À la découverte de nouveaux biomarqueurs associés aux cancers cérébraux humains.
Hoang Dong Nguyen
Attirer et éliminer dans un piège les cellules tumorales infiltrées dans le cerveau
Benoit Paquette
Bureau actif intelligent pour prévenir les inconforts musculo-squelettiques (IMS) reliés à l’utilisation de poste de travail informatique
Patrick Boissy
Comment développer un robot de téléprésence créateur de valeur qui répond pleinement aux besoins des parties prenantes du système de santé
Zahya Idrissi
Conception d'un système de fixation de moniteurs intra-crâniens invasifs
Audrey-Anne Ally
Cranioplastie dynamique à lames
Simon Lapointe
Création de e-portfolios en soutien à l’intégration communautaire d’aînés ayant des incapacités
Janie Gobeil
Des nouvelles cibles thérapeutiques permettant de déstabiliser la latence du VIH
Mikaël Poirier
Développement et évaluation d’une formation multi-paliers en matière de sexualité périnatale : pour une meilleure éducation sexopérinatale des étudiants, des professionnels et des paraprofessionnels de la santé en périnatalité ainsi que des futurs et nouveaux couples parentaux
Catherine de Pierrepont
Essai clinique randomisé multicentrique évaluant le programme Ferti-Santé chez les femmes obèses et infertiles
Jean-Patrice Baillargeon
Étude des marqueurs psychophysiologiques des mécanismes endogènes de modulation de la douleur – Application dans la prise en soins des patients atteints de douleurs chroniques
Vincenot Matthieu
Highly Efficient Conjugative delivery of CRISPR-Cas9 enables precise Microbiome Editing
Nancy Allard
Impact de champs électromagnétiques de basse fréquence sur les bactéries : une approche innovante
Eric Frost
Intracellular Drug Targets – Next-Generation Precision Therapeutics
Leyton Jeffrey
La nature, la beauté de l'art et les émotions
Jacinthe Comeau
La TEP au 4FMFES: une imagerie de pointe pour le cancer du sein
Michel Paquette
La Tricotherapie a l'hopital !
Valerie Lannoy
Les points gâchettes : Ennemis méconnus ou simplement oubliés
Laramée A
L’utilisation du microbiome intestinal pour la prédiction de lésions cancéreuses colorectales
Thierry Chenard
MÉDICAMENTS SUPRAMOLÉCULAIRES pour MALADIES “SUPRAMOLÉCULAIRES”
Yves Dory
MIEUX ALIMENTER LE CERVEAU EN ÉNERGIE POUR L’AIDER À MIEUX FONCTIONNER : PROPOSITION D’UNE NOUVELLE STRATÉGIE MULTIMODALE DANS LE CADRE DE TROUBLES NEUROCOGNITIFS MAJEURS
Christian-Alexandre CASTELLANO
Nouvelle technologie de liaison anticorps-médicament afin de permettre la livraison des médicaments aux cellules cancéreuses.
Simon Beaudoin
Paraturn
Thomas Grégoire
Pragmathèque : la plateforme d'amélioration de la pratique professionnelle pour la santé mentale et comportementale
Jean-Daniel Carrier
Programme de stage en génie biomédical du Fonds Famille-Jean-Morin
Christian Iorio-Morin
Projet de modernisation et d’accessibilité au traitement pour les dépendances
Francois Jacques
Rupture avec l’âgisme: co-construction d’un plan d’action intersectoriel favorisant une santé, une valorisation et une participation sociale accrue des Québécois vieillissants
Marika Lussier-Therrien
Toward novel unobtrusive mat sensor as a channel for providing parameters for the detection of obstructive sleep apnea.
Ibrahim Sadek
Un robot pour aider au diagnostic du trouble du spectre de l’autisme?
Marilyn Gagnon
Unobtrusive ambient sensors for long-term behavior change detection towards an enhanced medical intervention for seniors.
Gabriel Astudillo
Utilisation de l'imagerie moléculaire triple traceur et de la radiothérapie ciblée pour Optimiser les soins des patients atteints du cancer de la prostate métastatique
Brigitte Guérin
Utiliser la stimulation transcrânienne par courant direct pour soulager la douleur chronique : une approche efficace en contexte clinique?
Amélie Boucher

À la découverte de nouveaux biomarqueurs associés aux cancers cérébraux humains.


Hoang Dong Nguyen1, Andréa Allaire1, Michelle Scott2, Maxime Richer3
1Université de Sherbrooke 2Université de Sherbrooke 3Université de Sherbrooke

La classification des tumeurs du cerveau en grades de malignité est un facteur important pour l’orientation du patient vers une prise en charge thérapeutique personnalisée. Les cancers cérébraux de bas grade, tels que les astrocytomes pilocytaires, sont généralement associés à un meilleur pronostic. À l’inverse, des patients ayant un cancer de haut grade (comme les glioblastomes), reçoivent généralement un mauvais pronostic et sont orientés vers des traitements plus agressifs tels que la radiothérapie et/ou la chimiothérapie. Cette classification en grade est déterminée grâce à des analyses histologiques biopsies souvent complémentées par l’analyse de marqueurs moléculaires pour une estimation plus fiable de l‘agressivité du cancer.

 

Le but de cette étude est de déterminer de nouveaux biomarqueurs moléculaires et signatures géniques associés spécifiquement aux cancers cérébraux de type gliome IDH wild-type. Des analyses bioinformatiques de l’expression différentielle des gènes et de la variation du nombre de copies, entre les gliomes IDH wild-type de mauvais pronostics et ceux de meilleurs pronostics, ont permis d’identifier des signatures moléculaires et géniques propres à chacun des groupes : les aberrations chromosomiques retrouvées dans les gliomes IDH wild-type de mauvais pronostic sont très hétérogènes et touchent un plus grand nombre de chromosomes alors que ceux de meilleurs pronostics possèdent généralement des altérations chromosomiques seulement associées aux chromosomes 7 et 9. 1578 gènes, ayant une expression significativement différentielle chez les deux groupes, ont été découverts. Ceux-ci sont impliqués dans les voies métaboliques plus ou moins spécifiques au cerveau.

Des méthodes, issues du domaine de l’apprentissage automatisé, ont été utilisées sur les données d’expression des gènes différentiellement exprimés pour une recherche de nouvelles signatures géniques. Un algorithme de forêt aléatoire a permis l’extraction d’informations pertinentes décrivant le mieux la séparation des différents types de tumeurs. Un modèle de "K plus proches voisins” a été utilisé pour la recherche de signatures potentielles de trois gènes permettant une classification fiable de la nature pronostique du cancer. Quarante-cinq signatures ayant une forte capacité de classification ont été trouvées et permettront d’identifier, via des analyses par exclusion, les potentiels individus atteints d’un gliome IDH wild-type de meilleurs pronostics.

 

Des signatures géniques ont été identifiées ayant un fort pouvoir de classification pour une stratification fiable de la malignité du gliome IDH wild-type. De nouvelles cohortes de patients touchés par un gliome IDH wild-type pourraient être utilisées pour la validation de ces signatures.

Attirer et éliminer dans un piège les cellules tumorales infiltrées dans le cerveau


Benoit Paquette1, Nathalie Faucheux1, Marc-Antoine Lauzon1, Bernard Marcos1, Nick Virgilio2
1Université de Sherbrooke 2École Polytechnique de Montréal

Les cellules cancéreuses qui quittent une tumeur pour ensuite s'infiltrer dans le cerveau sont la principale cause d'échec des traitements. Ces cellules cancéreuses ne peuvent pas être retirées chirurgicalement et elles sont protégées de la chimiothérapie par la barrière étanche des vaisseaux sanguins cérébraux. De plus, la dose administrée en radiothérapie est limitée par la faible tolérance des cellules cérébrales saines. Ainsi, en raison du manque d'efficacité des traitements conventionnels, moins de 5% des patients atteints de glioblastome survivent au-delà de 5 ans. Notre équipe interdisciplinaire a pour objectif de développer un nouveau traitement qui améliorera la capacité des radiations à éliminer ces cellules cancéreuses, tout en préservant les tissus cérébraux sains. Pour atteindre cet objectif, nous développons un piège qui libérera un chimioattractant afin d'y attirer les cellules cancéreuses. Une fois accumulées dans le piège, les cellules cancéreuses seront éliminées par radiothérapie stéréotaxique. Cette technique d’irradiation permet de concentrer la dose de rayonnement dans le piège et de limiter ainsi l'exposition au tissu cérébral sain. Notre nouvelle stratégie thérapeutique éliminera davantage de cellules cancéreuses, tout en réduisant considérablement le risque d'effets secondaires sur le cerveau sain, ce qui améliorera à la fois la qualité et l'espérance de vie des patients.

Bureau actif intelligent pour prévenir les inconforts musculo-squelettiques (IMS) reliés à l’utilisation de poste de travail informatique


Patrick Boissy1,2, Mathieu Hamel1, Guillaume Léonard1,3, Michel Tousignant1,3, Marie-Ève Major4, Simon Laprise5, Marie-Hélène Dion5, André Jalbert5
1Centre de recherche sur le vieillissement, CIUSSS Estrie CHUS 2Service d'orthopédie, département de chirurgie, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke 3École de réadaptation, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke 4Faculté des sciences de l'activité physique, Université de Sherbrooke 5CIUSSS Estrie CHUS

Les comportements sédentaires sont de plus en plus importants au sein de nos habitudes de vie.

Cette augmentation de la sédentarité se reflète aussi dans le monde du travail, notamment dans les catégories d’emplois avec un fort usage de l’ordinateur, où des périodes assises prolongées seraient liées au développement d’inconforts et ultimement de troubles musculo-squelettiques (TMS) comme les lombalgies, cervicalgies, tendinopathies du membre supérieur. Au cours des 10 dernières années, des efforts ont été entrepris pour réduire le temps sédentaire occupationnel par le biais de diverses interventions dont l’usage de bureaux actifs. Plusieurs catégories de bureaux actifs existent. La plus utilisée, les stations assis-debout (« sit-stand desk » - SSD) permettent à l’usager de s’asseoir pendant un moment, puis, d’élever l’espace de travail pour travailler en position debout. L’innovation proposée est 1) constituée d’un bureau actif de type SSD, motorisé et instrumenté avec des capteurs reliés à un ordinateur qui permet en temps réel à partir d’un programme d’acquisition et de contrôle, la mesure du temps d’utilisation du poste de travail informatique et la position du SSD; 2) un logiciel qui traite ces données et qui, selon un algorithme de décision basé sur des paramètres d’utilisation programmés selon des objectifs formulés pour l’intervention, change la hauteur du poste de travail pour induire un changement de posture pour une durée qui correspond aux objectifs prescrits selon des préférences des individus, l’activité de travail et des normes acceptées dans les écrits scientifiques;  3) le transfert et la synthèse de ces données d’utilisation à un professionnel qui fait un suivi avec les participants pour ajuster les objectifs d’utilisation et donner des conseils et recommandations. L’innovation est issue de travaux de recherche réalisés au centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l'Estrie-CHUS avec le financement de la Fondation Vitea et une équipe de recherche interdisciplinaire. L’innovation est à un niveau de maturité de niveau 7 (prototype prêt pour la démonstration dans un environnement opérationnel approprié). Une étude pilote de déploiement est présentement en cours afin de consolider, tester et optimiser la preuve de concept technologique réalisée et démontrer sa robustesse et son acceptabilité auprès d’usagers pour une utilisation dans une étude à plus grande échelle dans le cadre de recherches partenariales. 

