de copies (CNA), une hyperméthylation du promoteur et des mécanismes d’interférence à l’ARN. L'examen des résultats publiquement disponibles des études de séquençage de nouvelle génération a montré que le CaP semble être le seul cancer dans lequel PTEN est perdu principalement par CNA. En effet, au lieu d’être inactivé par des mutations focalisées tels qu’observées dans d'autres cancers, la délétion du locus 10q23, où se situe PTEN, est la forme la plus courante d'inactivation de ce gène dans la CaP. L'étude de la région minimale perdue à 10q23 indique que plusieurs autres gènes sont perdus simultanément avec PTEN. Les données d'expression indiquent que, comme PTEN, l’expression de ces gènes est également réduite lors de la perte de copie de gène. Ces analyses soulèvent la possibilité que cette région 10q23 est perdue suite à une pression de sélection, non seulement pour inactiver PTEN mais aussi un ou plusieurs gènes environnants. En tant que tel, plusieurs gènes de cette région perdue, qui représente environ 500 kb, pourraient également agir comme suppresseurs de tumeur dans le CaP, nécessitant des études sur leurs fonctions respectives dans ce cancer.

La perte d’expression de Dusp6 protège le côlon contre l’inflammation et promeut la tumorigenèse intestinale.


Marie-Josée Langlois1, Katia Beaudry1, Amélie Montagne1, Sébastien Cagnol1, Julie Carrier1, Nathalie Rivard1
1Université de Sherbrooke

La voie de signalisation Ras/MAPK (Mitogen-activated protein kinase) contrôle plusieurs processus cellulaires fondamentaux tel que la prolifération, la différenciation, la migration et l’apoptose. La phosphatase DUSP6 régule la voie Ras/MAPK dans le cytoplasme en déphosphorylant et inactivant les MAPKs ERK1/2. Afin de déterminer le rôle de Dusp6 dans le maintien de l’homéostasie intestinale, nous avons caractérisé le phénotype colonique des souris délétées pour Dusp6 sous conditions normales, oncogéniques et pro-inflammatoires. Nos résultats montrent que la perte d’expression de Dusp6 augmente la longueur des cryptes coloniques et la prolifération des cellules épithéliales intestinales sans altérer l’architecture colonique. Par culture de colonoïdes, nous avons également constaté une stimulation des capacités de régénération des cryptes coloniques suite à la perte d’expression de Dusp6, se traduisant par une augmentation de la taille et de la prolifération des colonoïdes. De plus, la perte de Dusp6 entraîne une augmentation du nombre de cellules caliciformes ainsi qu’une augmentation de l’épaisseur de la couche de mucus dans le côlon. Des expériences d’induction de colite, par traitement au DSS, nous ont permis de constater que les souris Dusp6 KO sont également mieux protégées contre l’inflammation intestinale que les souris contrôles. La délétion de Dusp6 augmente aussi la charge tumorale des souris ApcMin/+. Finalement, nous avons observé une diminution d’expression de l’ARNm de DUSP6 dans les tumeurs colorectales humaines comparativement à leurs marges saines. En conclusion, ces résultats démontrent que la phosphatase DUSP6 régule la réponse inflammatoire dans le côlon et protège l’épithélium intestinal contre les stress oncogéniques.

La podocyturie en grossesse chez les femmes avec prééclampsie: revue systématique


Marilie Bouchard1, Marilou Lavoie1, Marie-Odile Guimond1, Julie Moreau2, Anne-Marie Côté1,2
1Université de Sherbrooke 2Centre de recherche du CHUS

Introduction : La prééclampsie (PE) touche 2 à 5% des grossesses et s’accompagne de nombreuses complications maternelles et fœtales. Bien que la PE se manifeste classiquement par une hypertension et une protéinurie, des études récentes suggèrent que la présence de podocytes dans l’urine (podocyturie) serait un marqueur plus précoce d’atteinte rénale. L’objectif de cette revue est de répertorier les données de la littérature disponibles sur la podocyturie chez les patientes avec PE. 

Méthode : Une recherche dans PubMed et SCOPUS a été effectuée avec les mots-clés « (pregnancy or preeclampsia) and (podocyte or podocyturia or nephrin or podocin or podocalyxin or synaptopodin or WT-1) ». Deux évaluateurs indépendants ont évalué tous les articles ayant quantifié la podocyturie en cours de grossesse chez des patientes avec PE après 2007. 

Résultats : 1477 citations sont ressorties de la recherche dont 28 correspondaient à une étude clinique évaluant la podocyturie chez des femmes avec PE. Dans ces articles, la podocyturie a été mesurée à l’aide de techniques variées (culture cellulaire, PCR quantitative, ELISA, cytospin, Western Blot) et de marqueurs de podocytes différents (néphrine, podocine, synaptopodine ou podocalyxine). Parmi 1968 patientes, 712 ont développé une PE, la plupart au troisième trimestre. Pour la majorité des études, la podocyturie était présente chez les femmes avec PE et absente chez les patientes contrôles. Selon la technique utilisée, la sensibilité pour le diagnostic de la podocyturie variait de 37.1 à 100 % et la spécificité, de 36 à 100 %. 

Conclusion : Bien que la podocyturie soit présente chez des patientes avec PE, la grande variabilité des techniques et des marqueurs ne permet pas pour le moment d’utiliser la podocyturie en clinique. Une étude validant les méthodes de détection de la podocyturie avec différents marqueurs des podocytes s’avère donc nécessaire.

La restriction de croissance intra-uterine entraine un remodelage précoce du métabolisme énergetique des cardiomyocytes fœtaux.


Loïze Maréchal1,2, Benoit Sicotte1, André Tremblay2, Michèle Brochu1
1Dép. de pharmacologie & physiologie, Faculté de médecine, Université de Montréal 2C. R. du CHU Sainte-Justine

Un environnement utérin défavorable prédispose les futurs adultes à des pathologies cardio-métaboliques. Un modèle animal de restriction de croissance in utero (RCIU) a été développé dans le laboratoire, où une diminution de l’expansion du volume plasmatique chez la rate gestante conduit à une réduction de la perfusion placentaire. Les animaux RCIU adultes présentent une augmentation de la pression artérielle chez les deux sexes et un remodelage des cardiomyocytes chez les femelles. L’objectif général de nos travaux est d’identifier les modifications fœtales ayant des conséquences à l’âge adulte. Les cardiomyocytes embryonnaires utilisent principalement la glycolyse comme source énergétique, tandis qu’un transfert à la béta-oxydation des acides gras (AG), survient durant la période périnatale. Notre hypothèse est que la diminution de la perfusion placentaire induit une baisse des apports énergétiques au fœtus, conduisant à un changement de substrat énergétique précoce, permettant de maintenir un métabolisme cardiaque adéquat. Notre objectif est d’établir un profil métabolique dans des cardiomyocytes fœtaux RCIU et témoins. Pour cela, l’expression génique et protéique d’acteurs du métabolisme gluco-lipidique est mesurée par qPCR et immunobuvardages western, et le portrait métabolique des animaux est dressé grâce à des mesures métabolomiques. Chez les animaux RCIU, nous montrons une augmentation de l’expression de plusieurs gènes du métabolisme lipidique dont Cpt1a, Cpt2, et les enzymes de la béta-oxydation des AG. L’expression de plusieurs protéines telles que CPT1a ou ACSL1 est aussi augmentée. Ces résultats suggèrent une utilisation accrue du métabolisme des AG dans des cardiomyocytes fœtaux comparativement aux témoins du même âge, ce qui laisse penser que la diminution de perfusion placentaire induit un remaniement précoce du métabolisme cardiaque.

Le 14-3-3η en tant que nouveau régulateur des invadosomes dans la polyarthrite rhumatoïde


M. Kadir1, C. Lalanne1, M. Charbonneau1, J. Savill2, A. Marotta2, C. M. Dubois1
11Sercice d’immunologie, Département de pédiatrie, FMSS, Université de Sherbrooke, Sherbrooke 2Augurex Life Sciences Corp, Vancouver, Canada.

Introduction :

La destruction progressive du cartilage articulaire est une étape critique du développement de la polyarthrite rhumatoïde (PR).  Durant la pathogenèse de la PR, les synoviocytes de type fibroblastique (FLS) sont reconnus comme étant les effecteurs principaux de cette destruction. Nous avons démontré que la capacité des FLS arthritiques à dégrader la matrice extracellulaire (MEC) est attribuée à la formation de structures riches en actines appelées invadosomes. Ces structures sont détectées à l’interface entre la membrane synovial et le cartilage, et leur inhibition  prévient la dégradation de la MEC in vitro et celle du cartilage dans un modèle d’arthrite induite chez le rat,  suggérant leur importance dans le processus de destruction articulaire.

La protéine adaptatrice 14-3-3η est un nouveau biomarqueur de la PR qui a été détectée dans le sérum et le liquide synovial de patients atteints de PR. De plus, les niveaux de 14-3-3η retrouvés chez ces patients corrèlent avec ceux des métalloprotéinases (MMPs) ainsi qu’avec les dommages articulaires observés par radiographie. Cependant, la relation directe entre le 14-3-3η et la capacité des FLS à promouvoir les dommages articulaires demeure inconnue.

Objectif :

Étudier le rôle de 14-3-3η dans la capacité des synoviocytes à dégrader la matrice extracellulaire.

Méthodes :

Le niveau d’expression de 14-3-3η chez les FLS sains et arthritiques a été évaluée par qPCR et par immunohistochimie (IHC) (N≥4). La capacité des FLS à dégrader la MEC a été évaluée par essais d’invadosomes. La localisation cellulaire de 14-3-3η a été déterminée par microscopie confocale.

Résultats :

Nous avons observé une augmentation significative du niveau d’expression de 14-3-3η au niveau génique et protéique. De plus, nous avons trouvé une forte corrélation entre le niveau d’expression de 14-3-3η et le pourcentage de cellules formant des invadosomes (r=0.901). L’utilisation d’ARN interférant spécifique à 14-3-3η diminue significativement la capacité des FLS arthritiques à former des invadosomes. La microscopie confocale a démontrée que 14-3-3η colocalise avec l’actine au niveau des zones de dégradation focale de la MEC.

Conclusion :

Nos résultats révèlent un nouveau rôle pour 14-3-3η dans la dégradation de la MEC via sa capacité à réguler la formation d’invadosomes. Ces résultats renforcent son rôle en tant que nouveau biomarqueur de la PR et mettent en lumière une nouvelle cible thérapeutique potentielle afin de prévenir les dommages articulaires. D'autres expériences sont en cours afin d’évaluer le mécanisme par lequel 14-3-3η est impliqué dans la formation d'invadosomes.

Le 68Ga-4HMSA est-il un bon traceur pour l’inflammation ?


Shigufa Kahn Ali1, Samia Ait-Mohand1, Mélanie Archambault1, Véronique Dumulon-Perreault3, Brigitte Guérin2,3
1Université de Sherbrooke 2Université de Sherbrooke 3Centre d’imagerie moléculaire de Sherbrooke, CRCHUS

Introduction : Plusieurs études réalisées sur l’inflammation démontrent qu’elle serait la cause possible de plusieurs maladies dont certains types de cancers. Présentement, le 67Ga-citrate est le traceur par excellence utilisé de routine en médecine nucléaire pour l'imagerie de l'inflammation et des infections. Des études récentes ont démontré que le 67Ga pouvait être remplacé avantageusement par le 68Ga, un radionucléide TEP (tomographie par émission par positron) de courte demi-vie offrant une meilleure résolution spatiale. L'équipe de la Pre Guérin a développé un nouveau chélateur sidérophore avec 4 bras N-hydroxy-N-méthyl succinamide (4HMSA) possédant une meilleure cinétique de marquage pour le 68Ga et une plus grande stabilité in vivo comparativement à d'autres chélateurs plus utilisés (DOTA & NOTA).

Objectifs  : L’objectif est de démontrer que le 68Ga-4HMSA est aussi efficace que le 68Ga-Citrate pour l’imagerie de l’inflammation tout en ayant un profil pharmacocinétique plus favorable et une meilleure dosimétrie.

Méthodes : Des souris Balb/c ont été injectées de façon intraplantaire avec 0,5mg/mL d’adjuvant de Freund complet (CFA). L’inflammation a été suivie à différents temps, soit 1, 2, 3 et 7 jours. Des scans TEP ont été acquis en mode dynamique à la suite de l’injection du produit (68Ga-4HMSA ou 68Ga-Citrate). Une biodistribution 60  minutes post-injection a permis d’avoir le pourcentage de dose injectée par gramme de tissu.

Résultats/Discussion : Le 68Ga-4HMSA montre une captation rapide et offre une plus grande spécificité au site d’inflammation ainsi qu’une clairance sanguine rapide comparativement au 68Ga-citrate. On remarque que l’accumulation du 68Ga-citrate dans les organes reste relativement la même à différents temps d’inflammation, alors que l’accumulation du 68Ga-4HMSA est légèrement modulée en fonction de la réponse inflammatoire.

Conclusion : Pour conclure, le 68Ga-4HMSA est prometteur pour le suivi de l’inflammation par imagerie TEP. Les projets futurs viseraient à mieux comprendre le mécanisme d’action du 68Ga-4HMSA.

Le programme d’adoption de saines habitudes de vie Ferti-Santé permet d’améliorer la fertilité des femmes obèses et infertiles


Matea Belan1,2, Belina Carranza-Mamane2,3, Marie-Hélène Pesant1,2, Youssef Ainmelk3, Karine Duval1,2, Farrah Jean-Denis2, Marie-France Langlois1,2, Jean-Patrice Baillargeon1,2
1Faculté de médecine et des sciences de la santé, Département d’endocrinologie, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec, Canada 2Centre de recherche clinique du Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec, Canada 3Département d’obstétrique et de gynécologie, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec, Canada

OBJECTIF: Évaluer les impacts du programme Ferti-Santé chez les femmes obèses souffrant d’infertilité sur leurs issues de fertilité et de grossesse.  

 

MÉTHODES: Étude randomisée contrôlée incluant 130 femmes obèses de couples hétérosexuels consultant à la clinique de fertilité. Les femmes ont été randomisées soit au programme Ferti-Santé seul (séances individuelles en nutrition et kinésiologie, et 12 séances de groupe hebdomadaires) pendant 6 mois puis en combinaison avec le suivi en fertilité usuel, ou au groupe témoin qui suivait les traitements usuels en fertilité. Les patientes étaient suivies pendant 18 mois ou jusqu’à la fin de leur grossesse. Les analyses incluent toutes les participantes qui ont été suivies pendant au moins 6 mois (per protocole). Des tests de khi-deux ou les tests exacts de Fisher ont été utilisés pour comparer les proportions entre les deux groupes. 

