Biographie des conférenciers:

 

Lynn Gauthier 

Après son doctorat à York University de Toronto ainsi qu’un postdoctorat à la Princess Margaret Cancer Centre de Toronto dans le Department of Supportive Care en 2016, madame Gauthier a rejoint la Faculté de médecine de l’Université Laval et l'Équipe de Recherche Michel Sarrazin en Oncologie psychosociale et Soins palliatifs (ERMOS). Elle est co-directrice avec Josée Savard de l'Axe 1 du Réseau québécois de recherche en soins palliatifs et de fin de vie (RQSPFV) sur l'optimisation de la qualité de vie de la personne en SPFV. Ses recherches portent sur la douleur et le vieillissement à travers le continuum du cancer, du diagnostic, à travers les traitements et les phases de soins de fin de vie et de suvrivance. Elle va nous présenter un bref portrait des recherches sur la douleur en soins palliatifs et de soins de soutien, puis elle parlera de l’évaluation de la douleur chez les personnes âgées.

 

 

 

 

Diane Tapp

Diane Tapp est professeure à la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval. Elle a obtenu la certification en soins palliatifs décernée par l’Association des infirmières du Canada. Ses travaux de recherche actuels portent sur l’évaluation et les interventions liées au soulagement des symptômes et sur la prise de décision en fin de vie. En plus du RQSPFV, Mme Tapp est membre de divers organismes dont l’Équipe de recherche Michel-Sarrazin en oncologie psychosociale et en soins palliatifs (ERMOS), l’Institut d’éthique appliquée (IDÉA) de l’Université Laval et le Réseau de recherche en interventions infirmières du Québec (RRISIQ).

 

 

Patricia Poulin

Graduée de l’Université de Toronto, Dre. Poulin est psychologue à l’Hôpital d’Ottawa et chercheure associée à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa. Elle est aussi une des principales chercheures du Réseau de douleur chronique (stratégie de recherche axée sur le patient). Ses recherches visent au dévelopement et à l’évaluation d’interventions novatrices pour améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec une douleur chronique, incluant les survivants du cancer. Elle a un intérêt particulier pour l’application de la méditation pleine conscience et a récemment terminé une étude randomisée afin d’évaluer cette approcher auprès de survivantes du cancer du sein vivant avec une douleur neuropathique chronique. Sa présentation porte sur les résultats de cette étude.

 

 

 

 

Bruno Gagnon

Dr Bruno Gagnon est médecin-chercheur spécialisé en soins palliatifs et professeur agrégé au Département de médecine familiale et médecine d'urgence à la Faculté de médecine de l'Université Laval. Ses principaux intérêts de recherche portent sur les services de soins de santé chez les patients avec cancer avancé, la perte cognitive et le délirium, la classification de la douleur reliée au cancer, le rôle de la méthadone dans le traitement de la douleur neuropathique et l'anorexie-cachexie. Ses expertises de recherche incluent les études à partir des banques de données administratives, les essais cliniques et la recherche translationnelle.

 

 

Mark Ware

Dr. Mark Ware est professeur agrégé en médecine familiale et anesthésie à l'Université McGill. Il est directeur de la recherche clinique de l'Unité de gestion de la douleur d'Alan Edwards au Centre de santé universitaire de McGill, co-directeur du Réseau québécois de recherche sur la douleur et directeur général du Consortium canadien à but non lucratif pour l'enquête sur les cannabinoïdes (CCIC). Il est médecin de famille et pratique la médecine de la douleur à l'Hôpital général de Montréal et à la clinique de soins primaires de l'Ouest de l'Île de Montréal.

 

Les principaux intérêts de recherche de Dr Ware sont d'évaluer la sécurité et l'efficacité des médicaments dérivés du cannabis (cannabinoïdes), des études basées sur l'impact de la douleur sur la population et le rôle des thérapies complémentaires dans la douleur et la gestion des symptômes. Ses recherches sont financées par la Société de l'arthrite, la SLA Canada, le Réseau canadien d'essais sur le VIH, le FRSQ, les IRSC et la Fondation Louise et Alan Edwards.

 

Diplômé de l'University of the West Indies (1992), le Dr Ware a travaillé à l'Unité de drepanocytose de MRC à Kingston, Jamaïque, de 1996 à 1998, où il a développé ses intérêts dans la gestion de la douleur et le traitement du cannabis. Il a déménagé à l'Université McGill à Montréal en 1999, et a ensuite obtenu les deux seules subventions fédérales canadiennes pour étudier le cannabis médical. Il a publié plus de 90 articles sur la douleur et le cannabis, six chapitres de livres et ont donné plus de 200 conférences scientifiques à des publics locaux, nationaux et internationaux. Il a été conseiller du gouvernement canadien depuis 2001 sur la politique médicale en matière de cannabis, récemment comme vice-président du groupe de travail fédéral sur la légalisation et la réglementation du cannabis au Canada.

 

 

Philip Jackson

Le professeur Jackson dirige le laboratoire des Neurosciences Cognitives et Sociales à l’Université Laval, ainsi que dans les centres de recherche CIRRIS et CERVO du CIUSSS de la Capitale-Nationale. Grâce à du financement provenant des trois conseils de recherche nationaux, son équipe multi-disciplinaire étudie les bases physiologiques et neurophysiologiques de la cognition sociale, et plus particulièrement de l’empathie dans un contexte de douleur. Leurs travaux se basent sur des technologies de pointe comme l’imagerie cérébrale, la stimulation cérébrale non-invasive, ainsi que la réalité virtuelle.

 

 

Lysanne Daoust

Lysanne Daoust travaille dans le domaine de la pédiatrie comme infirmière depuis 28 ans et spécialisée en soins palliatifs pédiatriques depuis plus de 18 ans. À la suite de sa pratique, elle a développé une préoccupation particulière pour les enfants en soins palliatifs et leur famille, et pour contribuer au développement clinique du rôle des infirmières dans ce contexte. Elle a décidé de poursuivre ses études et de s’inscrire au programme de Master of Nursing afin d’élargir ses connaissances en matière recherche, d’approche de soins et d’intervention familiale. Les soins palliatifs pédiatriques sont complexes et chargés d’émotion. Les infirmières sont appelées à apporter leur contribution et leur vision unique dans la prise en charge de ces enfants, en tenant compte de l’impact global de leur maladie sur l’ensemble de la famille.