Comment développer un robot de téléprésence créateur de valeur qui répond pleinement aux besoins des parties prenantes du système de santé


Johanne Queenton1, Zahya Idrissi1
1Université de Sherbrooke

Les réalités géographiques des populations rurales, les contraintes financières, le vieillissement de la population et la pénurie de main-d’œuvre représentent les facteurs qui sont la cause du manque de performance du système de soins de santé du Canada et notamment celui du Québec (Santé Canada, 2018). Les conséquences engendrées sont une qualité de vie moindre des aînés et un engorgement des établissements de santé, d’où la nécessité de réorganiser le système en examinant de nouvelles approches en matière de prestation de services (Michaud et al., 2007). Innover en utilisant la télésanté est une solution permettant de pallier ces facteurs et de répondre aux besoins croissants en matière d’impératif démographique. En effet, un des leviers de performance adoptés par le secteur public est l’innovation (Fernandez et Rainey, 2006). C’est ce que le réseau AGE WELL a fait en élaborant un robot mobile d'assistance télé-opéré pour l’offre de services de télésanté à domicile, puisque c’est une solution qui mérite d'être étudiée (Katevas et al. 2003). Ce robot permettra des économies en termes de temps, d’efforts et d’argent autant pour les usagers finaux que pour les professionnels de la santé qui n’auront plus besoin de quitter leur domicile. Des services de soins à domicile seront fournis grâce à l’utilisation d’une combinaison de technologies intégrées à un produit simple d’utilisation, accessible à la population et à moindre coût. Toutefois, nous savons que nombreuses sont les innovations, mais rares sont leurs utilisations. En effet, si les usagers finaux ainsi que les professionnels de la santé n’utilisent pas ce nouveau produit, cette solution ne verra jamais le jour. Les enjeux comme l’adoption, l’acceptation ou encore la commercialisation sont multiples et doivent être considérés. C’est pourquoi nous cherchons à comprendre comment amener cette innovation sur le marché afin qu’elle soit adoptée par le plus grand nombre.

Conception d'un système de fixation de moniteurs intra-crâniens invasifs


Audrey-Anne Ally1
1Université de Sherbrooke

La Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS), en collaboration avec la Faculté de génie et le Fonds Famille-Jean-Morin lancent un nouveau programme de stage en génie biomédical au sein du service de neurochirurgie du Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke.

Le service de neurochirurgie est une division du département de chirurgie de la FMSS spécialisé dans le traitement chirurgical des maladies neurologiques du cerveau, de la moelle épinière, de la colonne vertébrale et des nerfs périphériques. Le service effectue annuellement environ 600 chirurgies, 300 radiochirurgies et 250 procédures endovasculaires. L'ensemble de ces interventions implique l'utilisation de technologies avancées incluant de l'imagerie intra-opératoire, de la navigation stéréotaxique et de multiples instruments chirurgicaux électriques.

Plusieurs pathologies nécessitent des développements technologiques pour lesquels l'apport d'ingénieurs et d'étudiants en génie est nécessaire. 

 

Dans le cadre du premier stage du programme, une problématique importante a été adressée : la fixation de moniteurs intra-crâniens invasifs. Les patients avec atteinte neurologique sévère hospitalisés aux soins intensifs (trauma crâniens, AVC, hémorragie cérébrale, méningite, etc.) nécessitent l’installation de capteurs invasifs (drains, pression intracrânienne, oxygénation cérébrale, flot cérébral, etc.) qui sont actuellement fixés au crâne à l’aide de points de sutures cutanés. Cette technique d’installation nécessite une longue incision et rend les moniteurs à risque de se déplacer si le patient ou le personnel mettent accidentellement les fils sous tension.

 

Le projet vise à concevoir un instrument permettant de fixer plus solidement un drain ventriculaire externe (DVE), un capteur de pression intracrânienne et un capteur de la pression partielle d’oxygène cérébrale. Cet instrument devra être compatible avec l’imagerie par résonance magnétique et être radio-transparent. L’instrument devra être stérilisable et réutilisable. L’installation ne doit nécessiter qu’une seule incision cutanée et crânienne et le système doit être étanche pour limiter le risque d’infection. Entre les mois de janvier et avril, les prototypes de l’instrument ont été soumis à plusieurs rondes de discussion auprès des neurochirurgiens du CHUS, puis testés sur des modèles de crânes en plâtre, puis des cadavres. L'objectif pour les quatre prochains mois est de poursuivre les tests cadavériques afin de finaliser le "design" et valider tous les requis. De plus, un plan de match pour la certification de l'instrument sera élaboré, pour enfin entamer l'étude clinique.

Cranioplastie dynamique à lames


Simon Lapointe1, Charles Touchette1, Khaled Effendi1, Christian Iorio-Morin1
1Service de neurochirurgie, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke

Contexte

 

La cranioplastie est une chirurgie dans laquelle une portion du crâne est retirée dans le but d’augmenter l’espace intra-crânien. Cette procédure est généralement réalisée en urgence afin de sauver la vie de patients souffrant d’hémorragie ou d’œdème cérébral importants. La cranioplastie est associée à plusieurs inconvénients, notamment la nécessité d’une deuxième chirurgie pour remettre les volets osseux retirés lorsque l’évènement aigü est résolu, ainsi qu’au risque associé d’infection et de déhiscence de plaie.

 

 

Objectif

 

L’objectif de ce projet est de concevoir un implant permanent qui permettrait d’obtenir une expansion de la voute crânienne équivalente à celle obtenue lors d’une craniectomie décompressive, tout en offrant un support structural esthétique et protecteur pour le cerveau éliminant la nécessité d’une remise subséquente du volet crânien.

 

 

Méthodes

 

Une liste des requis et la spécification du produit seront rédigés suite à des rencontres avec toutes les parties prenantes, incluant les neurochirurgiens, l’équipe de stérilisation et le personnel infirmier du bloc opératoire du CHUS. Différents concepts seront proposés et améliorés suite à un processus itératif de prototypage. Des tests cadavériques seront finalement effectués afin de vérifier la performance du système conçu.

 

 

Résultats

 

Le premier prototype public de ce projet sera présenté lors de la conférence.

 

 

Conclusion

 

Nous proposons la première solution de cranioplastie dynamique à lames, qui permettra d’obtenir une décompression chirurgicale sans nécessiter de seconde intervention une fois l’épisode aigü terminé. Une étude clinique sera nécessaire pour démontrer l’efficacité de cette stratégie dans un contexte réel.

Création de e-portfolios en soutien à l’intégration communautaire d’aînés ayant des incapacités


Janie Gobeil1,2, Mélanie Levasseur1,2
1Université de Sherbrooke 2Centre de recherche sur le vieillissement

La vie à un âge avancé comporte son lot de nouveaux défis, notamment la survenue d’incapacités fonctionnelles pour plusieurs aînés. Dans ce contexte, certains aînés ont plus de difficulté que d’autres à surmonter les obstacles de leur environnement et ils sont limités dans la réalisation d’activités sociales porteuses de sens, essentielles à la santé.

 

Afin de trouver des moyens innovants de favoriser l’intégration communautaire des aînés ayant des incapacités, une « idée folle » serait de développer un portail de création de e-portfolios. Généralement utilisé comme outil pédagogique, le portfolio ou sa version électronique (e) se caractérise par une collection signifiante de productions qui témoignent des efforts, des progrès et des accomplissements d’une personne dans une ou plusieurs sphères de sa vie. À notre connaissance, il n’existe pas de portfolios en soutien à l’intégration communautaire d’aînés ayant des incapacités.

 

Or, le e-portfolio s’intégrerait très bien à l’Accompagnement-citoyen personnalisé d’intégration communautaire (APIC). Ayant pour but de favoriser l’engagement dans des activités sociales et de loisirs significatives, l’APIC est un programme individualisé impliquant un jumelage entre un aîné ayant des incapacités et un accompagnateur-citoyen bénévole. Durant 12 mois, la dyade se rencontre hebdomadairement au domicile de l’aîné ou ailleurs dans la communauté. Le rôle de l’accompagnateur est de stimuler l’aîné afin de renforcer son pouvoir d’agir et de surmonter les obstacles à son intégration communautaire en l’aidant à découvrir ses ressources personnelles et environnementales.

 

Avec le soutien de l’équipe de recherche et de l’accompagnateur, la création d’un e-portfolio personnalisé, regroupant des réflexions, des photos, des ressources ou toute autre production significative pour l’aîné, aurait de multiples bénéfices. En plus d’engager l’aîné cognitivement à travers un processus réflexif sur lui-même et de favoriser sa motivation, un e-portfolio pourrait témoigner du progrès fait par l’aîné et servir d’outil de communication pour la famille, les intervenants et les organismes communautaires lui apportant de l’aide. Par exemple, le e-portfolio pourrait documenter les intérêts de l’aîné, ses objectifs, ses forces et ses faiblesses, les stratégies travaillées et ses préférences. Enfin, la création du e-portfolio limiterait les désagréments en cas de changement d’accompagnateur et aiderait à faire perdurer l’intégration communautaire de l’aîné, une fois l’accompagnement terminé.

 

En termes de retombées plus larges, le portail du e-portfolio pourrait être ensuite accessible aux organismes communautaires désirant faire des suivis individuels et des activités de groupe dans lesquelles les aînés réaliseraient, avec l’aide de pairs mentors, leur portfolio afin de favoriser leur développement personnel et la poursuite de leurs objectifs de vie.