 

RÉSULTATS: Au total, 97 femmes ont complété l’étude (en supposant que la grossesse actuelle d’une participante du groupe expérimental résultera en une naissance vivante (NV)). Chez ces femmes, le programme Ferti-Santé a augmenté significativement le taux de grossesses (63,0%) comparativement au groupe témoin (41,2%, p=0,031). De plus, un nombre significativement plus élevé de femmes dans le groupe Ferti-Santé a eu des grossesses spontanées, comparativement au groupe témoin (32,6% vs 13,7%, p=0,027). Enfin, le programme Ferti-Santé tend à augmenter, de façon non statistiquement significative, le taux de NV: 52,2% vs 39,2% dans le groupe témoin (p=0.201).

 

CONCLUSION: Nos résultats montrent que chez les femmes obèses qui consultent à une clinique de fertilité, une intervention interdisciplinaire d’adoption de saines HDV, comme le programme Ferti-Santé, favorise la survenue d’une grossesse, surtout sans traitement de fertilité. Ainsi, une telle intervention pourrait aider les femmes obèses et infertiles à diminuer le recours aux traitements de fertilité et les coûts qui peuvent y être associés.

Le rôle des isoformes d’Akt dans les processus reproductifs chez la souris


Laurence Tardif1, Pascal Adam1, Dadou Lokengo1, Sophie Parent1, Eric Asselin1
1Département de Biologie Médicale, Université du Québec à Trois-Rivières, Trois-Rivières, Québec, Canada

L’infertilité touche 1 couple sur 6, selon Santé Canada. Pour réussir l’implantation, le blastocyte ainsi que les tissus maternels doivent travailler de concert. Les molécules de signalisation et de réponses cellulaires ont un rôle clé. L’une d’elles, la protéine kinase Akt (1, 2 ou 3) est impliquée à divers moments dans le cycle ovarien et lors de l’implantation embryonnaire. Le rôle spécifique de ces isoformes dans l’endomètre n’est pas connu. Cependant, nous savons que sa quantité varie lors de la gestation chez le rat. Le but est d’établir le rôle des isoformes d’Akt dans l’endomètre lors du cycle ovarien de la souris. L’objectif est de comparer la morphologie cellulaire de l’endomètre et des glandes endométriales chez les souris transgéniques. L’hypothèse est qu’un problème de régulation de ces isoformes pourrait causer l’infertilité. En utilisant le récepteur à la progestérone et le système Cre-LoxP, les souris C57BL/6 sont knock-out pour ces isoformes dans les organes sexuels. Toutes les recombinaisons de KO (simple, double et triple) ont été effectuées. Les résultats suggèrent qu’en absence d’une ou plusieurs isoformes d’Akt, la fertilité chez la souris femelle diminue. Les isoformes d’Akt n’auraient pas d’effet sur l’épaisseur du stroma. Akt1 et 2 permettraient une augmentation alors qu’Akt3 mènerait à une diminution de la quantité des glandes endométriales, en oestrus et metoestrus. Akt 1 et 2 auraient un rôle dans l’augmentation de la grosseur des glandes endométriales en metoestrus. Finalement, les protéines telles que c-jun, mTor, cl-caspase 3 et 7, cl-PARP, foxo1 vont être analysées par immunohistochimie. Des études futures pourront être effectuées lors de la décidualisation, de l’implantation et de la parturition, chez ces souris. Des biopsies de femmes infertiles pourront être analysées pour confirmer un dérèglement des isoformes d’Akt. Cette recherche est importante pour une meilleure compréhension de l’infertilité féminine.

Le vieillissement chronologique et l’état d’inflammation chronique imprègnent certaines caractéristiques de la sénescence dans les cellules souches mésenchymateuses.


Stephanie Nadeau 1, Nicolas Malaquin1,2,3, Guillaume B Cardin2,3, Inés Colmégna4,5, Francis Rodier1,2,3,6
1Université de Montréal 2CRCHUM 3Institut du Cancer de Montréal 4McGill University 5Division of Rheumatology, Department of Medicine. McGill University 6Département de radiologie, radio-oncologie et médecine nucléaire, Université de Montréal

La sénescence cellulaire agit comme un mécanisme essentiel de défense contre le cancer évitant la transmission de défauts génétiques potentiellement carcinogéniques. Le phénomène de sénescence est à double tranchant puisqu’il peut altérer le fonctionnement normal des tissus, non seulement en empêchant la prolifération cellulaire, mais aussi en modifiant le microenvironnement tissulaire via un phénotype sécrétoire pro- inflammatoires associé à la sénescence (SASP).

 

Nous nous sommes intéressé aux cellules souches mésenchymateuses (MSC). Les MSC sont une composante importante de plusieurs tissus comme la moelle osseuse et le tissu adipeux, de plus, ces cellules sont utilisées en thérapie cellulaire pour régénérer des tissus endommagés et moduler la réponse immunitaire. Ceci suggère que la sénescence des MSC pourrait avoir un impact majeur sur ces microenvironnements. Notre hypothèse est que l’entré en sénescence des MSC suite à des stress tels que l’irradiation (aigüe), le vieillissement (chronologique), ou le vieillissement prématuré (pathologies), devrait leur conférer la capacité d’altérer leur microenvironnement et d’influencer la fonction normale des autres cellules environnantes. 

 

À partir de cultures primaires humaines provenant tissus adipeux, nous avons caractérisé les marqueurs de la sénescence des MSC induite par l’irradiation et nous avons aussi validé que l’apparition de ces marqueurs survient de façons âge-dépendante et selon l’état pathologique du patient. Pour ce faire, nous utilisons des cellules de donneurs en santé (10-80 ans) ainsi que des cellules de patients atteints, d’arthérosclérose et/ou de diabète de type 2 (45-80 ans). 

Nous étudions l’effet fonctionnel de la sénescence des MSC en ciblant des modèles de microenvironnement et tentons de renverser le phénotype observé pour contrer l’effet de l’âge et de la maladie. 

 

En somme, la caractérisation du changement dans la biologie des MSC pourrait s’avérer pertinente pour valider que le microenvironnement associé aux MSC joue un rôle important dans le vieillissement des tissus. En plus, de servir d'outil pour potentialiser l'effet des MSC en thérapie cellulaire.

Les acides gras oméga-3: un outil efficace pour augmenter la marge thérapeutique des agents anti-cholestatiques


Ariane Therien1,2, Mélanie Verreault2, Jocelyn Trottier2, Marie-Claude Vohl1, Olivier Barbier1,2
1Université Laval 2Centre de Recherche du CHU de Québec

PROBLÉMATIQUE La cholangite sclérosante primitive (PSC) et la cholangite biliaire primitive (PBC) sont deux maladies cholestatiques chroniques et progressives dont les options thérapeutiques sont limitées. L’Ursodiol® (UDCA) et l’Ocaliva® (OCA) sont les seuls traitements pharmacologiques disponibles pour la PBC tandis qu’aucun traitement n’est efficace pour la PSC. Toutefois, leur utilisation clinique est limitée par leur toxicité intrinsèque et leur efficacité moyenne. Il y aurait donc bénéfice à améliorer la marge thérapeutique de ces médicaments, notamment via une approche combinatoire de type pharmaco-nutraceutique. Les acides gras oméga-3 EPA (acide eicosapentaénoïque) et DHA (acide docosahexaénoïque) ont des effets bénéfiques dans le traitement de ces maladies. Ils favorisent la détoxification des acides biliaires (AB) et inhibent la progression de la fibrose hépatique in vivo.

HYPOTHÈSE La combinaison d’EPA/DHA aux traitements d’UDCA et d’OCA pourrait augmenter leur réponse pharmacologique.

MÉTHODE Des cellules hépatiques ont été traitées avec l’UDCA (50-500µM) ou l’OCA (1-20µM) en absence ou en présence d’EPA/DHA (25-50µM). La sécrétion d’AB et le niveau d’expression des gènes clés dans l’homéostasie des AB ont été mesurés par LC-MS et qRT-PCR, respectivement. La protection contre la toxicité des AB a été déterminée en mesurant le niveau d’activation de la caspase-3.

RÉSULTATS L’addition d’EPA/DHA augmente l’effet de l’UDCA et de l’OCA sur l’expression de gènes clés impliqués dans la synthèse et l’efflux des AB. Par exemple, l’ajout d’EPA/DHA à l’OCA 1µM mène à une répression de CYP7A1 (enzyme limitante pour la synthèse des AB) équivalente à celle du traitement d’OCA 20µM. L’UDCA et l’OCA favorisent la sécrétion d’un mélange d’AB moins toxique qui est davantage bonifié par l’EPA/DHA. De plus, la présence d’EPA/DHA aux traitements confère une protection à la toxicité des AB.

CONCLUSION L’EPA et le DHA améliorent les réponses cellulaires à l’UDCA et l’OCA, et protègent les cellules hépatiques contre la toxicité des ABs. Ces observations attestent du potentiel de l’utilisation d’oméga-3 pour augmenter la marge thérapeutique des agents anti-cholestatiques.

Les conjoints de couples infertiles dont la femme est obèse présentent de moins bonnes habitudes de vie qui sont associées à une réduction de leur qualité séminale


Matea Belan1,2, Belina Carranza-Mamane2,3, Youssef Ainmelk3, Marie-Hélène Pesant1,2, Karine Duval1,2, Farrah Jean-Denis2, Marie-France Langlois1,2, Jean-Patrice Baillargeon1,2
1Faculté de médecine et des sciences de la santé, Département d’endocrinologie, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec, Canada 2Centre de recherche clinique du Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec, Canada 3Département d’obstétrique et de gynécologie, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec, Canada

OBJECTIFS : 1) Évaluer la concordance conjugale entre les habitudes de vie (HDV) et les paramètres anthropométriques entre les partenaires et 2) évaluer l’association entre les HDV et l’anthropométrie des hommes avec leurs paramètres séminaux. 

 

MÉTHODES : Étude transversale incluant 97 couples infertiles hétérosexuels dont la femme est obèse et qui consultent pour des problèmes de fertilité. Les HDV et l’anthropométrie ont été évaluées pour chaque partenaire. Les caractéristiques séminales sont disponibles pour 94 hommes. Les coefficients de corrélation de Pearson et de Spearman ont été utilisés pour évaluer les associations. Les prédicteurs indépendants du compte de spermatozoïdes mobiles totaux (CSMT) ont été déterminés par une régression linéaire multiple par étape. 

 

RÉSULTATS : Il y a une concordance conjugale significative pour le % de masse grasse (r=0.21,p=0.043), les activités de loisirs (dépense énergétique quotidienne totale : r=0.26, p=0.012, temps dédié aux activités sédentaires : r=0.36, p<0.001) et la qualité de la diète (r=0.28, p=0.005). Les hommes présentaient des caractéristiques anthropométriques et d’HDV significativement moins bonnes que celles des hommes canadiens d’âge similaire. De plus, l’IMC (β=‑3.80, p=0.020), la consommation quotidienne de fruits et légumes (β=52.5, p=0.046) et le nombre d’heures de sommeil (β=20.2, p=0.088) étaient des prédicteurs indépendants du CSMT (model : R2-ajusté=0.10,p=0.006). 

 

CONCLUSION : Les partenaires de couples infertiles dont la femme est obèse présentent des HDV et un profil anthropométrique similaires. De plus, l’IMC, les habitudes alimentaires et le nombre d’heure de sommeils des conjoints peuvent avoir un impact significatif sur leur potentiel reproducteur. De ce fait, nos résultats suggèrent que les hommes des couples infertiles soient impliqués dans les interventions de changement des HDV qui sont déjà recommandées pour leur conjointe souffrant d’obésité.

Les neurones glutamatergiques du Noyau réticulaire gigantocellulaire contribue au rythme et patron locomoteur chez la souris


Maxime Lemieux1, Frédéric Bretzner1,2
1Centre de Recherche du CHU de Québec, CHUL-Neurosciences, Université Laval 2Université Laval, Faculté de Médecine, Département de Psychiatrie et Neurosciences

De par leur position intermédiaire entre les centres locomoteurs supraspinaux et les circuits spinaux, les neurons du Noyau Réticulaire Gigantocellulaire (NRG) jouent un rôle pivotal dans la commande motrice. Néanmoins, la contribution fonctionnelle des neurones glutamatergiques du NRG dans l’initiation, le maintien et l’arrêt locomoteur demeure incertain. Combinant des enregistrements électromyographiques et des manipulations optogénétiques focales et discrètes chez des souris se déplaçant librement, nous avons étudié la contribution fonctionnelle des neurones glutamatergiques du NRG à l’activité motrice et locomotrice. De courtes photostimulations (10 ms) du NRG glutamatergique évoquent des réponses motrices dans les muscles fléchisseurs et extenseurs au repos et pendant la marche. Les afférences du NRG glutamatergique à la moelle épinière semble traitées différemment selon l’état du réseau spinal locomoteur. Prolonger la durée des photostimulations augmente le tonus moteur et postural au repos et réinitialise le rythme locomoteur pendant la marche. Par contraste, les photoinhibitions perturbent le patron et le rythme locomoteur. Malgré l’incapacité à initier la locomotion, l’activation focal du NRG glutamatergique déclenche une activité motrice et modifie le patron et le rythme de la locomotion en cours.

L’Association entre les politiques infirmières et le risque de mortalité : une étude de réplication étendue à la mortalité suite à des complications potentiellement évitable


Li-Anne Audet1,2,3,5, Patricia Bourgault1, Michal Abrahamowicz4, Christian Rochefort1,2,3
1Université de Sherbrooke, École des sciences infirmières 2Centre de recherche du CIUSSS de l’Estrie – CHUS 3Centre de recherche de l’Hôpital Charles-Lemoyne 4McGill University, Epidemiology, Biostatistics and Occupational Health 5Université de Montréal, Faculté des sciences infirmières

Problématique : En 2011, Needleman a publié une étude longitudinale, centrée sur le patient, suggérant une augmentation du risque de mortalité associé au manque de personnel infirmier et au roulement de patients élevé. Objectifs : Nous visons à contribuer à l’avancement des travaux de Needleman en répliquant son étude et généraliser celle-ci au contexte québécois. La mortalité a souvent été critiquée, quant à sa sensibilité aux interventions infirmières. Cette étude observera aussi la mortalité suite à des complications potentiellement évitables, soit un évènement indésirable davantage sensible aux interventions infirmières. Méthode : 146,349 hospitalisations suivies sur 3,558,425 quarts de travail ont été suivies entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2016. La mortalité et la mortalité potentiellement évitable ont été mesurées à partir des résumés de congé des patients. La gestion du personnel infirmier sur chaque quart de travail et chaque unité de soins était calculée à partir de bloc de 8 heures de travail infirmier. Un quart de travail considéré en manque de personnel infirmier était associé à un écart de 8 heures ou plus en dessous de la moyenne d’heures de travail infirmières du quart de travail jour. Le roulement des patients était calculé à partir des admissions, départs et transferts des patients sur chaque quart de travail. Résultats : Nous suggérons une association significative entre les quarts de travail avec un manque de personnel infirmier et des taux de roulement des patients élevés associé avec une augmentation du risque de mortalité (HR, 0.013, IC, 0.011-1.015 ; HR, 1.003, IC, 1.001- 1.004) et mortalité suite à des complications potentiellement évitable (HR, 1.010, IC, 1.007-1.014 ; HR,1.004, IC, 1.002-1.007). Conclusion : Nos conclusions soutiennent les résultats suggérés par Needleman. Au sein des centres hospitaliers, des politiques favorisant une répartition optimale et sécuritaire des équipes infirmières sont à promouvoir.

