À propos des conférenciers

Inscription en ligne

 

Andréanne K. Blanchette

Faculté de médecine, Université Laval

Andréanne K. Blanchette, Ph.D. est physiothérapeute, professeure agrégée du Département de réadaptation de l’Université Laval et chercheuse au CIRRIS (Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale). Après avoir complété son baccalauréat en physiothérapie, Mme Blanchette a obtenu un diplôme de maitrise et de doctorat au programme de médecine expérimentale  (volet réadaptation) de l’Université Laval. Elle a également complété un stage postdoctoral dans le laboratoire de Contrôle sensorimoteur et réadaptation du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain.

 

Ses travaux de recherche ciblent le développement d’approches innovantes de réadaptation pour les individus ayant des limitations physiques à la suite d’une lésion du système nerveux central. Elle est intéressée dans l’utilisation de différentes technologies, telles que la robotique, la réalité virtuelle, les capteurs portables et la stimulation électrique fonctionnelle pour l’évaluation et le traitement des désordres sensorimoteurs. Elle a également pour objectif une meilleure compréhension des mécanismes sous-jacents de la récupération sensorimotrice. 

 


 

Laurent Bouyer

Faculté de médecine, Université Laval

Neurophysiologiste de formation, intéressé à mieux comprendre le contrôle du mouvement humain ainsi que sa capacité d’apprentissage et de rééducation, le professeur Bouyer travaille en étroite collaboration avec les cliniciens et les entreprises afin de développer des outils pour la réadaptation (robotique et logiciels de traitement de données), et la prévention.

 

Il est le chercheur principal des projets : «Développement, implantation et utilisation de technologies portables miniatures pour la prévention», «L'évaluation et le traitement de maladies chroniques en région» et du projet d’introduire, dans le milieu clinique l’un des trois exosquelettes avec stimulation électrique disponibles dans le monde. Il est également, depuis 2016, directeur du Centre Thématique de Recherche en Neurosciences.

 


 

Côme Bouchard

Atlas Médic

Monsieur Bouchard est kinésiologue diplômé de l'Université Laval. Après avoir complété une Maîtrise en Sciences sur les blessures aux genoux, il a travaillé pendant 5 ans comme assistant de recherche, pour le compte du Dr Claude Bouchard, sur le populaire projet HÉRITAGE au Laboratoire des Sciences de l'Activité Physique (LABSAP) de l'Université Laval. 

 

Il a co-fondé Atlas Médic en 2001 après plusieurs années d'expérience en représentation dans le milieu de la santé. Aujourd’hui, Atlas Médic est un leader à l'échelle Canadienne dans la distribution d'équipements et de fournitures médicales et dans l'organisation de formations continues dans le domaine de la réadaptation physique. Avec plus de 25 années d'expérience dans le domaine de la santé, M. Bouchard est un expert-conseil reconnu pour l'évaluation et les recommandations d'équipements de hautes technologies en réadaptation physique.

 


 

Kevin Bouchard

Département d'informatique et de mathématique, UQÀC

Professeur au département d’informatique et de mathématique depuis août 2016, Kévin Bouchard a complété son doctorat en sciences et technologies de l’information en 2014. Il a effectué un postdoctorat en intelligence ambiante pour le support de personnes ayant subi des traumatismes crâniens à l’Université de Sherbrooke avant de faire un bref passage au CASAS de Washington State University. Il a ensuite travaillé comme Project Scientist au Center for SMART Health à l’University of California Los Angeles où il a mené un projet de déploiement technologique d’un système de support à la réadaptation présentement déployé dans plus de 600 appartements à Santa Monica.

 

Il est membre régulier du laboratoire le LIARA et ses intérêts de recherche concernent principalement l’exploitation de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage machine pour le développement de technologies pour la santé. Il a, entre autre, appliqué son expertise aux jeux sérieux, à la détection automatique de phénotypes liés aux maladies rare dans les articles scientifiques, à la reconnaissance d’activités à partir d’informations spatiales qualitatives (radars UWB, RFID) et à l’élaboration de systèmes d’aide à la décision pour diverses clientèles.

 


 

Philippe Després

Faculté des sciences et de génie, Université Laval

Philippe Després est professeur agrégé au Département de physique, de génie physique et d’optique de l’Université Laval. Il est également membre du Centre de recherche sur le cancer de l’Université Laval, ainsi que physicien médical au CHU de Québec - Université Laval et chercheur régulier de son Centre de recherche.