Des nouvelles cibles thérapeutiques permettant de déstabiliser la latence du VIH


Mikaël Poirier1, Aurélie DELANNOY1, Emmanuelle Wilhelm2, Brendan Bell1
1Université de Sherbrooke 2OSE Immuno Therapeutics, Nante, France

Malgré l’énorme progrès réalisé ces dernières années, la pandémie causée par le virus du VIH reste hors de portée d’une guérison définitive. Cela est dû à la capacité du VIH à échapper aux mécanismes du système immunitaire et des médicaments en entrant en latence tôt dans le processus de pathogenèse. Cela permet la création de réservoirs latents dans l’organisme hôte et constitue l’obstacle majeur qui empêche la découverte d’un médicament qui permettrait de guérir du virus, ce qui donne une priorité à découvrir et comprendre les mécanismes moléculaires qui régit et contrôle la latence virale.

Notre laboratoire a découvert des motifs d’ADN CTGC proches de la boîte TATA dans le promoteur de base viral qui permet l’assemblage d’un complexe de préinitiation du VIH (PICH). Nous avons baptisé cette région TASHET pour TATA box and Adjacent Sequences of HIV Essential for Tat trans-activation, car l’architecture spécifique est essentielle pour activer fortement l’élongation grâce à la protéine Tat. Ce mécanisme au niveau moléculaire est la clé permettant d’ouvrir la porte à des stratégies thérapeutiques telles que les thérapies de réactivation et de purge du virus ou de la latence profonde permettant d’inactiver de manière définitive le virus.

Notre dissection protéomique des protéines (PICHs) de la cellule hôte qui lient TASHET a révélé une série de protéine qui contrôle la latence du VIH. De plus, plusieurs PICH présentent des propriétés (par exemple activités kinase ou acétylase) permettant de les cibler de manière pharmacologique. Nous avons récemment démontré que des petites molécules ciblant PICH-115 ou PICH-165 peuvent bloquer ou réactiver les réservoirs du VIH latent de façon sélective. Nos nouvelles cibles PICHs sont donc des nouveaux espoirs pour réprimer de façon définitive ou réactiver pour détruire le VIH latent et enfin développer une guérison contre ce pathogène évasif.

Développement et évaluation d’une formation multi-paliers en matière de sexualité périnatale : pour une meilleure éducation sexopérinatale des étudiants, des professionnels et des paraprofessionnels de la santé en périnatalité ainsi que des futurs et nouveaux couples parentaux


Catherine de Pierrepont1, Audrey Brassard1
1Université de Sherbrooke

Lors de la transition à la parentalité, les fluctuations sexuelles sont courantes et les futurs et nouveaux couples parentaux doivent s’y adapter pour le bien-être et la stabilité de leur couple et leur famille. Bien que la majorité des couples veulent être informés et soutenus face aux changements sexuels périnataux, la sexualité est rarement abordée par les professionnels et les paraprofessionnels de la santé principalement en raison d’un manque de connaissances et de formation sur le sujet. Ce projet post-doctoral a développé, mis sur pied et évalué trois formations sur la sexualité périnatale: 1) formation d’étudiants en sciences infirmières et en pratique sage-femme ainsi que de résidents en médecine (obstétrique-gynécologie et médecine familiale) (N=57); 2) formation des professionnels (infirmières et sages-femmes) et des paraprofessionnels (accompagnantes à la naissance) de la santé périnatale  (N=74); et 3) atelier psycho-éducatif avec des futurs et nouveaux couples parentaux (N=30). Dans les trois cas, les participants ont complété cinq étapes: 1) un prétest (T1) avec questionnaires en ligne (sur Qualtrics) sur les besoins de formation, les attitudes, les connaissances et la pratique anticipée ou actuelle (sauf pour les couples) en sexualité périnatale; 2) pour les étudiants, formation de groupe de trois heures (en personne ou par visio-conférence); pour les professionnels, webinaire (formation en ligne interactive) de deux heures; et pour les couples, atelier-webinaire en format diffusé de deux heures; 3) questionnaire de satisfaction en ligne post-formation; 4) post-test 1 (T2) un mois après la formation avec les mêmes questionnaires que T1; et 5) post-test 2 (T3) deux mois après la formation avec les mêmes questionnaires que T2. Le recrutement a eu lieu entre 2017 et 2019 par le biais de plusieurs sources (p. ex., associations, regroupements, Facebook). Des analyses de variance paramétriques et non-paramétriques à mesures répétées ont été conduites avec le logiciel SPSS. Des analyses préliminaires seront faites sous peu pour le premier et troisième groupe; certaines participants n’ont pas encore complété T3. Un mois après la formation, les  professionnels et paraprofessionnels de la santé périnatale démontrent davantage d’attitudes positives (flexibilité, ouverture, confort), de meilleures connaissances, et des meilleures pratiques (utilité perçue, confort, intention, sentiment de compétence) en matière de sexualité périnatale (ps < 0,05); ces changement se maintiennent deux mois après la formation. La satisfaction générale envers la formation est bonne (95,9%). Ces brèves formations enrichissent la formation en sexualité humaine des différents acteurs impliqués en santé périnatale et peuvent ultimement encourager et favoriser les interventions sexopérinatales répondant aux besoins d’information et de soutien des couples pendant et après la grossesse.

Essai clinique randomisé multicentrique évaluant le programme Ferti-Santé chez les femmes obèses et infertiles


Jean-Patrice Baillargeon1,2, Anne-Sophie Morisset3, Stéphanie May-Ruchat4, Kim Lavoie5, Kristi Adamo6, Matea Belan1, Farrah Jean-Denis2, Belina Carranza1, Marie-France Langlois1,2, Thomas Poder1,2, Frances Gallagher1, William Fraser1,2
1Université de Sherbrooke 2CRCHUS 3Université de Laval 4Université du Québec à Trois-Rivières 5Université du Québec à Montréal 6University of Ottawa

L’infertilité touche environ 10-15% des couples et préoccupe notre société au point où le gouvernement du Québec a supporté le financement de la procréation médicale assistée (PMA) et considère le supporter de nouveau. Par contre, les coûts rattachés à la PMA ne cessent de croître, de sorte que des solutions durables et moins coûteuses sont indispensables. Un des facteurs de risque modifiable de l’infertilité est l’obésité qui affectent 19% des canadiennes en âge de procréer. De plus, l’obésité augmente les coûts des traitements de fertilité, réduit leur efficacité et prédispose à plusieurs complications de grossesse et néonatales ainsi qu’au développement précoce de l’obésité et du diabète chez l’enfant à venir. Afin de prévenir ces conséquences, les principales associations professionnelles préconisent l'adoption de saines habitudes de vie (HDV) chez les femmes obèses et infertiles. Cependant, les données probantes quant aux bénéfices de cette approche en préconception demeurent limitées. Afin de combler ce fossé, le Dr Baillargeon a mis sur pied le Réseau canadien sur la santé reproductive et maternelle des femmes infertiles souffrant d’obésité avec lequel il a développé le programme Ferti-Santé. Puisqu’à notre connaissance, il n’existe aucun autre programme de ce genre intégré à une clinique de fertilité au Canada, et aucun essai clinique n’en a évalué l’impact dans un contexte canadien, le Dr Baillargeon et son réseau ont mis sur pied un essai clinique randomisé multicentrique évaluant le programme Ferti-Santé chez les femmes obèses et infertiles. Les participantes de ce projet sont randomisées en deux groupes : le groupe intervention suit le programme d’adoption des HDV Ferti-Santé et suspend ses traitements de fertilité pendant les 6 premiers mois; alors que le groupe contrôle reçoit les traitements de fertilité standard dès la randomisation. L’intervention Ferti-Santé est un programme « clé-en-main » avec une approche bien définie et un plan établi de rencontres individuelles et de séances de groupes (en français et anglais). Il consiste en des rencontres individuelles avec un/e nutritionniste et un/e kinésiologue aux 6 semaines pendant un maximum de 18 mois ou jusqu’à la fin de la grossesse. Les femmes bénéficient aussi de 8 différentes séances de groupe hebdomadaires données en boucle, où divers sujets relatifs à la gestion de l’obésité et à la fertilité sont abordés (premières 45 min) et où différents types d’activités physiques sont démontrés (45 min suivantes). Ferti-Santé vise à induire des changements des HDV progressifs et durables, en se basant sur l’entretien motivationnel et des objectifs SMART, selon les recommandations canadiennes. Il est très novateur de proposer un programme d’adoption de saines HDV, intégré à la clinique de fertilité, comme solution efficace et à moindre coût pour permettre aux femmes obèses et infertiles de fonder une famille en santé.

Étude des marqueurs psychophysiologiques des mécanismes endogènes de modulation de la douleur – Application dans la prise en soins des patients atteints de douleurs chroniques


Vincenot Matthieu1,3, Amélie Tetu2, Louis Gendron1,2, Serge Marchand4, Guillaume Léonard1,3
1Université de Sherbrooke 2Centre de Recherche du CHUS 3Centre de Recherche sur le Vieillissement 4Génome Québec

Introduction- Les douleurs chroniques seraient le potentiel résultat d'un dérèglement des mécanismes endogènes de contrôle de la douleur. La sommation temporelle, les mécanismes excitateurs (accroissement du signal nociceptif), et les contrôles inhibiteurs diffus nociceptifs (inhibition du signal) ont été plus spécifiquement identifiés comme étant liés au développement de certaines conditions de douleurs chroniques. En fonction du dérèglement (hyper-activation des mécanismes excitateurs ou hypo-activation des mécanismes inhibiteurs) des traitements différents devraient être proposés. Cette approche individualisée de la médecine de la douleur semble à ce jour plus que nécessaire dans la prise en charge des douleurs chroniques. Il est possible de mettre en avant ces mécanismes endogènes en laboratoire mais, en raison de son aspect chronophage et dispendieux, son application en clinique demeure impossible. 

Objectifs - L’objectif principal de la présente étude est de déterminer s’il existe des corrélats psychologiques, physiologiques et sociodémographiques et le profil de mécanismes endogènes de la douleur afin, ultimement, de pouvoir estimer l’efficacité des mécanismes excitateurs et inhibiteurs de la douleur en clinique et de pouvoir proposer des traitements adaptés à chaque patient.