L’AZD5363 permet la sensibilisation des cellules cancéreuses à l’action de la doxorubicine grâce à l’inhibition de la signalisation dépendante d’AKT.


François Fabi1, Pascal Adam1, Francis Demontigny1, Sophie Parent1, Laurence Tardif1, Eric Asselin1
1Université du Québec à Trois-Rivières

Le cancer ovarien représente le cancer gynécologique le plus mortel affligeant les Canadiennes; de son côté, le cancer endométrial se retrouve au sommet du palmarès de prévalence des cancers féminins. L’importance de la résistance à la chimiothérapie caractérise ces deux maladies et l’incapacité des traitements actuels à éradiquer les tumeurs représente l’entrave principale à l’amélioration du pronostic des patientes. La protéine AKT est une kinase cruciale, régulatrice de plusieurs processus cellulaires impliqués dans la survie cellulaire et l’apoptose. L’importance de l’activité d’AKT dans l’instauration de la chimiorésistance dans une multitude de tissus semble incontestable. Notre hypothèse est que l’utilisation de molécules inhibant l’axe PI3K/AKT, de concert avec des composés chimiothérapeutiques, permettrait de resensibiliser les cellules tumorales à ces derniers.

 

Trois composés ont d’abord été étudiés afin de déterminer leur effet sur l’axe PI3K/AKT; le MK2206, l’AZD5363 et le NVP-BEZ235. Plusieurs lignées cellulaires ont été utilisées afin de valider les effets observés. Nous avons premièrement procédé à des traitements à doses croissantes et évalué, par Western blot, l’effet des composés sur la phosphorylation d’AKT, l’activité de la voie d’AKT et l’activité de la voie mTOR. Par la suite, l’inhibition de la viabilité cellulaire a été mesurée par MTT; l’efficacité de la combinaison des diverses molécules a aussi été mesurée par MTT et expériences de formation de colonies; les mécanismes moléculaires expliquant cette sensibilisation ont aussi été examinés. Principalement, la localisation cellulaire de FOXO1 et p53 a été étudiée par immunofluorescence et la phosphorylation de cibles d’AKT impliquées dans la survie cellulaire a été mesurée.

 

Les résultats obtenus suggèrent que l’AZD5363 agit de façon synergique avec la doxorubicine pour induire la mort cellulaire. De plus, nos résultats indiquent que cet effet est corrélé à l’inhibition de la phosphorylation de Bad et la translocalisation nucléaire de FOXO1 et p53, permettant l’activation de l’apoptose. Ce type de thérapie pourrait permettre d’améliorer l’efficacité des traitements octroyés aux femmes touchées par les cancers gynécologiques.

 

L’expression de DSCAM dans les neurones inhibiteurs est nécessaire au comportement locomoteur de la souris adulte


Guillaume clain1, Louise Thiry1, Marie Roussel1, Frederic Bretzner1,2, Nicolas Josset1
1Centre de recherche CHU de québec université Laval 2departement de psychiatrie et neurosciences, faculté de médecine, Université Laval

expression de DSCAM dans les neurones inhibiteurs est nécessaire au comportement locomoteur de la souris adulte

Guillaume Clain1, Louise Thiry1, Marie Roussel1, Nicolas Josset1, Frédéric Bretzner1 ,2

1Centre de recherche du CHU de Québec, CHUL, Axe Neurosciences

2Département de Psychiatrie et Neurosciences, Faculté de médecine, Université Laval

OBJECTIF : DSCAM est une molécule d’adhérence cellulaire associée au Syndrome de Down, qui est impliquée dans le développement du circuit neural. Récemment, nous avons montré que la mutation conditionnelle de DSCAM dans les neurones inhibiteurs entraîne une réorganisation du circuit locomoteur spinal de la souris néonatale, induisant des défauts de coordination entre l’activité des racines ventrales contrôlant les muscles fléchisseurs et extenseurs. Nous proposons ici de vérifier si ces problèmes de coordination persistent chez la souris mutante adulte. MÉTHODES : Pour cela, nous avons étudié la locomotion sur tapis roulant de souris adultes ayant une mutation conditionnelle de DSCAM dans les neurones inhibiteurs (VGAT-cre;DSCAMf/f). RÉSULTATS : Contrairement aux souris contrôles (vGAT-cre), les souris VGAT-cre;DSCAMf/f n’étaient pas toutes capables de maintenir leur locomotion au-delà de 50 cm/s. De plus, elles montraient un répertoire de démarches plus restreint que les souris contrôles, présentant très peu de marche hors-phase et de galop rotatoire. Enfin, l’excursion angulaire des articulations du genou et de la cheville était significativement réduite chez les souris vGAT-cre;DSCAMf/f comparativement aux contrôles. CONCLUSIONS : Nos résultats suggèrent que DSCAM participe au développement du circuit interneuronal inhibiteur impliqué dans la coordination fléchisseur/extenseur durant la marche.

 

L’INHIBITION DE IKKe PAR LE BX795 FAVORISE UN PHENOTYPE DE SENESCENCE DANS LE CAS DU CANCER DE LA PROSTATE AVANCÉ


Sophie Gilbert1,2,3, Benjamin Péant2,3, Hubert Fleury1,2,3, Nicolas Malaquin1,2,3, Kim Leclerc Desaulniers2,3, Anne-Marie Mes-Masson1,2,3, Fred Saad1,2,3
1Université de Montréal 2ICM 3CRCHUM

Introduction : Le cancer de la prostate (CaP) est la troisième cause de mort par cancer chez l’homme au Canada. Le cancer de la prostate évolue d’un état hormosensible (HS) vers un état résistant à la castration (CR). Nous avons précédemment montré que les cellules CR surexpriment constitutivement IKKe qui est impliqué dans la sécrétion d’IL-6 par l’activation de C/EBP-b. Ces derniers sont impliqués dans le phénotype de sénescence après thérapie de déprivation à l’androgène (ADT). Nous émettons l’hypothèse que l’expression de IKKe a un rôle dans l’apparition de la sénescence en réponse à l’ADT.

Méthodes et résultats : Nous avons utilisé le BX795 comme inhibiteur de l’activité kinase du complexe IKKe/TBK1. Nous avons valider l’inhibition de la phosphorylation de IRF-3 (cible du complexe) par le BX795 dans nos modèles de CaP. L’inhibition de IKKediminue la prolifération des lignées CR comparé aux HS (Incucyte, edU) et induit la mort cellulaire (FACS). Après traitement, la tailles des cellules CR augmente. Nous avons testé si les cellules rentrées dans un phénotype de sénescence. Les cellules SA-b-Gal+ sont augmentées dans les lignées CR, accompagné d’une perte de LaminB1 (WB) et d’une augmentation de p15 et p21 et les foci gH2AX. La croissance tumorale des xénogreffes DU-145, in vivo, a été diminué lors du traitement au BX795.

Conclusion : Cette étude permet une meilleure compréhension de IKKe dans la progression du cancer de la prostate, notamment dans l’apparition d’un état de CR. Ces résultats nous montrent l’évaluation de IKKe comme cible thérapeutique potentielle.

MODES D'INTÉRACTION NON CANONIQUES ENTRE LE RÉCEPTEUR MET ET L'ISOFORME P66 DE LA PROTEINE SHC ET SA DUALITÉ FONCTIONNELLE


Jesús GC Ojeda1, Stephen McManus1, Mélissa Landry1, Véronique Pomerleau1, Caroline Saucier1
1Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé, Département d'anatomie et biologie cellulaire, Université de Sherbrooke

Le récepteur MET se lie aux trois isoformes des protéines adaptatrices codées par le gène SHCA. L'isoforme p52SHC couple le récepteur tyrosine kinase (RTK) MET à l'activation de la voie mitogénique RAS/MAPK ainsi qu’à la voie de survie PI3K. Ceci implique la phosphorylation de p52SHC sur des résidus tyrosine (Tyr) qui forment des sites de liaison pour le domaine SH2 de la protéine adaptatrice GRB2 ; ce qui mène à la liaison du facteur d'échange guanylique de RAS SOS1 et de la protéine d'échafaudage GAB1. En revanche, p66SHC évoque une inhibition de la voie MAPK, et l'apoptose suite à un stress oxydatif ainsi qu’à l’atteint de la confluence dans les cellules adhérentes, mais cause aussi une résistance à l'anoïkose. De plus, alors que la liaison de p52SHC aux complexes MET et GRB2/GAB1 est dépendante de l'activité MET, p66SHC interagit constitutivement avec ces protéines d'une manière pTyr-indépendante.

 

Nous proposons l’hypothèse que l'état d'activation des RTK définit la nature des complexes protéiques qui interagissent avec p66SHC, et que ses derniers sont sous-jacents  à sa dualité de fonction biologique. Pour vérifier nos hypothèses, nous identifierons l'interactome de p66SHC selon l'état d'activation de MET par une approche protéomique basée sur l’identification par biotinylation de proximité (BioID) et la spectrométrie de masse (SM).  En bref, la protéine de fusion biotine ligase-p66SHC sera exprimée avec TPR-MET, une forme constitutivement activée du RTK MET, ou un mutant ayant un domaine kinase non-fonctionnelle. Par des analyses de l'ontologie génique des principaux candidats de liaison avec p66SHC déterminés par BioID, nous obtiendrons un aperçu de leur mode d'interaction et de leur rôle dans les processus biologiques de p66SHC et de MET. Pour les liants de p66SHC pertinents et validés, leurs rôles seront définis par des études de gain et de perte de fonction.

 

Notre étude pourrait fournir une compréhension nouvelle de la régulation dynamique dépendante de l'état d'activation RTK de l'interactome de p66SHC  dans des cellules ainsi que de découvrir les mécanismes sous-jacents à sa double fonction cellulaire contextuelle .

 

Modulation de l'activité du récepteur aux acides biliaires FXRα par les récepteurs de la famille EGFR/ErbB


Baly Sow1,2, Stéphanie Bilodeau1, Véronique Caron1, André Tremblay1,2
1Centre de Recherche du CHU Sainte-Justine 2Département de Biochimie, Université de Montréal

Le récepteur nucléaire FXRa est un facteur transcriptionnel essentiel dans la régulation des gènes impliqués dans l'homéostasie des acides biliaires et du métabolisme lipidique et glucidique. Une dysfonction de FXRa au niveau hépatique est associée à des désordres métaboliques, aux cholestases et à la carcinogénèse. Les mécanismes de régulation de FXRa sont peu caractérisés, en particulier au niveau des modifications post-traductionnelles du récepteur en réponse à des signaux d'activation. Le projet vise à déterminer le potentiel de FXRa à être modifié par la sumoylation et l’ubiquitination et à identifier des nouvelles voies de régulation du récepteur FXRa.

L’analyse de nouveaux modulateurs de l'activité de FXR s’est fait par des essais de gène rapporteur, d’immunoprécipitation et de profil d’expression. Ainsi nos résultats indiquent que l'activation des récepteurs tyrosine kinase de la famille de EGFR/ErbB par leur ligand respectif, tel que EGF et héréguline, augmente le potentiel transcriptionnel par FXRa dans les cellules hépatiques. Nous démontrons que ces ligands permettent la sumoylation de FXRa, suggérant une régulation sélective et ligand-indépendante par les récepteurs EGFR/ErbB et une désumoylation subséquente par un agoniste de FXRa. De plus, nos résultats montrent que FXRa est fortement ubiquitiné et que l'agoniste provoque une désubiquitination, favorisant l'activation du récepteur. Cette dualité entre la sumoylation et l’ubiquitination semble servir de signal pour réguler l’activité de FXRa et l’expression de gènes cibles dans les hépatocytes.

Nos résultats démontrent le rôle dynamique du cycle sumoylation/ubiquitination dans la régulation du potentiel transcriptionnel de FXR. De plus, nous identifions une nouvelle cascade de régulation de FXR par les récepteurs EGFR/ErbB apportant de nouvelles opportunités dans le contrôle du métabolisme des acides biliaires et des maladies métaboliques.

Molecular Characterization of High-Grade Serous Ovarian Cancer Cell Lines with Different Response Profiles to PARP Inhibitors


Alexandre Sauriol1,2, Euridice Carmona1,2, Diane Provencher1,2,4, Anne-Marie Mes-Masson1,2,3
1CRCHUM 2Institut du cancer de Montréal 3Université de Montréal, Dept. Medicine 4Université de Montréal, Div. Gynaecologic Oncology

Introduction: Ovarian cancer is the most lethal gynecological cancer in North America. Recent findings have shown that poly (ADP-ribose) polymerase inhibitors (PARPi) are effective treatment for high-grade serous ovarian cancer (HGSOC) and have led the development and approval of olaparib, rucaparib and niraparib, as well as clinical trials for other PARPi. Their main mechanism of action is to trigger a synthetic lethality in cells with defective homologous recombination (HR) repair, including cells from patients with germline BRCA mutation. Yet, results from clinical trials have revealed that not all HR-defective cells respond to PARPi (innate resistance) and that continued exposure to these drugs can give rise to acquired resistance. Varied PARPi responses have also been observed in cells with wild-type BRCA. Results: Our results with HGSOC cell lines have also shown that a BRCA1-mutated cell line was not sensitive to the tested PARPi (olaparib, niraparib and talazoparib), whereas several of our PARPi-sensitive cell lines are not mutated for BRCA1/2. By interrogating our gene expression microarray dataset, we have identified genes/pathways that appear relevant to innate PARPi resistance, notably the receptor integrin beta 3 (ITGB3), which is overexpressed in our resistant lines. Cilengitide, an ITGB3 antagonist, showed significant synergy with the PARPi niraparib in killing our most resistant cell line. In parallel, we have developed a stable resistance model for each inhibitor from an initially sensitive cell line, and have found that acquiring resistance by exposure to one PARPi confers resistance to the others. We will continue to explore the relevance of ITGB3 in PARPi sensitivity, and further investigate other genes/pathways involved in innate and acquired resistances. Conclusion: Our results have unravelled a novel pathway involved in HGSOC resistance to PARPi and have shown the potential use of ITGB3 inhibitors in combination therapy to circumvent this resistance.

Niveau d’activité et de participation des patients post-AVC à Kinshasa : Résultats préliminaires d’une étude transversale


Claudel Mwaka1,2, Kadija Perreault1,2, Charles Batcho1,2, Pamphyle Abedi3
1Université Laval 2Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) 3Institut Supérieur des Techniques Médicales de Kinshasa (ISTM-KIN)

Contexte

 

A Kinshasa (Capitale de la République Démocratique du Congo), les patients post-AVC ont un accès limité aux soins de réadaptation à long terme. Vu que ces patients bénéficient de soins auprès de professionnels de la réadaptation seulement pour une courte période, on a peu d’informations quant à leurs niveaux d’activité et de participation, à moyen et long termes. Ainsi, cette étude vise à décrire les niveaux d’activité et de participation de ces patients, et explorer les facteurs personnels, cliniques et environnementaux qui y sont associés.