 

Après une maîtrise à l’Université Laval (2000, Physique) et un doctorat à l’Université de Montréal (2005, Physique), il a réalisé un stage postdoctoral (2005-2007) à University of California, San Francisco dans le domaine du génie biomédical et de l’imagerie moléculaire. Ses projets de recherche portent sur les aspects matériels et logiciels de l’imagerie médicale, notamment sur la reconstruction tomographique. Il a été un pionnier du calcul informatique de pointe sur processeurs graphiques (GPU), menant au développement d’applications innovantes en physique médicale, notamment un code de transport radiatif Monte Carlo ultra-rapide basé sur GPU (GPUMCD). Il s’intéresse aussi à la valorisation des données dans le milieu médical, en particulier aux infrastructures, aux normes et aux bonnes pratiques (incluant les principes FAIR) nécessaires à l’exploitation responsable de l’information clinique.  À ce titre, il agit comme responsable des données massives en science de la santé au Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval, et comme conseiller en architecture des données pour le projet PULSAR à l’Université Laval.

 

Il est aussi le directeur adjoint du Centre de recherche en données massives de l’Université Laval ainsi que le co-responsable de l’axe Santé durable de l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique. 

 


 

Bernard G. Dionne

Philips Canada

Bernard est chef des projets de grande envergure chez Philips Canada depuis Mars 2017. Il est responsable de l'élaboration, de la mise en œuvre et du suivi de la stratégie de développement des affaires de Philips pour les grands projets et les partenariats stratégiques à long terme au Canada. 

 

Avant de se joindre à Philips, Bernard a œuvré pendant 15 ans dans le système de santé publique au Québec et en Ontario dans divers rôles de gestion de la technologie médicale et des infrastructures. Diplômé de l'École Polytechnique où il a obtenu une maîtrise en génie biomédical, Bernard a perfectionné sa formation universitaire avec un MBA de McGill tout en assumant rapidement des responsabilités croissantes en administration hospitalière.

 

Bernard a rejoint Philips en 2005 en tant que Directeur des affaires Stratégiques, se concentrant sur le développement et la gestion en continue d'alliances stratégiques complexes avec des organisations de prestation de soins de santé principalement au Québec et en Ontario. De 2014 à 2017, il a assumé la direction de l'équipe des ventes au Québec, supervisant l'équipe de gestion de comptes pour l'ensemble du portefeuille Philips Santé.

 


 

Harold Dumur

OVA

Harold Dumur a développé une expertise en gestion du développement d’environnements immersifs, soit la réalité virtuelle et augmentée. En 2011, il reçoit son baccalauréat en génie industriel de l’Université Laval avec mention pour son implication étudiante. Lors de cette graduation, il reçoit la bourse SNC-Lavalin pour le meilleur projet de génie. Il est membre en règle de l’Ordre des Ingénieurs du Québec. Il a obtenu sa Certification Six Sigma Green Belt de l’Université McGill en novembre 2012.

 

En 2014, il fonde la compagnie OVA qui développe des produits liés à la réalité virtuelle et à l'intelligence artificielle. Dès 2015, sa compagnie est sélectionnée par l’Accélérateur universitaire et bancaire HEC-Banque nationale. Il remporte aussi le prix de la meilleure « startup » au sommet des jeunes entrepreneurs du G20 à Pékin en 2016. En 2017, il a présenté sa plateforme StellarX au Consumer Electronic Show de Las Vegas et au South by Southwest de Austin au Texas. Toujours en 2017, OVA est sélectionnée parmi le 3 % des meilleurs startups au monde de réalité virtuelle selon HTC-Vive 2017.

 


 

Flavie Lavoie-Cardinal

Faculté de médecine, Université Laval

Flavie Lavoie-Cardinal a obtenu son baccalauréat, sa maitrise et son doctorat en chimie de l'Université de Siegen en Allemagne. Elle a ensuite fait un Postdoctorat (entre 2011 et 2014) en Biophysique dans le laboratoire du Prof. Stefan W. Hell (prix Nobel de Chimie en 2014) sur le développement de la microscopie de super-résolution. Elle a fait un deuxième stage postdoctoral dans le laboratoire du Prof. Paul De Koninck en Biophotonique entre 2014 et 2017 sur l'application de la super-résolution aux neurosciences cellulaires et moléculaires. Elle a ensuite été chercheure indépendante au centre CERVO et Prof. associée au département de Physique, Génique Physique et Optique de l'Université Laval.

 

Mme Cardinal mis sur pied un programme de recherche qui utilise et développe l'apprentissage automatique et l'apprentissage profond pour la microscopie. Mes projets portent d'une part sur l'amélioration des performances des techniques de microscopie et d'autre part sur le développement de techniques d'analyse quantitatives des images obtenues. 