Matériels et méthodes– Soixante patients atteints de conditions de douleur chronique seront recrutés. La procédure expérimentale sera divisée en trois phases. La première consistera en la réalisation de questionnaires permettant d’appréhender nos variables psychologiques. La seconde phase consiste en un repos de 30 minutes suivi d’une prise de sang permettant le recueil de nos variables physiologiques. Enfin la dernière phase correspondra en la mesure des mécanismes endogènes de modulation de la douleur. Pour ce faire, nous appliquerons, avec une thermode (tige chauffante), une stimulation thermique douloureuse sur l’avant-bras pendant deux minutes afin de mesurer les mécanismes excitateurs. Par la suite, un stimulus dit conditionnant réalisé par un bain d’eau froide sera appliqué sur l’avant-bras controlatéral afin d’activer les mécanismes inhibiteurs. Enfin, dans le but de mesurer l’efficacité des mécanismes inhibiteurs induits par une analgésie diffuse, nous appliquerons de nouveau  la thermode dans les mêmesconditions que lors de la première stimulation. Concernant les analyses statistiques, une analyse de corrélation entre nos variables sera faite suivi d’une analyse de régression. 

Résultats attendus– Nous nous attendons à ce qu’il existe des corrélations entre nos différentes mesures et l’efficacité des mécanismes endogènes de la douleur.

Highly Efficient Conjugative delivery of CRISPR-Cas9 enables precise Microbiome Editing


Kevin Neil1, Nancy Allard1, Patricia Roy1, Vincent Burrus1, Sebastien Rodrigue1
1Université de Sherbrooke

Engineered probiotics that can target and eliminate specific microbes will represent a powerful microbiota manipulation tool and a potential alternative to antibiotics. An interesting strategy is to use a probiotic strain harboring a conjugative plasmid for the delivery of a CRISPR-Cas9 system directly into the microbiota. The success of this approach depends on high in situ DNA transfer rates by the conjugative machinery, and on the presence of specific CRISPR-Cas9 targeted sequences in the recipient bacteria. Here we identify IncI2 conjugative plasmid TP114 as a proficient DNA delivery system in the mouse gut microbiota, enabling the specific CRISPR-Cas9 mediated knock-down of a targeted bacterial strain. Unlike other conjugative plasmids from different groups, TP114 showed relatively modest transfer rates in vitro that increased >100 fold in the mouse gut microbiota, thereby reaching most target cells in vivo. A single oral dose of the Escherichia coli Nissle 1917 probiotic containing a TP114 mobilizable CRISPR-Cas9 system was sufficient to specifically eliminate ~99% of a targeted E. coli strain carrying an antibiotic resistance gene relative to an otherwise isogenic strain. Importantly, the strategy had no significant impact on the overall composition of the mouse intestinal microbiota. Taken together, these results constitute an important proof-of-concept for a new microbiota editing technology.

Impact de champs électromagnétiques de basse fréquence sur les bactéries : une approche innovante


Eric Frost1, Jan Dubowski2, Simon Lévesque1,3
1Faculté de Médecine, Université de Sherbrooke 2Faculté de Génie, Université de Sherbrooke, 3Laboratoire de Microbiologie, CIUSSS de l'Estrie

L'identification des bactéries en culture par la technologie MALDI-TOF en moins d’une heure a révolutionnée le diagnostic clinique en microbiologie. Cependant, la détermination de la résistance aux antibiotiques prend toujours au moins 5 à 8 heures. Lorsque la bactérie E. coli est inhibée par la ciprofloxacine, elle est détruite et fragmentée plus rapidement et à des fréquences AC plus basses que les bactéries résistantes. Nous proposons d’explorer cette observation préliminaire afin de développer un test de détermination de la résistance aux antibiotiques en une heure. D’autres antibiotiques ainsi que d’autres bactéries seront analysés et un protocole expérimental sera également développé.

 

 

Description sommaire en anglais

Low-frequency electromagnetic field impact on bacteria: an innovative approach for rapid assessment of antibiotic sensitivity of bacteria.

Identification of bacterial colonies with MALDI-TOF in less than an hour has revolutionized clinical diagnostic microbiology, but complementary antibiotic susceptibility tests take at least 5 to 8 hours. When E. coli is inhibited by ciprofloxacin, it can be killed and fragmented much more quickly and at lower AC frequencies than uninhibited bacteria. We propose to explore this preliminary observation to develop a one hour antibiotic sensitivity screen. Other antibiotics and other bacteria will be tested and the experimental protocol will be developed.

Intracellular Drug Targets – Next-Generation Precision Therapeutics


Leyton Jeffrey1
1Université de Sherbrooke

Biopharmaceuticals promise to provide more personalized and effective treatments for disease. Monoclonal antibodies (mAbs) are the best established in the clinic due to their exquisite specificity and affinity to a diverse array of biochemical targets. As a result, mAbs continue to dominate the $188 billion (2017) biopharmaceutical market. Imagine the enthusiasm of biopharmaceutical stakeholders now that the genomic and proteomic revolutions have provided us with an ever-increasing number of novel disease-associated targets. Moreover, many of these targets have emerged to be undruggable with conventional small molecules. The critical interaction surfaces of these novel targets typically lack the deep hydrophobic involutions required by small molecules. Unfortunately, the intracellular localizations of these targets are also beyond the reach of mAbs/biopharmaceuticals, as they cannot cross the cell membrane. 

 

In parallel, targeting small molecule cytotoxins conjugated to mAbs, known as antibody-drug conjugates (ADCs) is currently demonstrating their worth in cancer with the approval of four ADCs. After receptor binding at the cell surface, ADCs are internalized and entrapped within endosomes and marked for enzymatic degradation in the lysosome. Unfortunately, this pathway is very inefficient for delivering cytotoxic payloads inside cells and is a major reason for tumor resistance. In addition, many cytotoxins are active in the nucleus or mitochondria and, hence, the lysosome is not the ideal destination. Although the importance of the multitude of novel protein targets and cellular compartments is now apparent, they are beyond the reach of current biopharmaceuticals.

 

Considerable interest has therefore arisen in next-generation biopharmaceuticals that combine the exquisite targeting recognition power of mAbs with the robust cell penetrating ability of small molecules. This presentation will intend to present a general guide for all those interested in biopharmaceuticals not limited to but with the focus on cancer. It will also highlight distinct technologies developed in the Leyton laboratory that are being used to advance the development of next-generation ADCs and beyond to improve intracellular delivery efficiency and, hence tumor killing effectiveness. Some 40% of the >6,000 products currently in clinical development globally are biopharmaceuticals. This suggests that the enthusiasm for biopharmaceuticals will continue into the future.

 

La nature, la beauté de l'art et les émotions


Jacinthe Comeau1
1Université de Sherbrooke

 

‘’La nature met à notre disposition la force des émotions qu’elle peut nous donner. La nature ou l’art peuvent nous faire disposer de plaisirs physiques (visuels, auditifs, sensibles de tous ordres) d’émotions violentes, de joies intellectuelles et d’associations mentales variées.’’ (1958). I-- Nature et sens de l’art. Séquences, (14), 3-5.


 

La TEP au 4FMFES: une imagerie de pointe pour le cancer du sein


Michel Paquette1, Serge Phoenix1, Brigitte Guérin1, Leyton Jeffrey1, Éric Turcotte1
1Université de Sherbrooke

Le 4FMFES est un traceur de tomographie d’émission par positrons (TEP), une modalité d’imagerie médicale, de conception entièrement sherbrookoise. Il cible la présence des récepteurs d’œstrogènes (ER), un facteur essentiel à connaître en clinique pour un meilleur pronostic et pour un choix adéquat de thérapie du cancer du sein.

 

Le 4FMFES a été évalué lors d’une étude clinique de phase II menée au Centre d'Imagerie Moléculaire de Sherbrooke (CIMS) du CRCHUS sur une cohorte de plus de 130 patientes atteintes de cancer du sein et a montré une précision sans précédent pour la détection de tumeurs ER+. En effet, le 4FMFES a été prouvé comme supérieur au traceur biosimilaire FES, offrant un bien meilleur contraste qui a permis de détecter plus de lésions. De plus, des résultats préliminaires suggèrent que le 4FMFES peut substantiellement améliorer la stadification et la précision diagnostique lorsque combiné aux procédures cliniques standards. À ce jour, aucun faux-négatif ou faux-positif n’a été répertorié lors de l’essai clinique.

 

Une autre étude clinique, cette fois pour la détection des cancers utérins et ovariens, est sur le point de démarrer suivant l’obtention récente de fonds de recherche. Les premiers résultats sont attendus au cours des prochains mois, ouvrant la porte à de nouvelles applications pour le 4FMFES.

 

Pour l’instant, le 4FMFES est supporté par des subventions de recherche pour son utilisation en clinique. Il n’est pas encore remboursé par le régime d’assurance-maladie, mais est inclus dans les indications en émergence de l’INESSS pour l’imagerie TEP du cancer du sein. Son usage a été jusqu’à maintenant confiné au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, mais des partenariats avec d’autres hôpitaux de la province sont en développement. Bien que le 4FMFES est non breveté, le savoir-faire lui étant associé est exclusivement maîtrisé par notre équipe de recherche.

 

Des stratégies sont en cours de déploiement pour franchir les prochaines étapes. Ainsi, le traceur pourra être exporté hors région au cours de la prochaine année si le besoin et la demande se manifestent. Nous espérons que d’ici quelques années nous soyons à même d’effectuer les premiers essais multi-centres, étape nécessaire pour convaincre les autorités du bien fondé d’inclure cette procédure dans la pratique clinique standard. À terme, nous croyons que la TEP au 4FMFES améliorera grandement le diagnostic, la stadification et la prise en charge des patientes atteintes du cancer du sein, et éventuellement aussi pour les cancers gynécologiques.

La Tricotherapie a l'hopital !