 

Méthode

 

Dans cette étude transversale, les patients post-AVC résidant à Kinshasa ont été évalués avec Stroke Impairment Assessment Set (SAIS, déficiences liées à l’AVC), Index de Barthel (IB, autonomie fonctionnelle), ACTIVLIM-Stroke (limitations d’activité), test de 10 mètres de marche (vitesse de marche) et Reintegration to Normal Living Index (RNLI, participation). En outre, les données sociodémographiques, cliniques et celles associées aux facteurs environnementaux ont été collectées.  La statistique descriptive et les corrélations de Spearman ont été utilisées respectivement pour décrire les niveaux d’activité et de participation, et analyser leurs relations avec les facteurs personnels, cliniques et environnementaux.

 

Résultats

 

Les résultats préliminaires sont basés sur 73 participants (49 hommes ; âge moyen : 58.5±12 ans ; délai post-AVC moyen : 26.1±34.3 mois ; Les scores médians au IB et RNLI étaient respectivement de 100 (20-100) et 5 (0-20). Les scores moyens au ACTIVILIM-Stroke et test de 10 mètres de marche étaient respectivement de 69±21.1 % et .9±.6 m/s. De tous les facteurs étudiés, seuls scores au SIAS ont montré à la fois des bonnes corrélations avec IB et RNLI (r = =.54   et r = -.49, p<.01).

 

Conclusion

 

Les patients post-AVC à Kinshasa ont généralement un bon niveau fonctionnel et de la participation. Les déficiences liées à l’AVC semblent être associées au niveau d’activité et de participation.

Noninvasive neuromodulation to reeducate motor disorders and reduce chronic pain


Schneider 1,2,3, and by alphabetical order2, Fannie Allen Demers1,2, Aymeric Averlant1,2, Audrey Bernard1,2, Billie Jo Bogden (patient partner)3, Pier-Luc Champagne1,2, Noémie Comeau1,2, Nicolas Mavromatis2, Élyse Roussel1,2, Nao Schneider1,2, William Thériault1,2, Kim Hoang Trinh1,2
1Université Laval (dept réadaptation) 2Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval (axe neurosciences) 3Chronic Pain Network of Canada

OBJECTIVES

Functional improvements are limited in people with motor disorders or chronic pain, despite compliance with therapy. This may result from brain maladaptive plasticity (pathways, maps). Therefore, noninvasive neuromodulation, via painless repetitive magnetic stimulation of brain or muscles, is tested in research to influence the brainmechanisms that favor function return. But no consensus yet is proposed about the most efficient protocols. The talk focuses on the need to individualize the approach, i.e. to adapt neurostimulation protocols to individual factors (e.g., lesion or pain severity and side, imbalance of brain activity, pathways integrity).

 

METHODS

The research breakthroughs in collaboration with clinicians and patient partners are illustrated by data in adult or pediatric brain lesion or trauma, immobilization (learned non-use), Parkinson’s disease, and different conditions of chronic pain. The influence of brain and peripheral neurostimulation on clinical outcomes has been related to brain plasticity (markers of brain function, excitability, structural reserve, and factors predictive of success).

 

RESULTS

Studies suggest that protocols of neurostimulation should be case-specific and adapted to the intertwined influences of imbalanced hemispheric activity, corticospinal integrity (structural reserve for rehabilitation) and lesion or pain side (dominant, non-dominant). Neurostimulation systematically improved responsiveness to subsequent therapy and the persistence of changes has been related to the repetition of sessions, the combination with therapy, and the integrity of cognitive function.

 

CONCLUSION

Further efforts are warranted to adapt neuromodulation protocols per patient owing to neuroplastic changes that favor vs. hinder improvement of function. A sole solution for all cases is not suggested. An individualized approach relying on biomarkers and clinical outcomes should ease the implementation in clinical practice of noninvasive neuromodulation as an innovative therapeutic option to speed-up recovery towards gains beyond those already reached, thus to further improve the quality of life.

PEAUX BILAMELLAIRES PRODUITES PAR AUTO-ASSEMBLAGE AVEC UN MILIEU SANS SÉRUM NOUVELLEMENT DÉVELOPPÉ DANS NOTRE LABORATOIRE


Sergio Cortez Ghio1, Danielle Larouche1, Alain Garnier2, Lucie Germain1
1Université Laval, Faculté de médicine, Dépt. de chirurgie, Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l’Université Laval/LOEX, CRCHU de Québec – Université Laval. 2Université Laval, Faculté de sciences et génie, Dépt. de génie chimique.

La culture de kératinocytes (K) et la production de peaux reconstruites bilamellaires (PRB) ont amélioré le traitement des brûlures graves. Pour cultiver des K et pour produire des PRB, du sérum de veau fœtal (SVF) est actuellement ajouté au milieu de culture. Cependant, la composition du SVF n’est que partiellement définie et est variable d’un lot à l’autre. Le SVF comporte également des risques de transmission de pathogènes xénogéniques. Se départir du SVF serait donc souhaitable. Conséquemment, notre objectif était de développer un milieu défini (sans sérum) pour la culture de K et la production de PRB. À l’aide de plans factoriels, nous avons identifiés des facteurs moléculaires capables de remplacer le SVF et avons mis au point notre milieu défini pour kératinocytes (MDK). Les K cultivés en MDK présentaient une morphologie similaire et un taux de croissance supérieur aux K cultivés avec SVF. Des analyses de profilage génique sur 4 populations de K cultivés en MDK ou avec SVF ont révélé que seulement 0.16% des cibles étaient significativement différentiellement exprimés. Un grand nombre de gènes moins exprimés en MDK étaient surtout associés à la différentiation des K. Au niveau histologique et immunohistochimique, les PRB produites en MDK ou avec SVF étaient similaires. De plus, nous avons greffé des PRB sur des souris athymiques (expérience en cours). Depuis 3 mois, l’épiderme des PRB produites en MDK se régénère, ce qui confirme la présence de cellules épithéliales souches dans les greffons. En conclusion, le MDK est très prometteur tant pour des applications cliniques que dans un contexte de recherche, car il permet de cultiver efficacement des K et de produire des PRB.

Plasticité entre les circuits du mésencéphale et du tronc cérébral après lésion médullaire


Ali Rastqarfarajzadeh1, David Lafrance-Zoubga1, Nicolas Josset1, Maxime Lemieux1, Frederic Bretzner1
1Centre de recherche du CHU de Québec – CHUL, Axe Neurosciences

La commande locomotrice du mésencéphale accède à la moelle épinière via le tronc cérébral. Le mésencéphale inclut le noyau cunéiforme (CnF) qui est glutamatergique et les noyaux pédonculopontin (PPN) et tegmentum dorsolatéral (LDT) qui sont glutamatergiques et cholinergiques. À l’aide d’études de traçage anatomique et électrophysiologiques, nous avons étudié la connectivité entre les noyaux du mésencéphale et du tronc cérébral avant et après lésion thoracique de la moelle épinière.

            Un traceur rétrograde Fast Blue a été injecté unilatéralement dans le tronc cérébral de souris transgéniques. Nos analyses stéréologiques en immunofluorescence ont révélé une distribution bilatérale et symétrique de la densité des neurones glutamatergiques marqués rétrogradement dans tous les noyaux du mésencéphale. De plus, la densité des neurones glutamatatergiques du CnF et du PPN est augmentée par rapport aux autres populations neuronales après lésion médullaire.

            Afin d’étudier les projections synaptiques du mésencéphale, la channelrhodopsine 2.0 couplée à une protéine fluorescente a été conditionnellement exprimée dans les neurones glutamatergiques ou cholinergiques de différents noyaux du mésencéphale. Les axones glutamatergiques du CnF projettent majoritairement dans la partie ventrale du tronc cérébral, alors que les projections axonales du PPN sont plus diffuses. Par ailleurs, nos enregistrements électrophysiologiques ont confirmé que la photostimulation des neurones glutamatergiques du CnF évoque une forte activité neuronale dans les régions les plus ventrales du tronc cérébral.

            Nos résultats suggèrent l’existence de circuits distincts entre les noyaux du mésencéphale et ceux du tronc cérébral qui peuvent se réorganiser après lésion médullaire.

 

 

Polluants organiques persistants et cancers du sein : état des connaissances et perspectives


kaoutar ENNOUR-IDRISSI1,2, Caroline DIORIO1,2
1Département de médecine sociale et préventive, Faculté de médecine, Université Laval 2Centre de recherche sur le cancer, Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, Hôpital du Saint-Sacrement, CHU de Québec-Université Laval.

Introduction : L’incidence du cancer du sein a augmenté partout dans le monde en même temps que la pollution environnementale. En effet, de nombreux produits chimiques, connus pour être des perturbateurs du système endocrinien, persistent dans l’environnement par bioaccumulation dans la chaîne alimentaire et sont retrouvés dans différents tissus du corps humain. L’exposition à ces contaminants pourrait être liée non seulement à l'apparition du cancer du sein, mais aussi à un pronostic plus sombre.

Objectifs : Examiner le lien entre les contaminants et le risque et pronostic du cancer du sein, et expliquer l’incohérence des résultats des études effectuées jusqu’à présent.

Méthode : Une revue systématique des études répertoriées dans MEDLINE et des listes bibliographiques des revues pertinentes sur le sujet a été réalisée. Toute étude ayant mesuré les contaminants dans des tissus biologiques humains et évalué l’association avec le risque ou le pronostic du cancer du sein a été analysée.

Résultats : Sur 3702 publications identifiées, l’association avec le risque a été examinée par 86 études et l’association avec le pronostic par 10 études. Les organochlorés et PCBs étaient majoritairement mesurés, principalement dans le sang périphérique. Alors qu’aucune tendance claire ne se dégageait des associations entre les contaminants mesurés dans le sang et le risque, les contaminants mesurés dans le tissu gras du sein étaient plus clairement associés à une augmentation du risque. Les contaminants étaient positivement associés au pronostic et à la survie qu’ils aient été mesurés dans le sang ou dans le tissu gras du sein, alors que ceux mesurés dans le tissu gras ailleurs que dans le sein étaient inversement associés au risque et à la survie.

Conclusion : Des biais liés au devis d’étude expliqueraient l’incohérence des études réalisées jusqu’à présent. Les composés associés à la fois au risque et au pronostic du cancer du sein méritent plus ample investigation.

Profil de l'expression des gènes mitotiques dans la progression du cancer du sein


Alexsandro dos Santos1,2, Charu Kothari1,2, Luciano Gama Braga1,2, Caroline Diorio1,2, Francine Durocher1,2, SABINE ELOWE1,2
1Faculté de médecine, Université Laval 2Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval

Le cancer du sein (CS) est une maladie complexe et est la principale cause de décès due au cancer chez la femme. Malgré les progrès récents dans la compréhension de la progression du CS, les mécanismes moléculaires responsables de cette maladie, tels que l'aneuploïdie et les erreurs de ségrégation des chromosomes, sont encore mal compris. L’objectif de cette étude est de déterminer si les défauts mitotiques jouent un rôle clé dans le développement et la progression du CS et si ce processus peut être utilisé pour améliorer la classification, le pronostic et les interventions thérapeutiques pour le CS. Des lignées cellulaires MCF10A du continuum du cancer du sein humain et des échantillons de tumeurs de CS de sévérité variable, obtenus à partir d’une cohorte de patientes atteintes de CS ont été utilisés pour cette étude. L’analyse du transcriptome humain (Human Transcriptome Array) a été faite, et les profils d'expression ont été analysés et comparés dans des échantillons représentant différents stades de la maladie. L'imagerie des cellules vivantes a été réalisée pour caractériser la mitose ainsi que la proportion et la gravité des erreurs de ségrégation des chromosomes du continuum du CS. L'analyse du transcriptome humain a révélé une signature génétique spécifique pour différents stades de la progression du CS et cette progression a été associée à des changements significatifs dans l'expression des gènes importants pour le cycle cellulaire mitotique. Un total de 195 gènes mitotiques (75 régulés à la hausse, 118 régulés à la baisse) et 246 (78 régulés à la hausse, 168 régulés à la baisse) dans les lignées cellulaires MCF10A et CS respectivement ont été identifiés comme étant différentiellement exprimés. Lors de la comparaison des lignées cellulaires MCF10A et des échantillons de BC, 10 gènes régulés à la hausse et 35 régulés à la baisse sont similaires. Les gènes impliqués dans des événements importants du cycle cellulaire, tels que CDKN1A et FER (pour les gènes régulés à la hausse) et AURKA, BIRC6 et CEP57 (pour les gènes régulés à la baisse) peuvent être de bonnes cibles à approfondir. De plus, les expériences d'imagerie de cellules vivantes ont montré que les lignées cellulaires prémalignes et malignes présentaient un timing mitotique plus lent et des erreurs de ségrégation de chromosomes graves par rapport aux lignées cellulaires bénignes. En conclusion, ces résultats suggèrent que les défauts mitotiques peuvent jouer un rôle important dans la progression du cancer du sein.

Régulation de la fibrose du foie par l’interleukine 15


Bhavesh Variya1, Marie-France Langlois1, Sheela Ramanthan1
1Université de Sherbrooke

Contexte: Le foie a la capacité de se régénérer à sa taille initiale en relativement peu de temps. Cependant, la destruction chronique répétée des hépatocytes entraîne la formation de tissu cicatriciel qui finit par se transformer en fibrose. La fibrose hépatique est caractérisée par une production accrue de protéines de la matrice extracellulaire. En plus des hépatocytes, le foie contient énormément de macrophages et de cellules lymphoïdes, y compris les cellules CD4, CD8, NK et NKT. Au cours d'une lésion hépatique, il y a une augmentation des cellules lymphoïdes tels que les lymphocytes T et les cellules NK dans le foie, et ces cellules inflammatoires résidentes dans les tissus contribuent dans la progression des lésions hépatiques. Différentes cytokines et chimiokines produits par les hépatocytes déclenchent le recrutement des cellules inflammatoires. En accord avec le rôle de l'IL-15 dans l'inflammation associée au foie, une augmentation de l'expression d'IL15 est observé dans les foies cirrhotiques humains.

 

Hypothèse: Comme l'IL-15 contribue à l'inflammation dans la NAFLD induite par un régime riche en gras, nous postulons que l'IL-15 contribue à l'établissement et à la progression des lésions tissulaires lors d'insultes chroniques au foie.

 

Méthodologie: Pour comprendre le rôle de l'IL-15 dans la régénération du foie, nous procèderons à une hépatectomie partielle et suivrons la régénération hépatique. Nous utiliserons les modèles de traitement avec concanavalin-A aigu et chronique chez les souris témoins et déficientes en IL-15 pour comprendre le rôle de l'IL-15 dans l'établissement de la fibrose hépatique.

 

Résultats attendus: Nous prévoyons que le rôle principal de l'IL-15 sera dans l'activation des cellules immunitaires qui contribuent à la fibrose hépatique.