 


 

Christian Gagné

Institut intelligence et données (IID) de l'Université Laval

Christian Gagné est professeur au département de génie électrique et de génie informatique de l’Université Laval depuis 2008. Il est le directeur scientifique de l’Institut intelligence et données (IID) de l’Université Laval.

Il a complété un doctorat en génie électrique (Université Laval) en 2005 pour ensuite effectuer un stage postdoctoral conjointement à l’INRIA Saclay (France) et l’Université de Lausanne (Suisse) en 2005-2006. Il a œuvré comme associé de recherche en milieu industriel entre 2006 et 2008. Il est membre du comité exécutif de l’ACM Special Interest Group on Evolutionary Computation (SIGEVO) depuis 2017.

 

Ses intérêts de recherche portent sur l’élaboration de méthodes pour l’apprentissage machine et l’optimisation stochastique. En particulier, il s’intéresse aux réseaux de neurones profonds, à l’apprentissage et au transfert de représentations, au méta-apprentissage ainsi qu’à l’apprentissage multitâche. Il s’intéresse également aux approches d’optimisation basées sur des modèles probabilistes ainsi qu’aux algorithmes évolutionnaires, entres autres pour l’optimisation boîte noire et la programmation automatique. Une part importante de ses travaux porte également sur la mise en pratique de ces techniques dans des domaines comme la vision numérique, la microscopie, la santé, l’énergie et les transports.

 


 

Pierre Grenier

Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS)

Après une fructueuse carrière en vente et installation d’équipements scientifiques pendant laquelle il s’est familiarisé avec les enjeux  des entreprises manufacturières, des centres de recherche et des laboratoires publics et privés, Pierre a décidé de se spécialiser en valorisation technologique. Il été responsable d’un programme d’adaptation technologique au sein d’un important centre de recherche en haute technologique et a œuvré en tant que directeur de créneau ACCORD optique-photonique de Québec. Parmi ses récentes réalisations, notons-la mise sur pied du Cercle de l'Industrie Optique-Photonique et la création de nombreux consortiums industriels ayant comme objectif le co développement de produits pour les marchés applicatifs de l'optique - photonique (mines, défense et sécurité, automatisation, pisciculture et villes intelligentes). C’est plus de 10 millions de retombées économiques directes qui ont été générées par les activités du Cercle de l’Industrie Optique-Photonique.

 

Après avoir rédigé le plan d’affaires du Pôle d’excellence en optique-photonique du Québec, Optonique,  Pierre s’est joint, en 2017, au  Centre Interdisciplinaire de Recherche en Réadaptation et Intégration Sociale du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

 


 

Philip Jackson

École de psychologie, Université Laval

Philip Jackson est professeur titulaire à l’École de psychologie de l’Université Laval, chercheur aux centres CIRRIS et CERVO et membre du Collège des nouveaux chercheurs et créateurs de la société Royale du Canada.

 

Après des stages postdoctoraux en neurosciences cognitives à la University of Washington et à l’Université de Montréal, le Dr. Jackson est nommé, en 2005, professeur adjoint sous octroi à l’École de psychologie, professeur agrégé en 2010 et professeur titulaire en 2014. Neuropsychologue et spécialiste de l’imagerie cérébrale, il effectue ses travaux au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS), au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (CRIUSMQ), ainsi que sur le campus de l’Université Laval.

 

Les travaux de son équipe se basent sur diverses méthodes telles l’imagerie cérébrale, la neurostimulation non-invasive et la réalité virtuelle, pour étudier les marqueurs physiologiques et neurophysiologiques de la cognition sociale ainsi que les facteurs pouvant moduler l’empathie humaine. Les plus récents développements de son laboratoire portent sur la recherche de marqueurs neurophysiologiques lors d’interaction humain-machine, notamment pendant des jeux vidéo et avec des avatars exprimant des émotions.

 


 

Bradford McFayden

Faculté de médecine, Université Laval

Bradford J. McFadyen, PhD est professeur titulaire au Département de réadaptation à l'Université Laval à Québec, Canada, et chercheur du Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS). Il siège également au conseil universitaire de l'Université Laval et comme ancien président au conseil d’administration de « l'International Society for Posture and Gait Research ». 

 

Son programme de recherche est axé sur le développement des connaissances fondamentales du contrôle locomoteur et de la mobilité par rapport aux facteurs environnementaux ainsi que leurs applications vers le développement de nouvelles technologies (p. ex., la réalité virtuelle) comme outils d’évaluation de la mobilité chez des populations saines et pathologiques, en particulier celles avec lésions cérébrales acquises. Sa recherche est soutenue par différents organismes de financement fédéraux et provinciaux et a donné lieu à plus de 100 publications dans des revues à comité de lecture.