Valerie Lannoy1
1Université de Sherbrooke

La Tricothérapie… C’est tout simplement tricoter ! Ce terme devient répandu en raison des bienfaits que cela procure. Le premier que l'on peut voir est le développement de la motricité fine, pouvant accélérer les résultats de patients paralysés en rééducation de l’écriture. Ensuite, c’est un loisir chronophage et demandant une grande concentration. La Tricothérapie est appliquée dans certains services d’Addictologie. Ses gestes répétitifs empêchent le patient de penser à ses addictions. Ses vertus relaxantes ont même séduit une école de la ville de Tacadie pour déstresser les élèves ! Ceci est non négligeable car l’hôpital est malheureusement un environnement anxiogène pour le patient. L’hôpital est aussi un lieu d’éducation. Faire tricoter de petits patients garçons contribue à l’effacement des barrières genrées, qui est une valeur portée par le Canada. La fierté pour des enfants hospitalisés d’avoir réalisé un ouvrage par eux-mêmes n’est pas à négliger dans la rémission. Il s’agit d’une thérapie complémentaire à d’autres (Musicothérapie ou art-thérapie), mais moins coûteuse (pas d’achat d’instruments de musique par exemple). Les intervenants n’ont pas besoin d’être diplômés. Le recrutement sur base du volontariat peut se faire via les nombreux groupes de tricot sur réseaux sociaux. Cela évite les coûts d’impression de prospectus. Les aînées tricoteuses n’ayant pas accès à ces réseaux peuvent être avisées par leurs enfants. Ainsi, la Tricothérapie rompt la solitude de nos aînés qui participent, en offrant un pont entre leurs générations et celles des patients. Les intervenants sachant tricoter auront souvent un surplus de laine chez eux, dont ils seront heureux de se débarrasser ! De même que certaines enseignes peuvent offrir leurs invendus aux hôpitaux. La Tricothérapie à l’hôpital peut être sous forme de cours particuliers ou d’activités de groupe, très importantes pour la vie sociale du patient. Elle peut aussi être sous forme d’évènements fédérateurs. 1) Bonnes œuvres : tricoter des modèles simples (comme des bonnets) pour les offrir aux démunis, ce qui donne un but au patient et un sentiment d’utilité primordial, parfois perdu en situation de handicap. 2) Événements du calendrier : les patients tricotent ensemble pour Noël, la Fête des Mères, la Fête des Pères, la Saint-Valentin, et maintiennent un lien concret avec leur famille. Enfin, la Tricothérapie est l’occasion de véhiculer le « Zéro Déchet ». Un patient peut tricoter des lingettes démaquillantes lavables, et cette idée peut s’installer dans le foyer après la maladie.

Les points gâchettes : Ennemis méconnus ou simplement oubliés


Laramée A1, Nathaly Gaudreault2, Mélanie Roch1, Mélanie Morin3, Guillaume Léonard1, Frédéric Balg2
1Université de Sherbrooke 2Université de Sherbrooke 3Université de Sherbrooke

Contexte : On rapporte la présence de point gâchette (PG) chez 93% des patients suivis dans des cliniques spécialisées en douleur et près de 77% des patients souffrants de douleur chronique, non traumatique à l’épaule présenteraient un PG dans le muscle infraépineux. Ceux-ci sont associés à de la douleur à l’épaule, à des maux au cou et au dos pouvant conduire à des limitations dans les activités et compromettre la qualité de vie. Pour traiter les PG, la poncture avec aiguilles sèches (PAS) gagne en popularité auprès des physiothérapeutes. Présentement, les effets cliniques de la PAS sur les PG semblent être liés à des mécanismes neurophysiologiques et mécaniques. Cependant, les observations soutenant ces hypothèses proviennent principalement d’études réalisées chez l’animal, et la plausibilité de ces effets reste à être démontrée avec des instruments valides, fidèles et sensibles aux changements chez l’humain.

L’OBJECTIF de ce projet de recherche est d’étudier les effets neurophysiologiques, biomécaniques et cliniques immédiats de la PAS lorsqu’appliquée à un PG du muscle infraépineux chez des personnes atteintes de douleur chronique d’origine non traumatique à l’épaule.

Méthodologie : Dix adultes ayant une douleur d’origine non traumatique à l’épaule et présentant un PG au muscle infraépineux (PGIE) seront recrutés pour participer à cette étude de type preuve de concept. Les participants admissibles seront randomisés en deux groupes : le groupe 1 (n=5) recevant une PAS sur le PGIE et le groupe 2 (n=5) recevant une PAS sur la peau du même muscle (ponction simulée). Les variables dépendantes suivantes seront mesurées avant et après l’intervention, de même que 24 heures plus tard : 1) l’excitabilité corticospinale de l’infraépineux sera mesurée avec la stimulation magnétique transcrânienne (TMS) reliée à un appareil de neuronavigation et caractérisée par le seuil moteur actif; 2) l’arthrocinématique glénohumérale sera quantifiée par imagerie échographique et 3) l’intensité de la douleur perçue à l’épaule sera évaluée avec l’échelle numérique et la douleur mécanique sera évaluée avec un algomètre et caractérisée par le seuil d’inconfort.

Résultats et retombées anticipées : Des données préliminaires seront présentées et à terme, nous espérons obtenir des résultats concluants sur l’effet immédiat de la PAS pour reproduire l’étude à plus grande échelle et justifier son utilisation dans le traitement des PG.

L’utilisation du microbiome intestinal pour la prédiction de lésions cancéreuses colorectales


Thierry Chenard1, Karine Prévost1, Mélina Arguin1, Jude Beaudoin1, Michael Desgagné1, Gabriel Robert1, Mandy Malick1, Jean Dubé1, Eric Massé1
1Universtié de Sherbrooke

Le cancer colorectal (CCR) est l’une des causes principales de mortalité liées aux cancers au Canada et mondialement. Le développement du CCR débute par la formation de polypes précancéreuses dans le côlon qui se développeront éventuellement en tumeurs cancéreuses métastatiques et invasives. La détection et le retrait précoce des polypes est critique à la survie des patients puisque cela prévient le développement du CCR et que le pronostique s’aggrave lors de l’établissement de tumeurs. Au Québec, le test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles (RSOSi) est communément utilisé pour prévoir la présence de polypes et de tumeurs. Dans environ 60% des cas, la présence de sang dans les selles détectée via le test RSOSi est indicative de polypes ou de tumeurs dans le côlon. Le département de Biochimie clinique du CHUS est responsable du test RSOSi pour le Québec et traite plus de 10 000 échantillons par semaine. L’importance du microbiome dans le développement de maladies comme le CCR est indéniable mais il reste encore majoritairement inutilisé comme marqueur de la progression du cancer. Nous avons donc investigué les signatures de microbiomes provenant de patients ayant différents degrés de pathologie intestinale. Pour ce faire, l’ADN génomique est isolé d’échantillons de selles provenant des tests RSOSi et une PCR est réalisée pour amplifier la 4ième région variable (V4) de l’ARN ribosomal 16S qui est ensuite séquencée. Cette région est flanquée de séquences hautement conservées permettant l’amplification du V4 de toutes les espèces bactériennes avec une seule paire d’oligonucléotides. Ce séquençage nous permet d’identifier les espèces bactériennes présentes dans les échantillons ainsi que leur abondance. Nous avons comparé les microbiomes des 450 patients avec un RSOSi positif avec ou sans lésions cancéreuses détectées par coloscopie (279 et 171, respectivement). Cette comparaison nous a permis d’identifier une variété de genres bactériens spécifiques à chaque condition. De plus, nous avons produit un modèle prédictif utilisant les données de microbiome permettant de réduire le taux d’erreur de près de 50% ce qui équivaux à 3500 à 4000 patients annuellement au Québec. Nous espérons continuer à améliorer notre modèle prédictif pour montrer que l’utilisation du microbiome peut bonifier les résultats provenant du test RSOSi et ainsi réduire le taux de résultats faux-positifs y étant associé.

MÉDICAMENTS SUPRAMOLÉCULAIRES pour MALADIES “SUPRAMOLÉCULAIRES”


Yves Dory1, Armand Soldera1, Louis Gendron1, Dimitri Ryczko1
1Université de Sherbrooke

But du projet. Le but principal du projet est d’explorer une nouvelle avenue d’inhibition des plaques amyloïdes responsables de la plupart des maladies neurodégénératives. Contrairement à toutes les molécules faisant l’objet d’études cliniques pour le traitement de ces pathologies, notre approche est particulièrement adaptée à la nature supramoléculaire de la cible; elle est dans ce sens très innovante et prometteuse. Avec cette approche nouvelle, nous explorons une stratégie jamais mise de l’avant. Même la façon de concevoir les molécules in silico, autour d’un thème structural qui nous appartient, est entièrement originale, car nous devons, là aussi, nous adapter à la nature particulière des plaques amyloïdes que nous souhaitons « dissoudre ».

 

Le but de la recherche est de développer une nouvelle classe d’agents thérapeutiques supramoléculaires qui déstabiliseront, puis dissoudront les plaques amyloïdes, elles aussi supramoléculaires et responsables des maladies neurodégénératives.

 

Contexte. Les maladies neurodégénératives occupent une position de plus en plus importante dans le palmarès des troubles de santé les plus couteux pour la société. À ce jour, il n’y a pas de cure pour plusieurs des maladies neurodégénératives et les pronostics ne sont pas favorables étant donné le vieillissement de la population.Il existe une opinion assez générale indiquant que l’éradication d’amas de protéines dans certaines régions du cerveau pourrait constituer un traitement efficace. En effet, ces agrégats, quoique de natures différentes, sont une caractéristique de toutes ces maladies comme l’Alzheimer ou le Parkinson. Ils se forment par l’auto-assemblage de protéines, comme l’a-synucléine (aS) et la b-amyloïde (Ab), qui ont adopté des conformations dites « défectueuses ». Les amas résultants, les corps de Lewy (Parkinson) et les plaques amyloïdes Ab (Alzheimer), sont tenus pour responsables de la mort de certains neurones et ultimement à la perte de fonctions importantes liées à des troubles de mobilité ou de mémoire, caractéristiques des maladies correspondantes.

 

Hypothèse. Nous émettons l’hypothèse que les supramolécules bien conçues sont composées de macrocycles ayant les propriétés nécessaires pour se rendre au cerveau où ils peuvent s’auto-assembler dynamiquement avec les plaques amyloïdes, tout en provoquant leur retour vers des oligomères solubles et inoffensifs.

 

Potentiel de retombées. Ce projet (en total adéquation avec les priorités de l’IPS) devrait permettre de valider l’approche supramoléculaire pour traiter la maladie de Parkinson. Nous aurions alors une base solide pour élargir le champ d’application à de nombreuses autres maladies fonctionnant selon des principes similaires telles que les maladies d’Alzheimer ou d’Huntington.