Régulation de l’inflammation chronique par les médiateurs inflammatoires au niveau des tissus adipeux dans l’obésité


Volatiana Rakotoarivelo1, Marian Mayhue2, Christine Brown3, Marie-France Langlois1, Sheela Ramanthan1
1Université de Sherbrooke 2Unviversité Sherbrooke 3CRCHUS

L’obésité étant une surcharge pondérale reflète l’évolution de la société vers un déséquilibre énergétique. Bien plus encore, l’obésité est un important facteur de risque et source de plusieurs maladies telles que le diabète de type 2, l’hypertension, les maladies du foie et les maladies cardiovasculaires. L’ampleur que le phénomène de l’obésité prend guide la recherche fondamentale à approfondir ses différents aspects. Ces maladies que l’on regroupe sous le nom de maladies cardiométaboliques sont associées au facteur pathogénique de l’inflammation chronique, laquelle se met en place durant l’évolution de l’obésité. Les tissus adipeux hébergent différentes populations immunitaires, tels que les macrophages et les lymphocytes qui peuvent s’activer et secréter des médiateurs inflammatoires comme les chimiokines qui par leur tour, vont maintenir un bassin de recrutement de ces cellules immunitaires. Objectif : Il est important de comprendre si l’inflammation chronique est la cause ou la conséquence des maladies cardiométaboliques.  Methode : Nous disposons de sérum, de tissus adipeux viscéral et sous-cutané de patients qui comprennent les personnes ayant un poids santé ou obèses, dont certains souffrent du diabète de type 2 et d’autres sont considérés comme étant nos patients contrôles. Les échantillons sont analysés par cytokine array et par PCR quantitative pour évaluer la présence des médiateurs inflammatoires. Résultats et Conclusion : Par cytokine array, nous avons obtenu un profil d’expression des différentes chimiokines au niveau systémique et au niveau des tissus. Ceci nous permet de comprendre comment ces chimiokines secrétées lors de l’évolution de l’obésité influencent l’évolution de la pathologie du diabète. L’analyse du niveau d’expression des gènes au niveau des tissus adipeux nous permet d’apporter une lumière quant à l’origine de ces chimiokines, et d’expliquer si cette inflammation chronique est spécifique aux tissus ou systémique.

 

Régulation spécifique des isoformes d’Akt lors de la décidualisation in vivo d’un modèle murin PR-Cre


Pascal Adam1, François Fabi1, Francis Demontigny1, Laurence Tardif 1, Sophie Parent1, Eric Asselin1
1Université du Québec à Trois-Rivières

L’une des principales causes d’infertilité est associée à une communication inefficace entre l’embryon et l’endomètre maternel qui permet normalement l’implantation. Afin que ce processus ait lieu avec succès, les cellules endométriales stromales doivent proliférer et se différencier lors d’un mécanisme appelé la décidualisation. La protéine kinase Akt est retrouvée sous trois isoformes différents, (1, 2, 3) et chaque isoforme possède des rôles physiologiques distincts qui demeurent peu étudiés. Récemment, un effet isoforme spécifique de l’activité d’Akt sur l’expression transcriptionnelle des marqueurs déciduaux dans un contexte in vitro a été démontré par notre laboratoire; toutefois, une meilleure compréhension de ces résultats est nécessaire. L’objectif de notre étude est donc d’étudier la régulation et la contribution spécifique de chaque isoforme d’Akt lors du mécanisme de la décidualisation grâce à un modèle in vivo novateur.

Pour ce faire, nous avons développé un modèle murin KO simple et combiné pour chaque isoforme d’Akt qui est spécifique aux tissus exprimant le récepteur à la progestérone, soit les ovaires, l’utérus et les glandes mammaires. Par l’induction artificielle de la décidualisation, nous avons investigué l’effet de l’expression, de la localisation intracellulaire ainsi que le niveau d’activité de chaque isoformes d’Akt sur l’expression des marqueurs déciduaux prolactine et IGFBP1. Suite à ces résultats, la régulation isoforme spécifique de l’activité d’Akt sur ces cibles moléculaires en aval tel que p70S6K, IκBα, GSK3β et FOXO1 sera étudiée puisque des résultats préliminaires ont montré une telle modulation lors d’un contexte non-gestatif, progestérone dominante. L’approfondissement de notre compréhension des mécanismes précis régulant la voie de signalisation PI3K/Akt et son implication dans le processus de la décidualisation permettra d’élaborer de nouvelles cibles thérapeutiques pour le traitement de l’infertilité.

Relations entre l'expression de gènes de l'angiogenèse et de la fibrose dans des dépôts adipeux intra-abdominaux et la résistance à l’insuline de femmes atteintes d'obésité sévère


Andrée-Anne Clément1,2, Simon Biron1,2, Denis Richard1,2, Catherine Mounier3,4, Denis R. Joanisse1,2, Pascale Mauriège1,2
1Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec 2Université Laval 3Université du Québec à Montréal 4Centre de recherche BioMed

L’obésité sévère est caractérisée par un excès de tissu adipeux (TA) associé à une inflammation et des complications cardiométaboliques telles que la dyslipidémie et la résistance à l’insuline (RI). L’augmentation de la fibrose du TA et l’angiogenèse altérée pourraient jouer un rôle dans le développement de la RI. Les objectifs sont de comparer l’expression de certains gènes de l’angiogenèse (vascular endothelial growth factor alpha (VEGF-α) et de la fibrose (lysyl oxidase (LOX) et collagen type IV alpha 3 chain (COL6A3)) dans les TAs du ligament rond (RL), de l’omental (OM) et mésentérique (ME) et d’évaluer les relations entre leur expression et la RI de 46 femmes atteintes d’obésité sévère (IMC : 54 ±11 kg/m2). Le profil lipidique-lipoprotéique et la RI (glycémie et insulinémie à jeun, HOMA-RI calculé) ont été évalués. L’expression des gènes a été mesurée à partir d’échantillons de TAs par qPCR avec la glycéraldéhyde déshydrogénase comme gène rapporteur. L’expression de VEGF-α est plus élevée dans l’OM (p < 0,001) que dans les autres dépôts. Les niveaux d’ARNm de LOX sont plus élevés dans l’OM (p = 0,02) et tendent à l’être dans le LR par rapport au ME (p = 0,052) alors que ceux de COL6A3 sont plus faibles dans l’OM (p < 0,0001). Aucune association n’est observée entre l’expression de VEGF-α et la RI. L’expression de LOX est associée à la glycémie de façon négative dans le LR (r = -0,40; p = 0,004) et positivele ME (r = +0,46; p = 0,002). Une relation négative est observée entre l’expression de LOX dans le LR et l’indice HOMA-RI (r = -0,35; p = 0,02). L’expression de COL6A3 est corrélée négativement à la glycémie et à l’indice HOMA-RI dans le LR et l’OM (-0,33 < r < -0,45; 0,005 < p < 0,05) et à l’insulinémie dans le LR (r = -0,35; p = 0,02). En conclusion, l’OM et le LR présentent une forte angiogenèse et un état fibrotique qui ne serait toutefois pas associé à une RI accrue.

Reprogrammation génomique du récepteur des androgènes dans le cancer de la prostate avancé


Seta Derderian1, Fatima Zouanat1, Etienne Audet-Walsh2, Fred Saad3, Armen Aprikian1, Simone Chevalier1
1Équipe de recherche en uro-oncologie, site Glen, IR-CUSM 2Centre du Cancer Goodman, Université McGill 3Centre de recherche du CHUM, Université de Montréal

Malgré la résistance à la castration, le récepteur des androgènes (RA) demeure transcriptionnellement actif dans le cancer de la prostate (CP) avancé, favorisant la progression par sa réactivation dans diverses voies de signalisation, dont celle de l'IL-6/STAT3 (interleukin 6/signal transducer and activator of transcription 3). Nous avons publié que l’IL-6 induit la phosphorylation (p) du RA sur sa tyrosine (Y)223. Or la littérature rapporte que dans le CP avancé, le RA se lie à des motifs d'ADN associés à d'autres facteurs de transcription, dont les STATs, et non seulement aux éléments de réponse aux androgènes. Notre but était de vérifier si l'IL-6 induit la formation de complexes RA/STAT3 permettant la réorientation de l'activité transcriptionnelle du RA. Nous démontrons la présence de dimères RA/STAT3 nucléaires dans des cellules traitées à l'IL-6, et non aux androgènes. Cette interaction est médiée par le domaine d'homologie Src (SH)2 de STAT3 liant le pY223 du RA. L'immunoprécipitation du RA lié à la chromatine de cellules exposées à l'IL-6, suivie du séquençage a confirmé que le RA se lie à des motifs d’ADN normalement attribués à STAT3. Finalement, la valeur clinique de ces observations a été validée par immunohistochimie de tumeurs prostatiques primaires, démontrant que l’expression nucléaire de pRA et STAT3 prédisent la récidive biochimique. Nos résultats supportent la reprogrammation génomique impliquant des dimères pRA/STAT3 qui favorisent la progression du CP indépendamment des androgènes. Cette phosphorylation du RA et ses interactions avec d'autres facteurs de transcription représentent des cibles thérapeutiques prometteuses pour contrer la progression du CP.

Soutenu en partie par PCC/Movember GAP1 et Astellas. Co-auteurs: G Kalloghlian; V Ouellet; A-M Mes-Masson; V Giguère; F Brimo.

Rétrocontrôle de la signalisation Wnt/b-caténine par la tyrosine phosphatase Shp1 dans l’épithélium intestinal.


Caroline Leblanc1, Nathalie Rivard1
1Université de Sherbrooke

Shp1 est une tyrosine phosphatase fortement exprimée dans les cellules d’origine hématopoïétique où elle est connue pour son rôle antiprolifératif. Bien qu’exprimée a de plus faibles niveaux dans les épithéliums, dont l’épithélium intestinal, son rôle y reste peu connu.

L’expression protéique de Shp1 a été évaluée dans différentes lignées cellulaires colorectales normales ou cancéreuses. De façon intéressante, l’expression de Shp1 est très fortement augmentée dans les cellules possédant une mutation activatrice de la voie Wnt/b-caténine. De plus, il est prédit par analyse bioinformatique que le promoteur de Shp1 possède des éléments de réponse pour LEF1/TCF, impliqués dans la signalisation Wnt/b-caténine. Ces observations suggèrent donc que l’expression de Shp1 pourrait être régulée par cette voie de signalisation. Effectivement, en traitant des cellules cancéreuses colorectales avec l’ICG-001, un inhibiteur de l’activité transcriptionnelle du complexe b-caténine/TCF, nous observons une réduction d’expression de Shp1.

Nous avons ensuite généré un modèle murin de délétion spécifique de Shp1 dans les cellules épithéliales intestinales (CEIs). Dans nos souris expérimentales (Shp1CEI-KO), nous avons noté une hyperactivation de la voie Wnt/b-caténine caractérisée par la stabilisation protéique de la b-caténine, de même que par une augmentation de sa localisation nucléaire, et finalement par l’augmentation d’expression de gènes cibles de la voie de signalisation. Pour évaluer l’impact de la perte de Shp1 sur les cellules souches, des organoïdes ont été générés. De façon intéressante, les organoïdes invalidés pour Shp1 se développent moins bien que les organoïdes contrôles. Cependant, par incorporation d’EdU, nous avons observé une augmentation du nombre de cellules prolifératives dans nos organoïdes expérimentaux. Finalement, une réduction de la quantité de R-Spondine dans le milieu de culture des organoïdes (donc une réduction de l’activation de la signalisation Wnt/b-caténine) ramène à la normale le développement des organoïdes invalidés pour Shp1.

Nos résultats montrent que l’expression de Shp1 semble dépendante de la voie Wnt/b-caténine et vice versa, ce qui indique qu’il pourrait exister un rétrocontrôle négatif de la signalisation Wnt/b-caténine qui passerait par l’expression de Shp1.

Rôle de DSCAM au niveau post-synaptique dans l'établissement du circuit sensorimoteur


Chloé Lemaire1,2,3, Louise Thiry1,2,3, Frédéric Bretzner1,2,3
1Université Laval 2CHU de Québec 3CHUL

    DSCAM est une molécule d'adhésion cellulaire associé au syndrome de Down, qui est impliqué dans le développement du système nerveux. Dans un modèle de mutation systémique, nous avons montré que les souris mutantes DSCAM2J, n'exprimant pas DSCAM, présentent un répertoire locomoteur restreint et des problèmes de coordinations motrices et posturaux. Nous avons également montré que cette mutation entraine une réorganisation du circuit locomoteur et sensorimoteur spinal. En effet, la mutation de DSCAM diminue l'amplitude des réflexes dans les moelles épinières néonatales et chez l'adulte, et réduit la densité de contacts synaptiques des afférenes sensorielles sur les motoneurones.

    Etant donné que la mutation systémique de DSCAM affecte le circuit sensorimoteur spinal, nous avons donc testé si l'expression de DSCAM au niveau de l'élément pré et/ou post-synaptique était nécessaire.

    Pour cela, DSCAM a été muté conditionnellement dans les motoneurones cholinergiques ou les neurones des afférences sensorielles en croisant des souris DSCAM flox/flox avec des souris ChAT-cre ou Parvabulmine-cre, respectivement.

    En utilisant des moelles épinières isolées de souris néonatales ChAT-DS et ChAT-cre (comme contrôles), nous avons observé une diminution de l'amplitude des réponses motoneuronales évoquées par la stimulation électrique des racines dorsales dépendante de l'intensité de stimulation.

    Nos résultats préliminaires suggèrent que l'expression de DSCAM au niveau post-synaptique serait nécessaire au développement du circuit sensorimoteur.

 

Financé par le CRSNG.

Rôle de DUSP4 dans l’athérosclérose en condition de diabète


Donovan Fouere1, Farah Lizotte1, Mannix Auger-Messier2, Pedro Geraldes3
1Université de Sherbrooke 2Université de Sherbrooke 3Université de Sherbrooke

Rôle de DUSP4 dans l’athérosclérose en condition de diabète

Donovan Fouere, Farah Lizotte, Mannix Auger-Messier, Pedro Geraldes

Service d’endocrinologie et de cardiologie, Département de Médecine, Université de Sherbrooke.

