Diviser pour mieux régner. Un retour en force?

58Congrès annuel de la Société québécoise de science politique

 

Cette vieille maxime de Philippe II semble revenir en force. La division s’exprime autant dans les discours politiques que dans les mobilisations citoyennes parfois segmentées par des intérêts privé ou corporatiste. Certes, l’ère digitale a démocratisé l’information et permis une connectivité citoyenne inégalée mais elle a aussi généré une identité numérique qui fragilise les collectivités. Aujourd’hui, le public est bombardé d’informations qui l’incitent à faire des choix aux incidences politiques dans le confort mais aussi l’isolement derrière son écran cathodique. L’implication citoyenne réelle prend aussi de nouvelles formes. L’apport numérique a permis de mobiliser la société civile au sein de campagnes mondiale ou locale tout en offrant aux gouvernements, aux acteurs du secteur privé et aux groupes extrémistes, des moyens accrus pour segmenter la collectivité et multiplierles silos politiques. Qu’elle soit sociale, culturelle, citoyenne ou identitaire, la division opère-t-elle un retour en politique ? La polarisation est-elle plus intense ou simplement plus audible ? Sommes-nous plus divisés que jamais ?

 

Au niveau international, les enjeux nécessitant une action concertée font face aux revendications de souveraineté nationale et à la résurgence des frontières de toutes sortes en guise de protection des intérêts domestiques, que ce soit en termes commercial et économique, migratoire, identitaire et culturel. La lutte contre les changements climatiques et les enjeux migratoires en sont certes des illustrations criantes en ce moment, mais ce ne sont pas les seules.  De plus, les campagnes électorales de plusieurs pays sont de plus en plus affectées par des non-résidents. La guerre numérique n’est plus une fiction. L’ingérence étrangère, par la fabrication de la division ou par l’espionnage industriel, peut miner leur défense nationale et leur cohésion sociale.

 

Au niveau national, la montée des campagnes populistes s’appuie fortement sur les clivages internes à nos sociétés. Clivages identitaires, accompagnant les enjeux de l’immigration, clivages marqués par les inégalités économiques qui se creusent, clivages idéologiques quant aux attentes face aux gouvernements dans la régulation sociale face aux défis de demain. À l’aube d’une plus grande application de l’intelligence artificielle, les États sont forcés de s’ajuster aux nouvelles « réalités numériques ». Médias sociaux, fausses nouvelles et profilage numérique sont de nouveaux outils qui permettent un meilleur clientélisme électoral certes, mais aussi une plus grande manipulation de l’opinion axée sur la division.

 

Devant tant de bouleversements et de nouveaux défis de la gouvernance, le congrès de la SQSP s’interroge sur la division politique qui semble plus intense depuis l’ère numérique. Nous nous intéressons également aux résistances de la division par la société civile, les mouvements politiques et les organisations internationales. Voici une liste non exhaustive de sujets potentiels:

 

  • Administration publique et société pluraliste
  • Négociations commerciales
  • Groupe de pressions
  • Ententes stratégiques
  • Marginalisation sociale
  • Modes de scrutin
  • Profilage numérique et cyber sécurité
  • Immigration et inclusion/exclusion
  • Changements climatiques
  • Pauvreté
  • Discrimination en tous genres
  • Clivages politiques

 

Le Congrès annuel de la SQSP se tiendra du 20 au 22 mai 2020 à l’Université de Sherbrooke. Les chercheur-e-s de tous les domaines de la science politique ou de disciplines connexes interpellé-e-s par ces questions sont cordialement invité-e-s à s’inscrire à l’événement. 

 

Vous avez le choix de plusieurs formats de présentations :

  • Ateliers (plusieurs panels)
  • Panels (3 ou 4 communications par panel)
  • Table-Ronde
  • Communications libres
  • Affiches/posters
  • Ma thèse en 180 secondes
  • Activités artistiques : performance, projection de film, exposition

 

Prochaines dates importantes

  • 8 décembre 2019 : date limite pour l’envoi des propositions d’ateliers, de panels ou de table-rondes (qui pourront donner lieu à un appel à communications si nécessaire) via la plateforme de FourWaves.
  • 31 janvier 2020 : date limite pour l’envoi des propositions d’affiches, de communications libres, et de la composition finale des ateliers, panels et table-rondes.
  • 3 avril 2020 : dernière journée pour bénéficier du tarif réduit pour les inscriptions au Congrès #SQSP2020
  • 4 avril au 19 mai 2020 : début des inscriptions tardives pour le Congrès #SQSP2020*
  • 20-22 mai 2020: Congrès annuel de la SQSP à l’Université de Sherbrooke

 

*Veuillez noter qu'il ne sera pas possible de s'inscrire sur place, mais uniquement via la plateforme FourWaves.

 

Pour toute information supplémentaire, veuillez nous écrire à l’adresse suivante : sqsp@uqam.ca  

 

 

20-22 mai 2020

Université de Sherbrooke - Campus principal
2500 Boulevard de l'Université
Sherbrooke, Québec
Canada, J1K 2R1

Période de soumission
Atelier
1 octobre, 2019 08:00 EDT au 8 décembre, 2019 23:45 EST
Panel
1 octobre, 2019 08:00 EDT au 8 décembre, 2019 23:45 EST
Table-ronde
1 octobre, 2019 08:00 EDT au 8 décembre, 2019 23:45 EST
Communiquez avec les organisateurs
sqsp@uqam.ca

Partenaires