 

MIEUX ALIMENTER LE CERVEAU EN ÉNERGIE POUR L’AIDER À MIEUX FONCTIONNER : PROPOSITION D’UNE NOUVELLE STRATÉGIE MULTIMODALE DANS LE CADRE DE TROUBLES NEUROCOGNITIFS MAJEURS


Christian-Alexandre CASTELLANO1, Mélanie Fortier1, valérie st-pierre1, Camille Vandenberghe1, Isabelle Dionne1,3, Kevin Whittingstall2,3, Christrian Bocti1,3, Stephen CUNNANE1,3
1CdRV, CIUSSS de L'Estrie - CHUS 2CR-CHUS, CIUSSS de l'Estrie - CHUS 3Université de Sherbrooke

Mise en contexte : Consommant environ un quart de l’énergie nutritive et de l’oxygène absorbés quotidiennement par notre corps, le cerveau est très énergivore et est donc vulnérable à tout déficit énergétique. Or, une des hypothèses suggérées dans le développement de plusieurs  troubles neurocognitifs majeurs (TNC) comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson serait un dysfonctionnement du métabolisme énergétique cérébral (Cunnane et al Ann. N.Y. Acad. Sci. 2016, Hattingen et al Brain 2009). Alors qu’il n’existe à ce jour aucune thérapie pour guérir de ces maladies, plusieurs évidences scientifiques suggèrent que l’augmentation de l’apport en cétones au cerveau pourrait améliorer son fonctionnement. Notre groupe de recherche a notamment démontré que la prise d’un supplément alimentaire cétogène ou encore de pratiquer la marche à pied constituaient d’excellentes stratégies pour stimuler le métabolisme cérébral des cétones, notamment dans le cas de participants ayant la maladie d’Alzheimer (Croteau et al J. Alzheimers Dis. 2018, Castellano et al J. Alzheimers Dis. 2017). Cependant les effets potentiellement complémentaires de ces deux interventions si elles étaient combinées n’ont à notre connaissance jamais été évalués.

Objectif : Évaluer si l’optimisation de la production de cétones grâce à la combinaison d’un programme d’exercice physique de 2 mois avec la prise alimentaire d’un supplément permet d’améliorer les fonctions cognitives et cérébrales de participants ayant un TNC majeur.

Méthodologie : Un groupe de participants avec la maladie de Parkinson et un groupe avec l'Alzheimer (N=10/groupe) seront recrutés. Tous les participants suivront un programme d’exercice physique de type aérobie (2 séances de 45 min par semaine) et consommeront quotidiennement un supplément cétogène (45 g de triglycérides de chaine moyenne par jour) pendant une durée totale de 2 mois. Une série de mesures sera effectuée chez chaque participant au début et à la fin de l’étude : 1) évaluation de la cognition avec la batterie informatisée CANTAB ; 2) évaluation structurelle et fonctionnelle par neuroimagerie IRM (anatomique T1w, fonctionnelle IRMf dans des conditions de repos et suite à une tâche cognitive) ; 3) bilan sanguin complet; 4) une évaluation des symptômes dyskinésiques. L’ensemble des données sera compilé et les différences PRE vs. POST pour les différentes variables de mesure seront évaluées par des tests non paramétriques de rangs signés de Wilcoxon pour des données appariées.

Nouvelle technologie de liaison anticorps-médicament afin de permettre la livraison des médicaments aux cellules cancéreuses.


Mylène-Annie Tremblay1, Simon Beaudoin1, Lounès Haroune1
1Université de Sherbrooke

Le mauvais pronostic associé à de nombreux types de cancers malgré les traitements très invasifs met en évidence un besoin non comblé de traitements anticancéreux avec une meilleure efficacité.

Au cours des dix dernières années, une nouvelle classe de traitements anticancéreux ciblés est apparue et est utilisée en clinique comme traitement de dernière ligne.  Cette nouvelle classe de traitement est appelée conjugué anticorps-médicament (CAM) ou antibody-drug conjugate (ADC). Il utilise la capacité d'un anticorps à cibler un récepteur surexprimé spécifiquement à la surface des cellules cancéreuses et ainsi à livrer le médicament uniquement à ces cellules cancéreuses. Le médicament est habituellement un très puissant agent cytotoxique qui est conjugué à l'anticorps. Cette stratégie améliore l'efficacité du traitement et réduit les effets indésirables de l'agent cytotoxique. Cependant, plusieurs limitations apparaissent lors du processus de synthèse dont l'hétérogénéité induite par la réaction de liaison anticorps-médicament au niveau du positionnement du médicament sur l'anticorps et du nombre de molécule du médicament attaché à l'anticorps. Ces deux limitations ont comme conséquence de créer des difficultés pour l'obtention de l'approbation des autorités et d'augmenter le prix de fabrication et mise en marché. Nous proposons une nouvelle technologie de liaison anticorps-médicament site spécifique qui répond à ces deux problèmes. Notre technologie permettrait d'établir une plateforme de développement et d'optimisation des ADCs ainsi qu'à faciliter l'obtention des appobations des autorités (ex. FDA, Santé Canada). Le marché des ADCs est en plein essor avec plus d'une vingtaine d'ADC en phase clinique et de 4 ADC approuvées par les autorités et utilisées en clinique.

Paraturn


Samuel Grégoire1, Thomas Grégoire1, Antoine Joyal-Rousseau1, Hugo Walsh1, Audrey-Anne Ally1, Vincent Trembaly1, Thierry Daviault1
1Université de Sherbrooke

Pendant le processus de réadaptation, un des exercices est la marche dans les barres parallèles. Par contre, pour certains patients, comme les hémiparésiques, le pivot est problématique. Ce pivot consiste à retourner le patient pour qu’il puisse faire le retour. Par contre, lorsque ces derniers croisent les pieds et lâchent la barre, il y a un risque de chute. Un tel incident peut causer des blessures chez le patient et chez le physiothérapeute.  

 

Selon les entrevues faites avec des physiothérapeutes de différents établissements en Estrie, nous avons confirmé que ce problème était répandu. Même que selon une physiothérapeute de l’Hôpital D’Youville, 50% des patients étaient touchés. Cette problématique cause un stress chez les physiothérapeutes. Aussi, selon nos recherches préliminaires, il y aurait 500 ventes possibles au Québec. Si on regarde en Amérique du Nord, en gardant la même concentration de barres par habitant, on tombe à 35 000 ventes. 

 

Dans ce projet, nous avons décidé de nous attaquer à ce problème en concevant un système qui sécurise le pivot des patients à risques. Comme concept préliminaire, nous pensions à une plateforme rotative à mettre aux bouts des barres, sans avoir besoin d’utiliser un harnais ou un fauteuil roulant. De plus, le système sera ajustable en hauteur et en largeur pour être compatible avec toutes les barres parallèles existantes. Il sera également important de prendre en considération le confort et la sécurité des patients lors du mouvement de rotation. Par exemple, la vitesse de rotation sera limitée afin d’éviter les risques de chute. Il faudra tout de même valider si les patients sont à l’aise à se faire retourner par un physiothérapeute malgré une faible vitesse. 

 

Nous allons réévaluer le processus de réadaptation pour concevoir le système le mieux adapté pour répondre aux besoins de ce processus. Pour ce faire, des observations et des entrevues seront effectués auprès de nos deux clients principaux : les thérapeutes en réadaptation et les responsables d’achat d’équipements des différents centres. Il faut d’abord déterminer les conditions médicales des patients qui pourraient bénéficier d’un tel produit pour ensuite définir les centres de réadaptation à cibler. Selon une physiothérapeute de l’Hôpital d’Youville, dans les quatre cas suivants, l’utilisation de notre produit pourrait grandement faciliter le travail des physiothérapeutes : 

  • Patients hémiparésiques ayant une condition neurologique ou neuro-dégénérative (ex: post AVC, Parkinson) 

  • Patients amputés qui apprennent à marcher avec une prothèse (surtout pour les prothèses pneumatiques) 

  • Patients avec un déconditionnement physique important, souvent suite à une longue hospitalisation (ex: post pneumonie, infarctus) 

  • Patients avec un trouble cognitif (ex: Alzheimer, démence vasculaire) 

Les besoins de nos clients seront donc validés dans des centres de réadaptation traitant ces types de patients. 

Pragmathèque : la plateforme d'amélioration de la pratique professionnelle pour la santé mentale et comportementale


Jean-Daniel Carrier1, Alexandra Chapdelaine2, Isabelle Dufour1, Ariane Girard1, Sarah Lafontaine1
1Université de Sherbrooke 2Université de Sherbrooke/BistroBrain

Introduction. Des efforts importants sont déployés au Québec pour sensibiliser le public à l'omniprésence des problèmes de santé mentale et comportementale dans notre société, ainsi qu’à l’importance de consulter un professionnel de la santé lorsque ces problèmes se manifestent. Or, les professionnels de la santé sont confrontés à une réalité de la pratique en constante évolution, modelée par les besoins et caractéristiques spécifiques des différents milieux. Par conséquent, l'état des pratiques varie considérablement d’un professionnel à l’autre, de même que d’une organisation et d’une région à l’autre. Les exemples d'innovations en matière d'organisation de la pratique professionnelle abondent, mais un nombre important d'entre elles, étant issues des milieux cliniques, échappent aux mécanismes formels de la publication scientifique. De plus, les professionnels non spécialistes disposent de peu de ressources pour : 1) s'informer de l'état de la pratique dans les milieux exemplaires ; 2) avoir une vue d'ensemble de l'état des connaissances en la matière ; et 3) repérer les experts de leur domaine qui pourraient les soutenir dans l'amélioration de leur pratique. Objectif. Développer une plateforme rendant accessible l'ensemble de l'information permettant d'améliorer les pratiques professionnelles pour la santé mentale et comportementale. La plateforme permettra de : a) Présenter les approches innovantes adoptées dans différents milieux ; b) Donner accès aux guides de pratique et aux opportunités de formation pertinentes ; c) Opérer une mise en contact avec différents experts. Description. La plateforme inclura un outil web pour la recherche autonome de l'information, de même que des services personnalisés pour identifier l’information la plus à même de contribuer à l'amélioration de la pratique en fonction du contexte spécifique d'un utilisateur et entrer en contact avec un réseau d'experts. Pour les 5 prochaines années et afin de tester le concept, les efforts seront concentrés sur la pratique des infirmières de première ligne, qui sont des professionnelles ayant un rôle important en matière de santé mentale et comportementale sans être spécialisées dans ce domaine. Les utilisateurs potentiels de la plateforme seront les acteurs du réseau de la santé qui s’impliquent dans l'amélioration des pratiques et de la qualité des soins infirmiers (ex.: conseillère cadre). Le développement initial de la plateforme se fera en 4 principales étapes : 1) groupes de discussion afin d’explorer les besoins des utilisateurs potentiels ; 2) développement du site web ; 3) réseautage avec des experts locaux et des utilisateurs potentiels par la participation à divers événements et par des rencontres individuelles pour promouvoir le site web ; 4) développement de mécanismes pour la collecte, la mise à jour et la présentation de l'information accessible.