 

Introduction - L’athérosclérose est la principale complication macrovasculaire chez les personnes diabétiques. Les cellules endothéliales (CE) sont un des types cellulaires impliqués dans la formation de la plaque athérosclérotique et une dysfonction de celles-ci induite par le diabète contribuerait à la progression de la pathologie. Notre laboratoire a montré que l’hyperglycémie induit une diminution de DUSP4 dans les CE participant à la dysfonction endothéliale. Objectif - Étudier l’effet de la délétion de DUSP4 sur la formation de plaque athérosclérotique et étudier les mécanismes par lesquels sa diminution engendre une dérégulation des CE et macrophages (Mf) impliqués dans la formation de la plaque. Méthode - In vitro, des CE et Mf ont cultivées en conditions normales (5,6 mM; NG) et élevés (25 mM; HG) de glucose pendant 48 heures avec ou sans palmitate (15 μM;16 h). L’expression de DUSP4 ainsi que la phosphorylation de p38 et JNK, cible de DUSP4, ont été mesurés par immunobuvardage. In vivo, 4 groupes de souris toutes Apoe-/- seront utilisées: non diabétiques (NDM) et diabétiques (DM) avec ou sans délétion pour DUSP4. Le pourcentage occupé ainsi que la complexité de la plaque ont été évalué par coloration en face à l’huile rouge, au trichrome de Masson et marquage des macrophages (MAC-2) par immunofluorescence. Résultats - In vitro, l’augmentation de phosphorylation de p38 et JNK dans les CE et les Mf exposées en HG était potentialisée en présence de palmitate. Alors que l’expression de DUSP4 était diminuée dans le CE, elle est augmentée dans le Mf en HG+palmitate. In vivo, les souris DM présentaient 2.5x plus de plaque que les souris NDM. De façon intéressante, la délétion de DUSP4 chez les souris DM a significativement réduit de 70% le dépôt de plaque comparativement aux souris DM. Conclusion - La délétion de DUSP4 induit une diminution de la plaque athéromateuse suggérant que DUSP4 est nécessaire à l’activation des Mf dans le processus athérosclérotique.

 

 

 

 

 

Rôle de l'apeline dans la régulation de l'équilibre hydro-sodique au niveau rénal : mécanismes d’action et voies de signalisation.


Houda Ayari1, Ahmed Chraibi2
1Faculté de medecine et science de la santé 2Université de Sherbrooke

La découverte de l’apéline, comme ligand endogène du récepteur orphelin APJ,  un membre de la superfamille des récepteurs couplés aux protéines G, constitue une avancée importante à la fois en terme de recherche fondamentale et d’applications cliniques. Le système apélinergique est une cible prometteuse associée à plusieurs processus physiologiques. Le but de nos travaux consiste à effectuer une recherche fondamentale et approfondie particulièrement sur le  rôle que peut jouer ce système dans la régulation de l’équilibre hydro-sodique au niveau rénal.

 

Nous posons l'hypothèse que l’apeline pourrait induire une diminution de l’absorption d’eau et de sodium au niveau rénal via la régulation de trois protéines cibles; les aquaporine 2, les canaux sodiques ENaC et les pompes NaK-ATPases. 

 

Notre premier objectif  de recherche est  de confirmer l’effet de l’apeline sur l’expression protéique et génomique ainsi que l’activité fonctionnelle des protéines d’intérêt  au niveau des cellules mpkCCD (cellules issues du tubule collecteur, un modèle de choix pour étudier l'équilibre hydro-sodique au niveau rénal). Notre deuxième objectif sera d’étudier les mécanismes d’action de l’apeline au niveau des cellules mpkCCD et de déterminer l’importance de la structure du canal ENaC dans la fonction et la régulation de la réabsorption sodique.

Après traitement des cellules mpkCCD par l’apeline, l’expression des protéines cibles a été déterminée par immunobuvardage et immunocytochimie. Nos données expérimentales  montrent que l’apeline exerce une action antidiurétique par diminution de l’expression de l’AQP2 qui est liée à une inhibition de la production d'AMPc.

Nous avons également démontré que l’apéline module l’activité d’ENaC. Cet effet semble être associé à une diminution de l’expression protéique principalement de la sous-unité α du canal. Au niveau basolatéral, une diminution de l’expression de la pompe Na+/K+ATPase sous l’effet de l’apeline a été également observée. Des résultats préliminaires de la RT-PCR montrent que l’apeline module la transcription du canal ENaC et de la pompe NaK-ATPase.

Nous poursuivons nos études pour déterminer les voies de signalisation sous-jacentes de l’effet de l’apéline. Nos résultats préliminaires montrent que les voies Gαi/o, MAPK et ERK1/2 pourraient être impliquées dans cette régulation.

Notre étude nous permettra de mieux comprendre le rôle du système apelinergique dans le contrôle de l’équilibre hydro-sodique  au niveau rénal.

 

Rôle de l'autophagie dans le développement de résistance aux inhibiteurs de PARP dans le cancer de la prostate.


Maxime Cahuzac1, Benjamin Péant2, Anne-Marie Mes-Masson1,2,3, Fred Saad1,2,3
1Université de Montréal 2ICM 3CRCHUM

Introduction. Le cancer de la prostate (CP) est le cancer urologique le plus diagnostiqué chez les hommes en Amérique du Nord. Le problème majeur à l’heure actuelle est le développement de résistance aux traitements utilisés que sont la thérapie hormonale et la chimiothérapie. De ce fait de nouvelles thérapies, comme les inhibiteurs de PARP (olaparib, niraparib et talazoparib), commencent à être combinées avec celles utilisées actuellement dans le but d’améliorer l’espérance de vie des patients. Des études antérieures ont suggéré que l’autophagie, un mécanisme d’homéostasie cellulaire, pouvait jouer un rôle important dans la mise en place de résistance à la suite de divers traitements thérapeutiques. Aucune étude ne s’est pour l’instant intéressée au rôle de l’autophagie dans la résistance aux inhibiteurs de PARP dans le CP. Le but du projet est donc de déterminer si l’autophagie peut favoriser le développement de résistance à ces inhibiteurs dans le CP.

 

Matériel et méthodes. Pour ce faire, deux lignées hormonosensibles (LNCaP et 22Rv1) ainsi que trois résistantes à la castration (LNCaP C4-2b, PC3 et DU145) ont été utilisées. Des mesures de niveau d’expression protéique ont été effectuées par immunobuvardage de type Western. Ces résultats ont été confirmés par microscopie confocale en utilisant nos lignées cellulaires cancéreuses prostatiques exprimant de façon stable une protéine autophagique, LC3, doublement marquée avec un mCherry-GFP. La viabilité cellulaire aux inhibiteurs de PARP a aussi été mesurée à la suite d’une activation (rapamycine) et une inhibition de l’autophagie (CRISPR/Cas9 contre Atg5/Atg7) afin de vérifier si ce mécanisme affecte la sensibilité des lignées testées. Enfin, des analyses du contenu et de l’intégrité des lysosomes seront effectuées par spectrométrie de masse et par cytométrie en flux. 

 

Résultats obtenus. Nos données suggèrent que les lignées résistantes à la castration ont des niveaux plus élevés d’autophagie comparativement aux autres lignées sensibles. De plus, l’olaparib régule positivement l’autophagie de deux des lignées utilisées, soient les PC3 et les LNCaP C4-2b. Cette activation de l’autophagie passe par l’inhibition de la voie mTOR et non par celle d’AMPK au vu de la diminution observée des produits de mTOR. De façon intéressante, les PC3 et les DU145 ont une sensibilité moins importantes sur 8 jours de traitement à l’olaparib. Cette « résistance » est fortement affectée quand ces lignées n’expriment plus Atg5 et Atg7. En effet, les lignées cellulaires sont plus sensibles au composé.

 

Conclusion. L’olaparib régule de façon positive l’autophagie dans certaines lignées cancéreuses prostatiques ayant une sensibilité à cet inhibiteur de PARP moins importante. En activant cette autophagie ou en l’inhibant, la sensibilité de ces lignées est affectée. Ainsi, l’autophagie semble avoir un impact sur la réponse à l’olaparib. Ces résultats permettront de mieux comprendre et anticiper l’apparition de résistance aux inhibiteurs de PARP chez les patients atteints d’un CP.

Rôle de la cytokine IL-15 dans l'homéostasie de l'épithélium intestinal et le développement de la colite.


Alicia María Molina Kautzman1, M. Mayhue1, J.-F. Beaulieu2, J.-F. Beaulieu2, S. Ramanathan1,3
1Immunologie-Allergologie, Département de pédiatrie 2Département d'anatomie et de biologie cellulaire, FMSS, Université de Sherbrooke 3Centre de Recherche Clinique du Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke, Sherbrooke, QC, Canada

La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, les principales formes de maladies inflammatoires de l’intestin (MII), sont caractérisées par une inflammation chronique de la muqueuse intestinale menant à diverses complications intestinales et extra-intestinales. Le système immunitaire est un effecteur majeur de ces lésions tissulaires causées par l'action de plusieurs types de cellules et de médiateurs solubles. Certains de ces médiateurs solubles, tels que TNFα, IL-17 et IL-22, sont des cibles thérapeutiques dans les MII. L'interleukine 15 (IL-15) est une cytokine pro-inflammatoire appartenant à la famille des cytokines IL-2et elle est impliquée dans le maintien et l'activation de différents sous-groupes de lymphocytes cytotoxiques et de macrophages dans l'épithélium intestinal. L'expression de l'IL-15 est augmentée chez les humains et dans les modèles murins d'inflammation intestinale. Nous émettons l'hypothèse que l'IL-15 contribue à la pathogenèse de l'inflammation intestinale et comme Objectifs: 1) Identifier les signaux qui induisent l'expression de l'IL-15 dans les cellules épithéliales intestinales humaines et ; 2) Déterminer l'efficacité thérapeutique de l'anticorps anti-IL-15Rβ dans la colite induite par le DSS. Les cellules épithéliales intestinales humaines HIEC6 ont été traitées pendant 24 h avec différents ligands de récepteurs à des produits bactériens (TLR) et des cytokines inflammatoires L'expression génique des chimiokines et cytokines a été analysée par qPCR. L’anticorps Tm-b1 contre le récepteur de l’IL-15 a été injecté intrapéritonéalement pendant le traitement des souris C57/BL6 avec le dextran sulfate (3%) pendant 7 jours.  L'IFNγ stimule l’expression des cytokines inflammatoires, dans les cellules HIEC. Les souris traitées avec Tm-b1 présentent une diminution de l'érosion des cryptes et de l'infiltration lymphocytaire suite au traitement par le DSS, sans affecter la réduction de la longueur du côlon observée dans les souris contrôles. Ces observations suggèrent que l'IL-15 pourrait être une cible thérapeutique dans les maladies associées à l'inflammation intestinale.

Rôle de la phosphorylation de la protéine précurseur de l'amyloïde par les polo-like kinases dans la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer


Laura Martinez-Drudis1,2, Razan Sheta1,2, Marylin Dubois1,2, Abid Oueslati1,2
1Département de médecine moléculaire, Faculté de médecine, Université Laval 2Axe neurosciences, Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval

L’accumulation anormale des formes hyper-phosphorylées de la protéine précurseur de l’amyloïde beta (APP) représente la caractéristique neuropathologie de la maladie d’Alzheimer (MA). À ce jour, l’identité des kinases naturelles responsables de la phosphorylation de l’APP et l’impact de cette modification post-traductionnelle sur la régulation de l’accumulation et de la toxicité de cette protéine restent largement méconnus. Récemment, notre groupe a démontré, pour la première fois, que la famille des Polo-like kinases (PLKs), et notamment la PLK2, s’accumule dans le cerveau de patients souffrant de la MA. De plus, des observations récentes proposent une interaction directe entre la PLK2 et l’APP et la subséquente phosphorylation de cette dernière, suggérant que cette kinase pourrait jouer un rôle important dans l’augmentation des niveaux du peptide amyloïde beta et la formation de plaques amyloïdes.

Notre objectif est d’étudier le rôle de la PLK2 dans l’accumulation et la neurotoxicité de l’APP in vivo. Des approches en immunohistochimie et en immunoblot nous ont permis d’observer une accumulation accrue de la PLK2 dans le cerveau de patients souffrant de la MA et les souris transgéniques modèles de la maladie, ainsi qu’une co-localisation parfaite de cette kinase et l’APP dans les plaques amyloïdes du cortex et l’hippocampe. De plus, la surexpression de la PLK2 dans des cellules neuronales est associé avec une augmentation du clivage de l’APP et de l’accumulation des formes toxiques de cette protéine. 

En conclusion, nos résultats confirment une interaction directe entre la PLK2 et l’APP dans le contexte de la MA et identifient l’inhibition de l’activité de cette kinase comme une nouvelle cible thérapeutique d’intérêt pour le traitement de la MA et des maladies associées.

Rôle de LRP6 dans l'effet oncogénique de KRAS et de BRAF dans des cellules cancéreuses colorectales


Anthony Côté-Biron1, Jennifer Raisch1, Nathalie Rivard1
1Département d'anatomie et de biologie cellulaire, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke

Le cancer colorectal représente la deuxième cause de décès par cancer au Canada, ce qui en fait un problème de santé publique majeur. Il a déjà été rapporté que les effecteurs des voies Wnt/β-caténine et KRAS/BRAF/MEK/ERK sont souvent perturbés dans les stades précoces de cancers colorectaux. Cependant, les mécanismes intégrant ces deux voies de signalisation au sein de la tumorigenèse intestinale sont toujours méconnus. Notre équipe a récemment démontré que la transformation de cellules épithéliales normales (IEC-6) par des formes oncogéniques de KRAS ou BRAF est associée avec une augmentation de la phosphorylation du corécepteur de la voie des Wnt, LRP6 et de l’activité transcriptionnelle du complexe β-caténine/TCF4. Des analyses effectuées sur des biopsies provenant de patients atteints de cancer colorectal ont aussi révélé une augmentation de la phosphorylation de LRP6 comparativement aux tissus sains (Lemieux et al., 2015). Ces résultats suggèrent que l’activation de LRP6 est un point de convergence unique entre les voies KRAS/MAPK et Wnt/β-caténine durant l’oncogenèse colorectale. Un lien direct entre ces deux voies a pu être démontré par l’utilisation d’un inhibiteur spécifique de MEK, puisque la phosphorylation sur les résidus sérine 1490 et thréonine 1572 du co-récepteur LRP6 a été diminuée dans toutes les lignées cancéreuses colorectales traitées avec le CI1040. Ensuite, nous avons analysé le rôle de LRP6 dans la croissance en indépendance d’ancrage de lignées cellulaires présentant des mutations, ou non, pour la voie KRAS/MAPK. Pour se faire, des siARNs ont été utilisés pour déléter spécifiquement l’expression de LRP6. Les lignées cellulaires utilisées présentant des mutations pour la voie KRAS/MAPK (HCT116, HT-29 et SW480) ont vu leur capacité à croitre en indépendance d’ancrage diminuée et celle non-mutée (SW48) n’a présenté aucun effet. Ces résultats préliminaires suggèrent donc que l’activation de LRP6 contrôlerait la croissance des lignées cellulaire portant des mutations KRAS ou BRAF et que ce co-récepteur pourrait représenter une nouvelle cible thérapeutique pour les cancers colorectaux associés avec ces mutations.