Programme de stage en génie biomédical du Fonds Famille-Jean-Morin


Christian Iorio-Morin1, Charles Touchette1, Khaled Effendi1, Patrik Doucet1, Dominique Dorion1,2, Jean Morin2
1Université de Sherbrooke 2Fondation de l'Université de Sherbrooke

Contexte

 

Le domaine biomédical est un grand consommateur de technologies et constitue un milieu où les défis innombrables offrent des opportunités équivalentes pour l’innovation. Malheureusement, les utilisateurs de technologies au sein du milieu hospitalier (médecins, infirmiers, administrateurs) sont souvent loin des concepteurs (ingénieurs, architectes, techniciens), chacun vivant dans son monde avec ses propres problèmes et priorités. Cette situation donne souvent lieu à des solutions technologiques ne répondant pas aux besoins des usagers sur le terrain et, à l’inverse, à des problèmes simples pour lesquels aucune solution n’est disponible. Il existe clairement un besoin de communication accrue entre le monde bio-médical et le monde du génie où chacun pourrait être davantage exposé à la réalité, aux besoins et aux contraintes de l’autre.

 

 

Objectif

 

Nous avons créé un stage destiné aux étudiants de la Faculté de génie et ayant lieu à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, accrédité au régime coopératif.

 

 

Méthodes

 

Un financement pour le programme fut obtenu au sein du Fonds Famille-Jean-Morin de la Fondation de l’Université de Sherbrooke. Un sondage fut effectué auprès de médecins et infirmiers du CHUS afin d’identifier des problèmes concrets limitant la prestation ou la qualité des soins actuels. Trois stagiaires annuellement seront engagés pour une période de quatre mois chaque. La première semaine de chaque stage est dédiée à l’observation du milieu médical. Le stagiaire se joint à un médecin du CHUS et le suit pendant la journée, assistant à la tournée des patients de l’hôpital, aux consultations aux urgences ainsi qu’aux procédures chirurgicales réalisées pendant la journée. Les deuxièmes et troisièmes semaines sont dédiées au choix d’une problématique à résoudre ainsi qu’à la rencontre des acteurs clés, afin de rédiger la liste des requis. La suite du stage est par la suite un cycle itératif de conception, prototypage et tests pendant laquelle la solution finale est progressivement développée puis validée.

 

 

Résultats

 

Dix problèmes potentiellement solvables en 4 mois furent identifiés. À ce jour, deux stagiaires ont participé au programme, travaillant respectivement sur un système de fixation crânienne de moniteurs invasifs, ainsi que sur un concept de cranioplastie dynamique à lames. Ces étudiants ont démontré la faisabilité et la pertinence du programme. La commercialisation des solutions demeure à ce jour un défi à adresser.

 

 

Conclusion

 

La collaboration entre les mondes du génie et de la médecine sera à la base de plusieurs innovations du futur. Le Programme de stages en génie biomédical du Fonds Famille-Jean-Morin vise à positionner l’Université de Sherbrooke à l’avant-garde de ces développements.

Projet de modernisation et d’accessibilité au traitement pour les dépendances


Francois Jacques1
1Université de Sherbrooke

La prévalence des troubles de jeux de hasard et d’argent au Canada est estimée à environ 3% de la population[i]. À mesure que la société se modernise dans ses habitudes de vie et de consommation, il est peu surprenant de constater que les habitudes de jeu évoluent également. En 2019, une recherche rapide sur internet permet de dénicher des centaines de sites, où l’on peut déposer de l’argent avec une carte de crédit et jouer à toutes sortes de jeux de hasard. La situation est très similaire si on parle de poker, de paris sportifs ou de spéculations de cryptomonnaie; tout se fait à partir de son téléphone intelligent, protégeant l’anonymat et permettant au joueur compulsif de mieux cacher ses habitudes à ses proches.

Une étude réalisée en 2013 auprès d’élèves de 9e à la 12e année au Canada a révélé que 22,4% des adolescents auraient joué en ligne dans les derniers trois mois avec une valeur monétaire quelconque d’impliquée[i]. Une autre étude québécoise de 2014 conclut que la prévalence des problèmes de jeux de hasard et d’argent est plus grande chez les adolescents que les populations adultes[ii].

 

[i] Elton-Marshall, T., Leatherdale, S. T., & Turner, N. E. (2016). An examination of internet and landbased gambling among adolescents in three Canadian provinces: Results from the youth gambling survey (YGS). BMC public health, 16(1), 1–10.

 

[ii] Gendron, A., Dufour, M., Brunelle, N., Leclerc, D. & Cousineau, M. (2014). Les symptômes associés aux problèmes de jeux de hasard et d’argent à l’adolescence : étude comparative selon le sexe. Drogues, santé et société, 13, (1), 38–52. https://doi.org/10.7202/1027124ar

 

 

[i] Canadian Problem Gambling Index (CPGI; Ferris & Wynne, 2001) https://www.responsiblegambling.org/docs/default-source/default-document-library/cprg_canadian-gambling-digest_2013-14.pdf

 

 

À l’ère du taxi commandé par Uber, du banquier dans l’application de téléphone et de la recherche de l’âme sœur par Internet, il serait, selon l’auteur du présent projet, important de moderniser l’approche thérapeutique, afin de plus facilement interpeller les usagers. Les technologies de l’information nous permettent toutes sortes d’avancées autant en médecine qu’en biologie, alors pourquoi pas aussi en santé mentale?

 

L'auteur propose comme objectif opérationnel:

Mettre en place, à la disposition de tous les Québécois ayant un problème de jeu pathologique, une plateforme web d’échange et de discussion anonyme, francophone et modérée, offrant la création de communautés de rétablissement saines, accessibles et sécuritaires, et mettant les gens en lien avec les ressources thérapeutiques correspondant à leurs besoins individuels.

 

La pièce jointe à cette soumission contient davantage de détails sur les moyens de réalisation et sur des études qui appuient la proposition de l'auteur.

Rupture avec l’âgisme: co-construction d’un plan d’action intersectoriel favorisant une santé, une valorisation et une participation sociale accrue des Québécois vieillissants


Mélanie Levasseur1, Marika Lussier-Therrien1, Dany Baillargeon1, Alan Arthur Cohen1, Sylvain Giroux1, André Tourigny2, Sébastien Lord3, Christine Morin2, Annie Carrier1, Laurie Kirouac1, Martine Lagacé4, Marie Beaulieu1
1Université de Sherbrooke 2Université Laval 3Université de Montréal 4Université d'Ottawa

Le vieillissement de la population représente un défi important, à la fois pour optimiser la santé, la participation sociale et le respect des droits des individus, mais aussi pour assurer l’équité et le bien-être collectifs. Plusieurs stratégies innovantes sont d’ailleurs mises en œuvre pour permettre le maintien des capacités d’actions individuelles et collectives. L’efficience de ces stratégies est toutefois mitigée par un phénomène complexe et multidimensionnel : l’âgisme, c.-à-d. des attitudes, des stéréotypes et des représentations négatives envers le vieillissement et les aînés pouvant mener à des situations de discrimination ou de préjudices. Réalisé par et pour les aînés et soutenu par un maillage intersectoriel, le présent projet permettra de rompre avec l’âgisme. Plus spécifiquement, le projet vise à : 1) Co-construire une vision commune du rôle, de l’implication et de la place que les aînés devraient avoir dans la société; 2) Élaborer, selon une perspective globale, holistique et écosystémique, un plan d’action permettant de transformer cette vision ; 3) Explorer la faisabilité, c.-à-d. les facilitateurs, les obstacles et les conditions essentielles, pour implanter les actions priorisées; 4) Estimer les bénéfices potentiels pour la santé de la population d’une implantation réussie de ce plan d’action. Une recherche-action sera réalisée par et pour des aînés et permettra une action citoyenne impliquant la mobilisation de plusieurs acteurs tels que les aînés, les intervenants du milieu communautaire et les décideurs politiques. Le projet inclura une recension réaliste des écrits théoriques et empiriques qui permettra non seulement d’identifier des actions innovantes pour repositionner la place des aînés dans la société, mais aussi les stratégies à privilégier pour soutenir l’implantation de ces actions. En rupture avec les approches traditionnelles, trois forums d’informateurs clés, un grand dialogue public et un hackerspace permettront de co-construire une vision commune de la place des aînés dans la société, de prioriser les actions à implanter et d’explorer la faisabilité de cette implantation, notamment lors d’une place éphémère. Ce nouvel éclairage sur l’âgisme préparera les acteurs clés de différents milieux, incluant des aînés, à agir selon un plan d’action précis et réaliste. Malgré les défis associés à une réduction significative des attitudes, des stéréotypes et des représentations négatives envers les aînés, ce projet produira des connaissances pour optimiser la santé, la participation sociale et le respect des droits des individus et de favoriser l’équité et le bien-être collectifs. Cette co-construction permettra aux aînés de se sentir mieux valorisés et davantage intégrés dans la société. Enfin, ce projet permettra d’assurer un contexte plus optimal pour mener les recherches pour agir de façon intersectorielle.

Toward novel unobtrusive mat sensor as a channel for providing parameters for the detection of obstructive sleep apnea.


Ibrahim Sadek1,2, Bessam Abdulrazak1
1Université de Sherbrooke 2IPAL-Singapour

The monitoring of sleep quality is an important requirement to support medical decision-making for an early diagnosis of several pathologies, specifically to seniors who spend more time in bed compared to younger adults. Insufficient sleep for seniors might cause depression, attention and memory problems, excessive daytime sleepiness, and experience more nighttime falls. One of the most common sleep disorders for seniors is obstructive sleep apnea, in which its examination process via the full-night polysomnography is a very complicated, invasive, time-consuming, and expensive process. Sleep apnea can pose a risk for heart diseases such as high blood pressure, heart attack or stroke. As a result, the healthcare community is seeking unobtrusive devices that can support long-term data collection and more widely applicable methods other than sensors attached to the body.

 

The field of Ballistocardiography (BCG) is enjoying a recent resurgence, most notably through the development of novel technologies and signal processing methods. BCG captures the ballistic forces of the heart caused by the sudden ejection of blood into the great vessels with each heartbeat, breathing, and body movement. BCG can provide an unobtrusive capability for monitoring several vital physiological activities such as heart rate, breathing, and body movements. 

The main goal of this project is to assess the capability of a micro-bend fiber-optic sensor (FOS) to aid in level 3/4 home sleep apnea screening. We hypothesize that the mat-based micro-bend FOS system picks up the mechanical vibrations of the body to get the respiratory effort and detect irregular patterns of upper airway obstructive from obstructive sleep apnea. To test the sensor’s ability to detect episodes of apnea, the mat is unobtrusively deployed into the existing sleep apnea testing environment at cardiac intensive care departments. The mat-based FOS sensor is placed under the bed-sheet while patients are doing the in-lab PSG. Technically, we are developing a non-intrusive IoT based platform to connect the FOS and implementing an artificial intelligence-based method of analysis and classification of physiological signals.

 

We expect that this research will pave the way towards unobtrusive detection of apnea in real time in the living environment of older adults, providing early warning of the likelihood of obstructive sleep apnea. The proposed solution may relieve the overload on the inpatient hospital resource utilization. Eventually, this approach will provide a remote and unobtrusive monitoring system for older adults at home to better tailor remote rehabilitation workouts (e.g., improve exercise recommendations and prescriptions based on monitoring of sleep quality). 

Un robot pour aider au diagnostic du trouble du spectre de l’autisme?


Audrée Jeanne Beaudoin1,2, Marilyn Gagnon1, Catherine Raby-Nahas2, Yves-Marie Mérat2, François Michaud1, Mélanie Couture1
1Université de Sherbrooke 2CIUSSS de l'Estrie - CHUS

Introdution : Sachant qu’un diagnostic précoce du trouble du spectre de l’autisme (TSA) favorise un meilleur pronostic, une procédure diagnostique efficace permettant d’identifier rapidement ces enfants s’avère nécessaire. Robotiser une partie de l’évaluation pourrait faire ressortir certains comportements difficilement évaluables durant l’évaluation usuelle du TSA. L’objectif de cette étude est d’explorer l’utilisation d’un robot-boule interactif afin de différencier les enfants ayant un TSA des enfants au développement neurotypique. Méthode : Dix-neuf enfants de 2 à 5 ans (9 enfants ayant un TSA; 10 enfants neurotypiques) ont participé à une période de jeu standardisé de 10 minutes avec le robot et une évaluatrice. Résultats : Les comportements des enfants des deux groupes sont statistiquement différents en ce qui a trait aux comportements communicatifs (p=0,009) et stéréotypés (p=0,014), l’engagement conjoint avec le robot (p=0,040) et l’évaluateur (p=0,002) ainsi que l’attention conjointe avec l’évaluateur (p=0,011). Les comportements d’automutilation (p=0,474), l’engagement dans la tâche (p=0,375) et la présence de réaction positive au robot (p=1,000) sont quant à eux similaires dans les deux groupes. Conclusion: Les résultats démontrent que l’utilisation du robot est prometteuse comme outil en soutien diagnostic des enfants ayant un TSA. En effet, on remarque que les enfants neurotypiques et ceux ayant un TSA agissent différemment et positivement lors de l’interaction avec le robot.

Unobtrusive ambient sensors for long-term behavior change detection towards an enhanced medical intervention for seniors.


Bessam Abdulrazak1, Firas Kaddachi3, Hamdi Aloulou3, Mounir Mokhtari2,3, Gabriel Astudillo1
1Université de Sherbrooke 2IPAL, Singapour 3CNRS-LIRMM Montpellier

Proactive follow-up of changes in the patient’s behavior is a key element for early detection of decrease in seniors’quality of life as well as decline of physical and cognitive disorders. The behavior change is linked to the patient capacities as well to his interaction with the surroundings. Common clinical practices track the change of behavior through an in-person assessment session, where the practitioner asks patents to answer several questions and perform different tasks.  The diagnosis is mainly based on the analysis of patient replies and tasks execution. Whereas this approach investigates important behavior change indicators, their application in real studies shows certain limitations and inconveniences. In fact, the evaluation of the patient’s performance is limited to the assessment session period and patient (e.g., seniors) may not remember all past events with necessary details at the assessment time. Therefore, possible inaccuracies might affect the assessment results due to lack of knowledge and subjective observations. 

 

Our proposed behavior change approach completes the assessment sessions and employs unobtrusive technology that can be deployed in the living environment of the patient (e.g., home) suitable to investigate long-term behavior changes. Hence, the technology does not interfere with the natural behavior of older adults and do not affect their privacy. Furthermore, our behavior analysis is based on the identification of significant behavior change indicators (e.g., mobility, memory, nutrition, and social life indicators), and the application of efficient statistical techniques (artificial intelligence methods) that differentiate long-term form short-term changes in the analyzed behavior. 

 

Our approach was applied to the detection of changes associated with a decline in physical and cognitive abilities regarding 34 senior persons. In this study, we installed a set of unobtrusive movement sensors in a nursing home for four years to follow up significant indicators, such as sleep patterns, activity periods, room entries and visits going in and out. We correlated the data with the electronic medical observations made by the nursing team. Based on this correlation, 68.55% of detected changes by our investigated statistical algorithm are relevant. The results indicated that the detected behavior changes are linked to respiratory problems, urinary and fecal elimination problems, depression, weight loss as well as medicine changes. 

Utilisation de l'imagerie moléculaire triple traceur et de la radiothérapie ciblée pour Optimiser les soins des patients atteints du cancer de la prostate métastatique


Brigitte Guérin1, Jean-Mathieu Beauregard2, Frédéric Pouliot2, Éric E. Turcotte1, Patrick Richard1, Etienne Rousseau1, Martin Lepage1, Philippe Després2, Fred Saad3, Dominique Trudel3, Stephen Probst4, Maurice Anidjar4, Wassim Kassouf5
1Université de Sherbrooke 2CHUQc-UL 3CHUM 4CIUSSS-COMTL 5CUSM

Le cancer de la prostate (CaP) est le cancer le plus courant chez les hommes nord-américains. Cependant, alors que le cancer évolue, les patients ne répondent plus aux traitements offerts et le cancer se propagera inévitablement pour causer des métastases, lesquelles sont souvent situées aux os. L'échec du traitement et une faible survie sans progression pourraient s'expliquer par le fait que les métastases chez le même patient sont souvent polyclonales (~ 40% des patients), montrant des réponses opposées aux traitements systémiques. En effet, une différenciation neuroendocrine de l'adénocarcinome est souvent rapportée dans le CaP métastatique. Actuellement, le suivi des patients repose sur des d’examens d’imagerie (IRM ou TDM) et de prises de sang pour détecter la hausse de PSA, lequel est indicatif de la réapparition de la maladie. Cependant, ces méthodes ne permettent pas de caractériser le type de cancers (adénocarcinome et/ou neuroendocrinien).  Notre projet, d’une durée de 3 ans, vise à développer de nouveaux outils en imagerie médicale pour visualiser et mieux caractériser les différentes types de cancer de la prostate métastatique et ainsi, mieux traiter les patients. Les outils pour visualiser les cancers sont appelés des traceurs, alors que les outils pour mieux traiter sont appelés des radioligands. Notre nouvelle étude propose donc de faire passer aux patients trois examens d’imagerie TEP, chacun avec un traceur différent (PSMA/FDG/OCTREOTATE) pour bien identifier les différents types de cancer. Nous proposons dans un autre objectif, de développer les radioligands nécessaires à un meilleur traitement. Grâce à nos capacités de production et de distribution des traceurs, ce projet novateur pourra être réalisé pour en faire bénéficier les patients des hôpitaux de Sherbrooke (CIUSSSE-CHUS), de Québec (CHUQc-UL) et de Montréal (CHUM, CUSM et CIUSSS-COMTL). Ce projet sera réalisé grâce à l’aide de 100 patients qui voudront participer au projet. Cette étude est possible grâce à l’implication de plus de 36 chercheurs et médecins œuvrant dans des domaines aussi variés que la radiochimie, la radiothérapie, l’imagerie préclinique et clinique, l’uro-oncologie, la radiologie et pathologie. Cette équipe dynamique, appelée TEMPO (ThEranostics against Metastatic PrOstate cancer) travaillera au développement et la mise en place des traceurs et radioligands pour accélérer la recherche en uro-oncologie. Notre projet est appuyé par nos partenaires experts dans le développement des méthodes d’imagerie (CIMS), d’études cliniques (URCE) et de nos cliniques spécialisées dans le suivi des patients atteints. Les résultats de notre étude clinique seront mis au bénéfice du patient et permettront de mieux identifier les patients éligibles à un traitement plus personnalisé et adapté à l’évolution de leur cancer et d’améliorer leur qualité de vie.

Utiliser la stimulation transcrânienne par courant direct pour soulager la douleur chronique : une approche efficace en contexte clinique?


Amélie Boucher1, Marie-Philippe Harvey2,3, Catherine Apinis1,3, Éric Bouchard1,3, Louis-Simon Allaire1, Guillaume Léonard1,2,3
1Clinique de physiothérapie Physio-Atlas 2Centre de recherche sur le vieillissement 3Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke

Introduction : La douleur chronique est un problème de santé important qui a un impact significatif sur la fonction, l’humeur et la qualité de vie des personnes touchées. Au cours des dernières années, plusieurs études réalisées en laboratoire ont montré que la stimulation transcrânienne par courant direct (tDCS) pouvait être une option de traitement efficace pour les personnes aux prises avec des douleurs persistantes. L’objectif de la présente étude était de documenter l’efficacité de cette nouvelle approche en contexte clinique, alors que la tDCS a été implantée et utilisée pour la première fois, au Québec, par des professionnels de la santé dans le cadre de soins usuels.

Méthodes : Dix personnes souffrant de douleur chronique ont reçu des traitements de tDCS à la Clinique de physiothérapie Physio-Atlas, soit 5 séances de tDCS anodique appliquée au cortex moteur primaire (2 mA, 20 minutes), à raison d’une séance par jour, pendant 5 jours consécutifs. Les patients devaient ensuite compléter une séance d’exercices thérapeutiques d’une durée moyenne de 15 minutes. L’efficacité des traitements a été évaluée à l’aide de divers questionnaires évaluant l’intensité et l’aspect qualitatif de la douleur, la kinésiophobie, l’impression de changement du patient et la fonction physique à 4 reprises (avant, immédiatement après, 1 semaine après et un mois après la fin des interventions).

Résultats : L’analyse des différents questionnaires a révélé que les traitements de tDCS ont mené à des améliorations significatives pour l’ensemble des mesures (douleur, kinésiophobie, impression de changement, fonction physique). De façon notable, les améliorations étaient plus importantes 1 mois après les traitements, comparativement aux mesures immédiatement après et 1 semaine après la fin des traitements.

Conclusion : Ces résultats suggèrent que la tDCS anodique appliquée au cortex moteur primaire peut améliorer les symptômes des patients souffrant de douleur chronique, avec des effets qui augmentent dans les semaines suivant la fin des traitements. Il demeure cependant difficile de savoir si ces effets bénéfiques sont attribuables à la tDCS, aux exercices effectués après le traitement, ou à une combinaison des deux.