Rôle des modifications post-traductionnelles dans l’activité du récepteur orphelin Nur77 (Nr4a1)


Fatéma Dodat1, David Cotnoir-White1,2, Xavier Giner1, Sylvie Mader1,2, Daniel Lévesque1
1Université de Montréal 2Institut de Recherche en Immunologie et en Cancérologie (IRIC)

Nur77 (Nr4a1, NGFI-B, TR3) est un facteur de transcription de la famille des récepteurs nucléaires orphelins. Il joue un rôle important dans la régulation de la neurotransmission dopaminergique au niveau du système nerveux central. De plus, il est associé à la perte des neurones dopaminergiques dans des modèles rongeurs de la maladie de Parkinson. Cependant, les mécanismes régulant son activité sont mal connus. Comme Nur77 n’a pas de ligand endogène identifié, les modifications post-traductionnelles, telle la phosphorylation et la SUMOylation, pourraient jouer un rôle primordial dans la régulation de son activité. Nous avons développé de nouveaux outils utilisant la technologie de transfert d’énergie par résonnance de la bioluminescence (BRET) et des essais rapporteurs afin de mesurer l’impact de la phosphorylation et de la SUMOylation sur l’activité de Nur77. La forme native de Nur77 ainsi que des formes mutées aux sites potentiels de modifications post-traductionnelles ont été transfectées dans les cellules HEK293. Nous avons identifié 2 sites qui recrutent préférentiellement la SUMO2 (K102, K577) dans la séquence de Nur77. De plus, la E3 SUMO-protein ligase PIASγ est en mesure de potentialiser le recrutement de SUMO2. En combinant la technologie BRET avec la complémentation de la luciférase (PCA-BRET), nous avons identifié une variété d’effets de ces sites de SUMOylation sur divers éléments de réponses associés l’activité transcriptionnelle de la forme monomérique (NBRE), homo-dimérique (NurRE) et hétéro-dimérique (DR5, avec le récepteur aux rétinoïde RXR) de Nur77. Ces résultats démontrent que la SUMOylation de Nur77 joue un rôle important dans la régulation de l’activité de Nur77. Ce travail est supporté par les Instituts de la Recherche en Santé du Canada (IRSC). DCW est récipiendaire d’une bourse postdoctorale de MITACs.

Rôle ds cellules sénescentes dans la douleur du dos


Hosni CHERIF1,4, Daniel Bisson2,4, Semsi Kocabas3, Lisbet Haglund1,2,4
1Laboratoire de recherche en orthopédie, Université McGill, Montréal, Québec, Canada. 2Hôpital Shriners pour enfants, Montréal, Québec, Canada. 3Université de Montréal, Montréal, Québec, Canada. 4McGill University

Introduction:

Intervertebral disc degeneration is one of the major causes of back pain, a condition that represents a serious socio-economic burden. Upon degeneration, intervertebral disc tissues become inflamed, and this inflammatory microenvironment is associated with a cascade of degenerative events that may eventually cause discogenic pain. Cellular senescence is a state of stable cell cycle arrest in response to a variety of cellular stresses including DNA damaging agents, oxidative stress, mitochondrial dysfunctions, adverse load and disruption of epigenetic regulation. The accumulation of senescent IVD cells in the tissue suggests crucial roles of these cells in the initiation and development of painful IVD degeneration through the secretion of an array of diverse cytokines, chemokines, growth factors, and proteases known as the senescence-associated secretory phenotype (SASP). The SASP promote matrix catabolism and inflammation in intervertebral disc thereby accelerating the process of its degeneration. In this study we quantified the levels of senescent cells in intervertebral discs and evaluated the effects of the tested senolytic drugs to remove senescent cells while preserving cells health, proliferation and overall matrix production of the remaining cells. 

Methods:

Human IVDs were obtained from organ donors with no history of back pain through collaboration with Transplant Quebec. Pellet or monolayer cultures were prepared from freshly isolated cells in culture media (low-glucose DMEM, 5% FBS, Gentamicin, Glutamax). They were then cultured in the presence or absence of senolytic drugs. Monolayer cultures were analyzed after 4-days and pellets after 21 days for the effect of senolysis. A cytotoxicity study was performed on monolayer cells treated and non-treated with senolytics using Alamar blue assay. Following treatment, RNA was extracted and gene expression of senescence and inflammatory markers (p16, IL6, IL8, MMP3 and MMP13) and GAPDH, was evaluated by RT-qPCR using the comparative ΔΔCt method. Protein expression of p16, Ki-67 and Caspase-3 were evaluated in pellets or monolayer and total number of cells was counted on consecutive sections using DAPI and Hematoxylin. Five fields of view were analyzed with an in-house developed MatLab script. SafraninO to stain for proteoglycan synthesis, DMMB to assess the effect of senolytics on sulfated glycosaminoglycan (sGAG) levels and antibodies to stain for collagen type II expression were used to determine the percentage of senescent cells removal and if the remaining cells exhibit an improved matrix producing capacity.

Results:

We observed a 40% higher level of senescent cells in degenerate compare to non-degenerate discs from the same individual. Using the optimal respective dose, 2 senolytics (S1 and S2) cleared 15% of the senescent cells in monolayer and up to 80% in pellet cultures. Also, we observed an increase in the number of proliferating and the apoptotic cells number in both monolayer and pellets cultures.  Following treatment, mRNA expression levels of SASP factors (MMP3, MMP13, IL-1,-6, and -8 were decreased by 4 to 32 fold compared to the untreated groups. Senescence cells clearance decreased, also, protein expression of MMP3 and 13 proteases (15 and 50%) and proinflammatory cytokine levels of IL-1, IL6 and IL8 (42, 63 and 58 %) enhancing overall matrix content. This was validated by an increase in proteoglycan content (SafraninO ) and release into the culture media (sGAG levels) observed in treated groups.

Discussion & Conclusions:

Elucidation of the complex and fine relationship between disc degeneration, tissue inflammation and the molecular mechanism of disc cell senescence appears to be critical to improve the current ineffective therapies. This work may identify novel therapy for the treatment of IVD degeneration and new senolytic drugs that could lead to improved therapeutic interventions.

Rôle protecteur de LRP6 dans l’inflammation intestinale


Jennifer Raisch1, Anthony Côté-Biron1, Marie-Josée Langlois1, Nathalie Rivard1
1Université de Sherbrooke

Le renouvellement cellulaire de l’épithélium intestinal est finement régulé par l’activation de voies de signalisation telle que la voie Wnt/β-caténine qui contrôle la prolifération et la différenciation des cellules souches. Cette voie est activée suite à la fixation des facteurs Wnt sur leurs récepteurs Frizzled et co-récepteurs LRP5/6. LRP6 a récemment été identifié comme un nouveau candidat dans le développement de la forme iléale de la maladie de Crohn, établissant un lien étroit entre LRP6 et l’inflammation intestinale. Dans cette étude nous souhaitions explorer si LRP6 est requis pour le maintien de l’homéostasie ainsi que l’inflammation intestinale. Pour cela nous avons généré des souris spécifiquement invalidées pour LRP6 dans l’épithélium intestinal (LRP6CEI-KO). Les analyses histologiques ont révélé que l’architecture de l’intestin grêle et du côlon n’est pas affectée par la délétion conditionnelle de LRP6. Par ailleurs, une légère baisse du nombre de cellules prolifératives et de l’expression du marqueur de cellules souches Lgr5 a été observée chez les souris LRP6CEI-KO. Afin d’analyser la capacité de régénération de l’épithélium intestinal et l’activité des cellules souches, des organoïdes ont été générés à partir de l’intestin des souris LRP6CEI-KO et contrôles. De manière intéressante, la perte d’expression de LRP6 altère fortement la capacité des entéroides en culture à se développer et à survivre. Ces données suggèrent une compensation à la perte de LRP6, au niveau de l’épithélium intestinal in vivo. Cependant l’analyse de l’expression du facteur WNT3 ainsi que l’état d’activation de la voie de signalisation ERK/MAPKinase (connue en autre pour activer la prolifération cellulaire) n’a révélé aucune modification chez les souris expérimentales comparativement aux souris contrôles. Finalement, un traitement au dextran sodium sulfate révèle que les souris LRP6CEI-KO développent beaucoup plus d’inflammation colique que les contrôles. L’ensemble de ces résultats suggère que LRP6 prévient l’inflammation intestinale en stimulant la capacité des cellules souches intestinales à régénérer l’épithélium.

SHP-2 : Un nouveau régulateur des TLRs dans les cellules épithéliales intestinales


Valérie Lannoy1, Ariane Langlois1, Geneviève Coulombe1, Nathalie Rivard1
1Université de Sherbrooke

Notre équipe a précédemment montré que les souris invalidées pour Shp-2 dans les cellules épithéliales intestinales (Shp-2CEI-KO) développent spontanément de l’inflammation dans le côlon (Coulombe, 2013). Nous avons également démontré que cette inflammation est dépendante de la microflore puisqu’elle est inhibée par un traitement aux antibiotiques et par la délétion concomitante de MyD88 dans les CEI (souris Shp-2/MyD88CEI-KO) (Coulombe, 2016). MyD88 étant impliqué dans la signalisation des récepteurs de type Toll-like, nous avons décidé d’explorer si SHP-2 participait à la signalisation des TLRs.

De manière intéressante, nos résultats montrent que l’activation des TLR2 (Pam2CSK4), TLR4 (LPS) et TLR5 (Flagelline) dans les CEI stimulait SHP-2 tel que visualisé par l’augmentation de la phosphorylation de SHP-2 sur les tyrosines 542 et 580. Cette activation de SHP-2 semble dépendante de l’activation des kinases de la famille Src car elle est inhibée suite à l’exposition au PP2. Nous avons alors inhibé l’expression de SHP-2 en utilisant des shARN spécifiques et ce, dans des cellules IEC-6. De façon surprenante, le traitement des cellules avec les ligands des TLR2, TLR4 et TLR5 a montré que l’inhibition d’expression de SHP-2 n’affectait pas l’activation de la voie NF-kB mais augmentait fortement les phosphorylations activatrices de la kinase TBK1 et du facteur de transcription IRF3. De même, l’inhibition allostérique de SHP-2 avec le SHP099 provoque dans les CEI une diminution de l’activation des voies des MAP Kinases (ERK1/2, p38 et JNK) après stimulation des cellules par 5 ligands des TLRs. Bien que les mécanismes moléculaires exacts restent à déterminer, nos résultats indiquent que SHP-2 régule négativement la signalisation de l’interféron et positivement les voies des MAPK en réponse aux récepteurs Toll-like dans les cellules épithéliales intestinales.

Signalisation cellulaire impliquée dans la maturation des cellules endothéliales cornéennes


Kim Santerre1,2, Stéphanie Proulx1,2
1Département d’ophtalmologie et d’ORL-CCF, Faculté de médecine, Université Laval 2CUO-Recherche, Centre de recherche du CHU de Québec, Hôpital du Saint-Sacrement, CHU de Québec-Université Laval

CONTEXTE ET OBJECTIFS: L’amplification des cellules endothéliales cornéennes (CEC) par la culture cellulaire permettrait de traiter jusqu’à 27 patients souffrant de maladies de l’endothélium cornéen à partir d’un seul donneur. Cependant, la culture cellulaire mène à une perte de fonctionnalité des CEC, qui peut être contrée par une formation rapide des jonctions intercellulaires (JI). Nous avons préalablement démontré que le TGF-β2 améliorait la formation des JI des CEC. L’objectif de cette étude est d’identifier les changements transcriptionnels ainsi que les voies de signalisation activées par le TGF-β2 qui sont impliquées dans cette formation des JI.

 

MATÉRIEL ET MÉTHODES: Des CEC humaines (n=6) ont été cultivées dans un milieu de prolifération jusqu’à confluence, puis dans un milieu de maturation contenant (ou non) du TGF-β2 à 5 ng/ml. À la troisième dose de TGF-β2, l’ARN a été récolté (Qiagen) et le transcriptome a été analysé (biopuce “SurePrint G3 Human GE”; 60 000 sondes, Agilent Technologies). Les protéines ont aussi été récoltées à la troisième dose pour l’analyse des protéines phosphorylées (puce à phosphoprotéines TGF-β; 176 cibles, Fullmoon biosystems).

 

RÉSULTATS: La présence de TGF-β2 a généré une surexpression (2X et +) de 105 gènes et une sous-expression de 50 gènes. Parmi les gènes augmentés, près de 30% codaient pour des protéines liées à l’adhésion cellulaire. Le profilage protéique a permis d’identifier les kinases de la famille Src (Fgr et Lck), la kinase FAK et les kinases de la voie de signalisation Akt comme au moins 2 fois plus activées en présence de TGF-β2.

 

CONCLUSION: Les kinases Src, FAK et Akt sont des candidats potentiels impliqués dans la formation des JI en présence de TGF- β2. Leur rôle sera étudié à l’aide d’activateurs spécifiques. Une meilleure connaissance de la formation des JI des CEC permettra l’élaboration d’une méthode de culture générant des CEC de haute qualité tout en éliminant les effets pléiotropiques du TGF-β2.

Stimulation de la Régénération Endogène dans la Dystrophie Congénitale Déficiente en Mérosine


Jasmin Collerette-Tremblay1, Éric Marsault1, Mannix Auger-Messier1, Florian Bentzinger1
1Université de Sherbrooke

La Dystrophie Congénitale Déficiente en Mérosine (MDC1A) est une maladie dégénérative sévère causée par une mutation de la sous-unité alpha-2 de la laminine (LMα2). La perte fonctionelle de LMα2 dans la membrane basale du muscle squelettique mène à la nécrose des fibres et à une inflammation chronique. Avec l’avancement de la maladie, les cellules souches musculaires (CSM) n’arrivent plus à compenser la dégénération du muscle et la fonction musculaire diminue de manière importante. Il n’y a actuellement aucun traitement disponible pour cette condition sévère.

Notre étude porte sur une nouvelle approche pour la stimulation de la régénération endogène du muscle squelettique en utilisant des peptidomimétiques d’une petite hormone circulante ayant la capacité de stimuler la fonction des CSM, de diminuer la fibrose et de favoriser la vascularisation. À l’aide des données de structure-activité de ce peptide, nous avons généré une librairie de plus de 70 analogues avec des acides aminés synthétiques, démontrant une affinité pour le récepteur augmentée et une plus longue demi-vie plasmatique. Dans un modèle de souris de MDC1A, nous avons observé que l’administration systémique en continu de ces composés améliore une variété de caractéristiques de la pathologie, telles que la survie, la masse corporelle, la mobilité et l’apparence histologique. Ces éléments nous suggèrent que la stimulation de la réparation endogène est une approche thérapeutique efficace pour la MDC1A, qui pourrait aussi être applicable aux autres formes de dystrophie musculaire caractérisées par une dysfonction régénérative.

Surgical trauma induces postoperative natural killer cell dysfunction in colorectal cancer patients through the NKG2D-NKG2DL pathway


Orneala Bakos1, Seyedeh Niavarani1, Francis Bernier-Godon1, Christine Lawson1, Lee-Hwa Tai1,2
1Department of Anatomy and Cell Biology, Faculty of Medicine and Health Sciences, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, QC 2Centre de Recherche du CHUS, Sherbrooke, QC

Background and Rationale: Natural killer (NK) cells play a key role in the innate elimination of virally infected or malignant cells, but they can be circumvented by immunoevasion mechanisms enabling viral spread or tumor progression.  Engagement of the NKG2D activating receptor with soluble forms of its ligand (sNKG2DL) is one such mechanism of inducing NK cell hypo-responsiveness. However, this immunoevasion strategy has not been described in the postoperative period where tolerance of damaged self-cells is necessary to promote tissue repair.  We have previously found that mice subjected to surgical trauma demonstrate decreased expression of NKG2D on NK cells and impaired NK cell functionality.  Importantly, these dysfunctional NK cells could not eliminate postoperative metastases in mice models of colorectal cancer and surgery.  This prompted us to investigate the NKG2D-sNKG2DL pathway and its contribution in promoting postoperative metastasis in human colorectal cancer surgical patients.

 

Hypothesis: We hypothesize that sNKG2DL increases in the plasma of colorectal cancer patients following their surgery and this contributes to impaired NK cell mediated elimination of postoperative metastases.

 

Methods: We have initiated a perioperative blood collection study to measure NKG2D receptor levels on peripheral blood NK cells and sNKG2DL in plasma of colorectal cancer surgical patients.  Using flow cytometry, ELISA and ex vivo functional immune assays, we will determine if targeting sNKG2DL in the postoperative period will alleviate NK cell impairment.  

 

Results:  We have found decreased levels of NKG2D NK cell expression and functionally impaired NK cells in the postoperative period. We have additionally observed that sNKG2DLs are present at elevated levels in the plasma of postoperative patients and this is associated with reduced CD107a expression and IFNγ production by NK cells.

 

Conclusion: Our results suggest that sNKG2DL are secreted in postoperative plasma as a potential mechanism of host tolerance to injured cells. However, this host-induced NK cell immunosuppression is being exploited by tumor cells to escape and proliferate. Investigating the NKG2D-sNKG2DL immunoevasion pathway following surgery will provide mechanistic insight and potential therapeutic avenues to target post-surgery metastasis that exploit immune suppression following surgery.  

TBC1D25 dans la régulation négative de RAB21, une protéine impliquée dans divers processus tumoraux


Caroline Normandin1, Steve Jean1
1Université de Sherbrooke

Le cancer est une des premières causes de décès au Canada. Malgré de nombreuses avancées pour traiter le cancer, plusieurs types de cancers développent une résistance aux traitements en plus d’être aptes à former des métastases. Il est donc important de mieux comprendre les processus d’acquisitions de résistance et de métastasie. Certaines protéines, telles que RAB21, contribuent à la résistance aux traitements et à la métastasie. En effet, RAB21, un régulateur du trafic membranaire, est impliquée dans la migration, la réponse au stress et la prolifération cellulaire, respectivement via la régulation de l’internalisation des intégrines, la régulation de l’autophagie ainsi que la régulation de l’internalisation du récepteur à l’EGF. Tous ces processus sont finement régulés et la régulation de RAB21 est essentielle. L’activation de celle-ci se fait par les GEFs et la désactivation est effectuée par les GAPs. À ce jour, aucune GAP pour RAB21 n’a été identifiée. Pour ce faire, un criblage génétique chez la drosophile a été effectué révélant trois GAPs potentielles pour RAB21. Des expériences d’interactions protéiques ont montré que seule la GAP TBC1D25 interagissait avec RAB21 et que cette interaction était dépendante de son activité catalytique. Des essais in cellulo ont montré que cette interaction était augmentée par la carence nutritionnelle. Des essais in vivo dans les corps gras de larves de drosophiles ont montré que la surexpression de TBC1D25 provoquait un blocage de l’autophagie. Mes travaux ont montré que la surexpression de TBC1D25 empêchait la formation de tubules endosomaux, importants dans le trafic membranaire. Ces résultats semblent indiquer que TBC1D25 est une GAP pour RAB21. Des essais biochimiques sont en cours afin de confirmer la nature de la relation entre RAB21 et TBC1D25. En somme, l’identification d’une GAP pour RAB21 pourrait permettre d’inactiver RAB21 dans différents processus tumoraux et donc d’affecter plusieurs processus pro-oncogéniques.

Thiazides et risque de fracture: Revue systématique et méta-analyse d’essais cliniques randomisés


Louis-Charles Desbiens1, Nada Khelifi1, Yue Pei Wang1, Aboubacar Sidibé1, Alexis F Turgeon2, Fabrice Mac-Way1
1Centre de recherche du CHU de Québec, Département et Faculté de Médecine, Université Laval, Québec, Canada 2Centre de recherche du CHU de Québec, Département d'anesthésiologie, Faculté de Médecine, Université Laval, Québec, Canada

Introduction: Les thiazides, utilisés pour traiter l’hypertension artérielle, semblent être associés à un risque diminué de fractures dans les études observationnelles. Nous avons conduit une revue systématique et méta-analyse d’essais cliniques randomisés (ECR) pour évaluer l’effet des thiazides sur le risque de fracture et la densité minérale osseuse (DMO).

 

Méthodes: Recherche des bases de données MEDLINE, EMBASE, CENTRAL et du registre d’essais cliniques de l’OMS de leur création à mars 2018. Deux réviseurs ont évalué l’éligibilité des études selon les critères suivants: 1) ECR; 2) comparant un diurétique thiazidique 3) à un placébo ou autre médication (excluant les thérapies anti-résorptives ou ostéoformatices); 4) chez des adultes et 5) rapportant des fractures et/ou la DMO. L’issue primaire était les fractures totales (à n’importe quel site anatomique rapporté ou non). Les issues secondaires étaient les fractures ostéoporotiques, de la hanche et la DMO au col fémoral, colonne lombaire ou hanche totale. La méta-analyse était conduite avec un modèle à effets aléatoires.

 

Résultats: Sur 14 611 citations uniques retrouvées, nous avons inclus 19 ECR comportant 85 772 patients. Tous les ECR, sauf deux, étaient à haut risque de biais en lien avec l’évaluation des fractures et au financement pharmaceutique. Les thiazides étaient associés à une réduction des fractures totales (RR= 0.87 [0.77, 0.99]; I2= 0%, 17 ECR; Figure), ostéoporotiques (RR= 0.82 [0.70, 0.97]; I2= 0%, 10 ECR), mais pas de la hanche (RR= 0.91 [0.51, 1.64]; I2= 0%, 3 ECR). Quatre ECR ont rapporté la DMO avec différents sites anatomiques et unités ; une méta-analyse n’a pu être conduite pour cette issue.

 

Conclusion: Les thiazides sont associés à une diminution des fractures totales et ostéoporotiques en comparaison avec un placébo ou un autre antihypertenseur. Les thiazides pourraient donc être suggérés aux patients hypertendus avec un risque fracturaire augmenté.

Titre du résumé : Validité de construit et fiabilité test-retest du Questionnaire International de l’Activité Physique (IPAQ) chez les personnes ayant subi un Accident Vasculaire Cérébral au Bénin.


A.S. Honado11, L.G.O. Atigossou22, J.S. Roy33, J.F. Daneault44, C.S. Batcho33
1Université Laval- CIRRIS, Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale CIRRIS, Québec, Canada. 2Université d’Abomey Calavi, École Supérieure de Kinésithérapie- Faculté des Sciences de la Santé, Cotonou, Benin. 3Université Laval- CIRRIS, Department of Rehabilitation, Quebec, Canada. 4Rutgers University, Department of Rehabilitation and Movement Sciences, Newark, USA.

Introduction

Le Questionnaire International de l’Activité Physique (IPAQ) est un outil d’évaluation du niveau d’activité physique disponible dans plusieurs langues et applicable dans différentes populations de personnes avec ou sans pathologie chronique. Même si ce questionnaire est couramment utilisé à travers le monde, à notre connaissance, aucune étude n’a évalué les qualités psychométriques de sa version francophone dans le contexte africain.  Plus précisément l’applicabilité de l’IPAQ auprès des survivants d’un accident vasculaire cérébral (AVC) en Afrique reste à démontrer. L’objectif de la présente étude est d’examiner la validité de construit et la fiabilité test-retest d’une version adaptée de IPAQ (IPAQ-LF Bénin) auprès des personnes post AVC au Bénin.

Méthode

Participants : 60 survivants d’AVC (16 femmes, 44 hommes; âge moyen = 56.72 ± 10.42) ont été recrutés au Bénin, un pays francophone de l’Afrique de l’ouest.

 Mesures : En plus du moniteur d’activité physique de type montre porté pendant sept (07) jours du réveil le matin jusqu’au coucher le soir, les participants ont complété la version expérimentale du questionnaire IPAQ-LF Benin par interview face à face, à 2 reprises (2 jours d’intervalle). Deux autres questionnaires précédemment validés auprès des survivants d’un AVC au Bénin ont été aussi complétés : Activlim-stroke et Abiloco-Bénin, qui évaluent respectivement les limitations d’activité et l’habileté locomotrice. La fiabilité test-retest a été analysée en utilisant le coefficient de corrélation intraclass (ICC). La validité de construit a été examinée en calculant les coefficients de corrélation de Spearman (r) entre les scores de IPAQ-LF Benin, Activlim-stroke, Abiloco-Bénin et le nombre de pas moyen par jour.

Résultats

Le questionnaire IPAQ-LF Bénin a montré une excellente corrélation (r = 0,91; p < 0,001) avec le nombre de pas et une corrélation modérée respectivement avec Activlim-stroke (r = 0.59; p < 0,001) et Abiloco-Bénin (r = 0,58; p < 0,001). Aussi IPAQ-LF Bénin a démontré une excellente fiabilité test retest (ICC =0,996; CI95% : 0.993 – 0,998; p < 0,001).

Conclusion

Les résultats permettent de conclure que IPAQ-LF Bénin est un questionnaire valide et fiable pour mesurer le niveau d’activité physique des personnes post-AVC au Bénin. Des études avec des échantillons plus élevés sont en cours pour confirmer cette conclusion.

Mots clés Accident Vasculaire Cérébral

                 Activité physique

                 Questionnaire

                  Propriétés psychométriques

 

UbKEKS : Découverte d’un nouveau variant d’ubiquitine qui ne cible pas les protéines au protéasome


Marie-Line Dubois1, Patrick Delattre2, Maxime Beaudouin2, Mylène Brunelle2, Jean-François Jacques2, Dominique Lévesque1, Sondos Samandi2, Pierre Lavigne2, Xavier Roucou2, François-Michel Boisvert1
1Département d’anatomie et Biologie cellulaire de l’université de Sherbrooke 2Département de Biochimie de l’université de Sherbrooke

L’ubiquitylation est une modification post-traductionnelles qui permet de réguler plusieurs processus tel que la division cellulaire, la réplication et la réparation de l’ADN ainsi que plusieurs autres. Considérant son importance au sein de la cellule, il n’est pas étonnant de voir la régulation de cette modification post-traductionnelle altéré dans de nombreuses maladies tel que le cancer ou les maladies neurodégénératives. Chez l’humain, l’ubiquitine (Ub), une protéine de 76 acides aminées,  est exprimée à partir de 4 gènes. Grâce à l’annotation fonctionnelle de séquences codantes non conventionnelles correspondant principalement à des petits cadres ouverts de lecture (www.openprot.org), nous avons identifié un nouveau gène, UBBP4, qui code pour un variant qui possède 4 acides aminés différents (Q2K, K33E, Q49K et N60S), et que nous avons nommé UbKEKS.

Des résultats obtenus par spectrométrie de masse (MS) ainsi qu’en ribosome profiling ont démontré l’expression de UbKEKS dans plusieurs lignées cellulaires et tissus. Des tests d’adressage au protéasome ont démontré que les protéines modifiées par UbKEKS n’entraînent pas la dégradation des protéines modifiées. Ce résultat a été confirmé par MS par l’immunoprécipitation de nombreuses sous-unités du protéasome avec Ub mais pas avec UbKEKS. De plus, nous avons élucidé la structure de UbKEKS, et celle-ci n’est pas significativement différente de Ub. Le défaut d’adressage au protéasome ne peut donc pas être expliqué par une modification de la structure mais plutôt par les mutations KEKS.

Nous avons également  montré par MS et par immunobuvardage que la protéine PCNA est modifiée par UbKEKS.  L’utilisation de mutants a permis d’identifier les lysines modifiées par UbKEKS. PCNA est impliqué dans la réplication et la réparation de l’ADN mais aussi dans le choix du mécanisme de réparation à utiliser face à divers types de dommages. L’ubiquitylation sur différentes lysines et par différentes chaînes sur PCNA est au cœur de cette décision. La découverte de la modification de PCNA par UbKEKS remet en question la régulation connue de cette protéine par ubiquitylation.

L’identification de UbKEKS qui partage des cibles communes avec Ub sans promouvoir la dégradation au protéasome est une découverte majeure. Elle ouvre en effet la porte sur un aspect méconnu de la régulation des protéines par ubiquitylation.

Un test sanguin de nouvelle génération basé sur la détection de vésicules extracellulaires améliore la stratification du risque de cancer de la prostate


Fabrice Lucien1, Harmenjit Brar2, Hon Leong1,2
1Mayo Clinic, Rochester, MN, USA 2Division of Urology, Western University, London, ON

Le test diagnostic de l’APS a drastiquement changé le futur des patients atteints de cancer de la prostate. Malgré un dépistage précoce et une intervention plus efficace, la faible sensibilité du test de l’APS (21%) mène à une sur-détection de patients ne nécessitant pas de biopsie tissulaire. Ceci souligne le besoin de créer de nouveaux tests pour identifier les patients atteints de cancers cliniquement significatifs en présence d’APS élevé. La détection de vésicules extracellulaires relâchées par les cellules cancéreuses de la prostate (VECPs) dans le sang représente une alternative prometteuse à la biopsie tissulaire. Notre groupe a récemment démontré la présence élevée de VECPs positifs pour PSMA chez les patients avec un cancer de la prostate à risque élevé.

Nous avons donc redoublé nos efforts pour créer un nouveau test ciblant les cancers de la prostate cliniquement significatifs. 

Nous avons mené une étude rétrospective à l’aveugle de VECPs isolées du plasma de 60 patients ayant subi une prostatectomie radicale. En utilisant deux marqueurs spécifiques de la prostate (PSMA et STEAP1) et deux marqueurs tumoraux (GHSR1a et CD151), nous avons quantifié la concentration de VECPs par cytométrie de flux haute résolution et évalué la performance de chaque combinaison de biomarqueurs à l’aide de courbes ROC.

Des niveaux plus élevés de VECPs positifs pour PSMA/STEAP1/GHSR1a sont retrouvés chez les patients avec un cancer cliniquement significatif alors que la concentration de VECPs positifs pour PSMA/STEAP1/CD151 était diminuée chez ses mêmes patients. La combinaison PSMA/STEAP1/GHSR1a révèle une sensibilité de 93% et une spécificité de 69% (AUC=0.87, p=0.005) pour détecter les cancers cliniquement significatifs.

L’énumération de VECPs améliore l’identification de patients avec des cancers cliniquement significatifs. Ce test sanguin de nouvelle génération pourrait éviter les biopsies tissulaires inutiles chez les individus sans cancers ou avec un cancer à faible risque.